Présidentielle à Boulogne : résultats du premier tour

A Boulogne-Billancourt, le trio de tête au premier tour de la présidentielle est composé dans l’ordre de François Fillon, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon.

Présidentielle : les résultats du premier tour à Boulogne

Plus de 80 % de participation

Le maire, Pierre-Christophe Baguet, a annoncé les résultats peu avant 22 heures dimanche 23 avril.

Sur les 77 303 inscrits, 62 076 se sont déplacés aux urnes, soit un peu plus de 80 %. Parmi eux, 919 ont voté blanc soit 1,48 %.

  • présidentielle

    Pierre-Christophe Baguet annonce les résultats du 1er tour de la présidentielle à Boulogne

    François Fillon arrive largement en tête avec 41,85 % des suffrages exprimés. C’est 7 points de moins que Nicolas Sarkozy en 2012.

  • Emmanuel Macron le suit avec 32,94 % des voix.
  • Jean-Luc Mélenchon est troisième avec 11,09 % des voix, soit 5 points de plus qu’en 2012.
  • Benoît Hamon est loin derrière, à 5,16 % des voix. En 2012, François Hollande avait réuni 23 % des suffrages à Boulogne au premier tour.
  • Marine Le Pen passe juste la barre avec 5,08 % des voix. C’est 1,5 point de moins qu’en 2012.
  • Nicolas Dupont-Aignan est à 1,95 %, soit un demi-point de plus qu’en 2012.
  • Jean-François Asselineau atteint 0,82 %.
  • Jean Lassale est à 0,48 %
  • Philippe Poutou totalise 0,37 % des voix
  • Nathalie Artaud 0,15 %
  • et Jacques Cheminade réunit 0,13 % des suffrages.

Comparaison avec 2012

En cinq ans, Boulogne-Billancourt a gagné 10 000 électeurs. En revanche, le taux de participation reste identique, tout comme le pourcentage de votes blancs.
On ne prend pas de gros risque à affirmer que la sociologie boulonnaise, tout comme l’électorat, n’ont pas considérablement varié. Partant, il semble assez évident que les électeurs socialistes se sont partagés entre trois candidats, Hamon, Macron et Mélenchon. Les électeurs de François Bayrou en 2012 (10,71 % des voix à Boulogne) se sont sans doute reportés sur Emmanuel Macron. Enfin, les petits candidats de droite conservant un score similaire à 2012, on peut en déduire qu’environ 4 000 électeurs de tendance Les Républicains ont donné la préférence à Macron.
Il n’en demeure pas moins que Boulogne confirme très clairement son orientation politique, en plaçant François Fillon largement en tête.

présidentielle

Soirée électorale à l’Hôtel de Ville

Les réactions à chaud

En conclusion, Pierre-Christophe Baguet a annoncé qu’à titre personnel, il voterait pour Emmanuel Macron au second tour, sans plus de commentaire. Cette déclaration a été saluée par quelques applaudissements au premier rang, et huée par des militants FN, mais dans l’ensemble l’assistance a peu réagi.

Déceptions et interrogations

C’est que les uns et les autres étaient encore sous le coup des résultats.

Vittorio Bacchetta, conseiller délégué aux fêtes et cérémonies, juge le résultat « préférable à un second tour Le Pen-Mélenchon. » Il souligne également la discipline de vote à Boulogne, où les électeurs de droite ne se sont pas dispersés. Mais l’ancien élu à la démocratie locale est visiblement très ému par la portée générale de cette élection : « Comment sensibiliser les citoyens à la politique ? A Boulogne, on a essayé de le faire, on a créé In vivo, une association transpolitique, mais nos conférences n’attirent que des gens déjà intéressés par ces questions. On assiste en France à une crise de légitimité, et à une crise de représentativité. Le prochain gouvernement va avoir du boulot, il faut repenser le statut des élus pour permettre aux ouvriers comme aux salariés du privé de s’impliquer. Il faut aussi sortir de cette élection permanente et assurer la pérennité dans les ministères, cinq ans de mandat, c’est trop court ! Enfin, il faut tirer les fonctionnaires des bureaux et les envoyer sur le terrain. En un mot, il y a du boulot… »

présidentielle

Premiers résultats à Boulogne

Vincent Guibert, du parti socialiste, se montre stoïque. « Ce résultat était prévisible : dès lors que Hollande s’est écarté de son programme, l’électorat socialiste s’est reporté sur les extrêmes. » – les extrêmes ? « Oui, il ne faut pas se voiler la face. On a fait campagne pour la primaire au moment où les gens recevaient leur feuille d’impôt. Beaucoup d’électeurs de Hollande nous ont alors annoncé qu’ils comptaient voter Le Pen. » L’élu regrette que son candidat n’ait pas été davantage audible : « Nombre de ses propositions ont été étouffées par le débat sur le revenu universel, c’est très dommage. »
Ce premier tour ne le rend pas optimiste. Il envisage soit un gouvernement de centre-droit soit une instabilité qui renverrait à la IVème République.
Au plan local, il se félicite du faible score du FN et considère que « François Fillon paie très cher les affaires. Quant au score d’Emmanuel Macron, il nous rappelle la force du centre à Boulogne. C’était d’ailleurs la tendance du maire il y a quelques années… »

Jeanne Defranoux, représentante du MoDem à Boulogne, se dit « amère. » Elle qui a relayé la campagne d’Emmanuel Macron par discipline de parti retient surtout la présence de Marine Le Pen au second tour. L’adjointe aux droits des femmes s’inquiète aussi de la suite des événements : « Il aura bientôt le même problème que le MoDem ce garçon [Macron, ndlr] : être considéré comme de gauche par les gens de droite, et vice versa. »

Satisfaction et soulagement

Fatima Cardetas en revanche, se dit ravie du résultat. « Arrêtons de faire les hypocrites, si on avait eu Le Pen-Mélenchon, qu’est-ce qu’on aurait fait ? Moi, j’aurais pris l’avion ! » La conseillère municipale, qui siège dans le groupe d’opposition de droite, a voté Emmanuel Macron des deux mains. « Quand on prétend laver plus blanc que blanc, il faut assurer, ou assumer ! » a-t-elle conclu, en référence au score du candidat des Républicains.

présidentielle

Pierre Gaborit (PS) avec les résultats du premier bureau de vote

Julien Dufour, du Front national, est, lui, plutôt satisfait. « Certes, j’espérais que Marine serait en tête et je suis très surpris par le résultat d’Emmanuel Macron. Je n’avais pas perçu cet engouement sur le terrain. Mais peu importe : tout ce qu’on a vécu depuis le début de la Vème République vient de s’effondrer. La vraie campagne commence ce soir, et elle opposera les mondialistes aux patriotes ! » Le supporter de Marine Le Pen est confiant pour le second tour : « Les consignes de vote ne seront pas respectées. Une bonne moitié des électeurs de Fillon votera Marine, tout comme une bonne partie des électeurs de Mélenchon » prédit-il. Il attend avec impatience le débat du second tour.

Antoine de Jerphanion, assistant parlementaire de Thierry Solère, se félicite quant à lui du score très faible du FN à Boulogne. Si le résultat de Jean-Luc Mélenchon le surprend, d’après lui, celui de François Fillon indique que « la droite se porte bien à Boulogne. » En conséquence, d’après lui, la donne des législatives à Boulogne ne devrait pas changer.
L’intéressé l’a confirmé à la radio ce matin : sans hésitation, Thierry Solère, député LR de la 9ème circonscription, appelle à voter Macron au second tour. Comme Pierre-Christophe Baguet, l’élu a d’ores et déjà essuyé des reproches de certains de ses électeurs pour cette prise de position.

présidentielle

Jean-Pierre Rossi, du PCF

Jean-Pierre Rossi, du parti communiste, est de son côté tout sourire. « Mélenchon a obtenu un excellent résultat, même à Boulogne, et cela nous ouvre des perspectives. L’opinion boulonnaise telle que nous l’avons perçue était en phase avec les sondages. Notre objectif pour le second tour est naturellement de faire barrage à Marine Le Pen en votant Macron. Mais c’est un libéral que nous combattrons de toutes nos forces dès le lendemain de la présidentielle, d’où l’importance des législatives ! » insiste-t-il. A cet égard, il souhaite qu’un groupe d’union de la gauche se constitue à l’Assemblée nationale, réunissant les partisans de Jean-Luc Mélenchon, les écologistes et « les socialistes de gauche. »

Rendez-vous le 7 mai pour les résultats du second tour de la présidentielle.

EDIT 03-05-17

Une « flashmob républicaine » réunira sur la Grand Place le 4 mai à 18h30 les électeurs opposés au Front national.

François et Anne-Sophie

The following two tabs change content below.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux



Des questions, des remarques ? Ecrivez-nous!