Les chefs boulonnais s’exportent 2/2 – Juan Arbelaez au Nubé à Paris

L’originalité de la cuisine de Juan Arbelaez s’empare de l’hôtel Marignan…

Situé au 58 rue Gallieni à Boulogne-Billancourt, le restaurant coloré Plantxa de Juan Arbelaez connaît un franc succès depuis son ouverture il y a presque 4 ans. En quête d’originalité, l’Hôtel Marignan aux Champs Elysées a fait appel à ses talents. L’e-bb a pu recueillir son témoignage…

Juan Arbelaez revient en chef dans la capitale

Parlez-nous un peu de vous et du Plantxa à Boulogne…

Juan Arbelaez

Juan Arbelaez

Juan Arbelaez : Colombien, je suis arrivé à Paris il y a bientôt 10 ans. Après 2 ans de travail au sein du Cordon Bleu, j’ai réussi à faire mes armes dans des restaurants de haute gastronomie tels que Pierre Gagnaire, le George V aux côtés d’Eric Briffard et le Bristol avec Eric Frelon. Ils ont été des étapes très importantes de ma carrière culinaire.

Juan Arbelaez

Le Plantxa

Aujourd’hui, ça va faire bientôt 4 ans que j’ai ouvert mon premier restaurant : le Plantxa. Ceci est le résultat d’un hasard magique : je suis arrivé là-bas il y a quelques années car mon associé, qui possédait le Plantxa, était également colombien. J’avais envie de l’aider, mais sans penser que ça allait devenir ce que c’est aujourd’hui ! On a fait des travaux en un week-end et on s’est lancé. Au début, on n’était que tous les deux, lui en salle et moi en cuisine. Petit à petit, le restaurant a grandi et est devenu ce que c’est aujourd’hui : un restaurant avec une âme incroyable.

Vous avez ouvert un restaurant à l’Hôtel Marignan des Champs Elysées à Paris. Comment cela s’est-il passé ?

Juan Arbelaez : Ce sont Jean Vincent Selles et Nathalie Richard (directeurs de l’hôtel Marignan) qui sont venus me chercher au restaurant pour déguster ce que l’on faisait au Plantxa. Ils ont été séduits. Ils voulaient casser les codes de leur hôtel 5 étoiles et mettre un peu d’ambiance. C’est ce qu’on essaie de faire aujourd’hui dans le restaurant Le Nubé au 12 rue Marignan, dans le 8ème arrondissement.

Le Levain, un second restaurant à Boulogne !

Juan Arbelaez

Le Nubé à l’hôtel Marignan

Comptez-vous garder votre restaurant à Boulogne ?

Juan Arbelaez : Boulogne est la première ville qui m’a accueilli : j’y reste et y resterai toujours. Mon cœur y est et y restera. D’ailleurs j’ouvre un 2ème restaurant au 3 rue d’Aguesseau fin septembre, Le Levain.

Quelles sont les différences et les points communs entre vos deux restaurants ?

Juan Arbelaez

Une assiette de Juan Arbelaez au Plantxa…

Juan Arbelaez : On essaie de faire une cuisine différente de celle des autres, à base de produits un peu oubliés. Une différence d’ambiance est nettement visible, on n’est pas dans le même cadre du tout, mais l’assiette reste très similaire : une cuisine de marché qui vit avec beaucoup de couleur et de passion. On n’a pas un style de clientèle type : on a des jeunes, des moins jeunes… En fait, toutes les personnes qui aiment les bonnes choses forment notre clientèle.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site du Plantxa et sur celui du Nubé !

The following two tabs change content below.
Passionnée par l'actualité, la lecture et le théâtre, j'espère devenir journaliste culture. Merci à l'e-BB de me laisser l'opportunité d'écrire mes premiers articles !

Partagez cet article sur les réseaux sociaux



Des questions, des remarques ? Ecrivez-nous!