Alamtout Services porte l’enseigne « Alimentation générale » depuis 1983 au 24 rue d’Aguesseau. Aujourd’hui, ce sont le fils et le frère du fondateur de la boutique qui on pris le relais, le premier du 9 h 30 jusqu’à 19 h, et l’autre du 19 h à 1 h de matin pendant la semaine et à 3 h le week-end.

le magasin

le magasin

En entrant dans le magasin, on s’aperçoit que les rayons sont organisés avec soin pour exploiter tous les espaces. C’est Jamaa, successeur de son père qui nous a accueillis avec amabilité.

 Il y a 30 ans, son père, arrivé en 1979 du Maroc et employé auparavant dans une épicerie du 95, est venu s’installer à Boulogne-Billancourt et a ouvert son propre magasin. Jamaa avait 8 ans quand il rejoint son père. Il a grandi avec le magasin de son père, qui, en s’entraidant avec son collègue compatriote, Salah dont l’épicerie se trouvait avenue Jean-Baptiste Clément, a développé son commerce. C’est ainsi qu’il tient de tout son cœur à maintenir la boutique à cet endroit, et qu’il habite maintenant à proximité avec sa femme d’origine auvergnate.

les fruits d'Alamtout Services proviennent de Rungis - CR Alamtout Services

les fruits d’Alamtout Services proviennent de Rungis – CR Alamtout Services

 

Mais comme pour tous les autres épiciers, les temps ont changé. Il n’a pas échappé à la concurrence sans merci avec les supermarchés des grandes enseignes. À l’époque de son père, la clientèle principale était les personnes âgées qui venaient faire leurs courses pendant la journée. Ce sont maintenant les jeunes de 15-30 ans qui fréquentent son épicerie pour acheter un sac de bonbons ou une boisson. Avec son oncle, Jamaa a donc poussé progressivement l’heure de fermeture, jusqu’à 1 h la semaine et jusqu’à 3 h le week-end, tandis que dans le temps, son père fermait le magasin à 22 h 30.

les bonbons font toujours recette

les bonbons font toujours recette

Sa clientèle se compose toujours majoritairement des gens du quartier, d’une fillette venant chercher les bonbons, à un jeune homme qui a pris une canette de boisson fraîche, il connaît presque tous ses clients. Il continue les services traditionnels de l’épicerie : garde des clés et des colis des gens, photocopie, etc. Ses produits sont fournis par une centrale d’achat tous les 15 jours, ce qui lui permet de les vendre plutôt moins cher que la plupart de ses confrères, et les fruits et les légumes proviennent de Rungis, pour garantir la qualité et la fraîcheur. Vous trouverez une micro-onde en libre-service pour réchauffer le plat surgelé sur place, etc.

A l'occasion des célébrations des fêtes de ROCH HACHANA et du YOM KIPPOUR est lancé un nouveau rayon de produits CACHER – CR Alamtout Services

A l’occasion des célébrations des fêtes de ROCH HACHANA et du YOM KIPPOUR est lancé un nouveau rayon de produits CACHER – CR Alamtout Services

 Cependant, il n’hésite pas à s’adapter aux changements des modes de communication et à renouveler son commerce, tout en gardant un bon contact direct avec les gens et la réputation du magasin que son père lui a laissée. « En 2010, j’étais obligé de faire un travail à côté pour boucler le mois, » confie-t-il, « depuis, c’est un peu amélioré, mais pas énormément ». Jeune et ingénieux, il tente plusieurs pistes pour survivre : il a ouvert une page facebook et un compte twitter pour mieux informer sa clientèle et communiquer avec les gens, a fait les démarches pour recevoir les paiements par ticket restaurant, s’est engagé dans le service « Relais colis » (il garde une cinquantaine de colis par jour pour les transmettre aux gens qui ont commandé les produits en ligne), a créé des rayons spécialisés qu’il annonce sur la page facebook, et envisage un autre service de la livraison des produits avec une société coursière en internet. Il fait tout ce qu’il peut avec l’amour de son métier.

 

C’est alors qu’un coup terrible lui est tombé dessus : un arrêt municipal qui interdit la vente des boissons alcoolisées entre 22h et 6h sur la portion de rue où se trouve l’épicerie, qui « a été décrété pour remédier aux nuisances sonores nocturnes liées aux regroupements d’individus dans la rue d’Aguesseau » ! Cet arrêt daté du 28 novembre 2012 est en effet un résultat de la pétition déposée à la mairie contre les jeunes de quartier qui squattent en bas d’un immeuble de la rue d’Aguesseau et dérangent la tranquillité des voisins. Alors qu’il a luimême signé la pétition, la vente des boissons alcoolisées du magasin de Jamaa est considérée comme la cause de ce rassemblement des jeunes de la même rue. Malgré tout, depuis un an, les jeunes sont toujours dehors et dérangent toujours autant le voisinage. L’activité de l’épicerie est donc hors de cause. Jamaa cherche une issue et à dissiper les incompréhensions. Habitant la même rue, il sait bien que, même quand son magasin est fermé, les jeunes sont là. Son seul souhait est de continuer sa vie de quartier en tant que commerçant et boulonnais qui aime sa ville.

The following two tabs change content below.
Avatar

François

Boulonnais depuis quelques années, et qui aime découvrir la ville et faire partager ses trouvailles !