Les élections des 23 et 30 mars 2014 ne sont pas que municipales. Pour la première fois, les citoyens éliront directement leurs représentants au conseil communautaire. Explication.

Depuis le 1er janvier 2014, toute commune doit obligatoirement avoir rejoint une communauté d’agglomération ou de communes. Boulogne-Billancourt a fait ce choix de longue date, fondant tout d’abord la CAVDS avec Sèvres, avant de se fondre dans GPSO en 2010. Depuis 2014, GPSO compte 9 communes, et dans la nouvelle configuration, Boulogne devrait obtenir un siège de plus au conseil (20 au lieu de 19 aujourd’hui).

GPSO

GPSO

Jusqu’à présent, les élus du conseil communautaire étaient l’émanation des conseils municipaux, élus donc au suffrage indirect. Cette année, les choses changent, si bien que, les 23 et 30 mars, vous voterez deux fois d’un coup, selon les dispositions suivantes :

  • Les candidats au conseil communautaire étant forcément candidats au conseil municipal, vous n’aurez qu’une seule touche sur la machine à voter. Impossible, donc, de voter pour une liste aux municipales et pour une autre aux communautaires !
  • Sera affichée une double série de noms par liste : les 55 candidats aux municipales, et les 22 candidats aux communautaires. Dans les deux cas, une stricte parité doit être observée. Pour mémoire, les 19 élus boulonnais issus d’un conseil municipal paritaire en 2010 comptaient, curieusement, 12 hommes pour… 7 femmes.
  • La désignation des candidats communautaires est très technique, et de l’aveu de ceux que nous avons interrogés, elle ne semble pas avoir fait débat au sein des listes. Pour l’amour de l’art, la voici : tous les candidats du premier quart de la liste sont obligatoirement candidats communautaires ; les candidatures restantes étant réparties dans les 3 premiers cinquièmes de la liste.

A l’issue du scrutin, la répartition se fera, tout comme pour le conseil municipal, à la semi-proportionnelle : la liste arrivée en tête obtiendra la moitié des sièges + une fraction correspondant à son score, les autres sièges étant répartis selon les scores des listes du second tour. Cela évitera à tout un chacun de batailler, comme ça avait été le cas en 2010

Pour en savoir plus, le ministère de l’Intérieur a mis en place un site d’information, ouijevote.