Julie van de Kherckhove, directrice du Marriott et son équipe, le chef Caroline Tartour , entourant Nicolas Kuligowski

Annoncé le 29 août dernier dans l’e-bb, le premier ArtBrunch a eu lieu le dimanche 7 octobre dernier. (Rappel : pour faire sortir l’art de ses lieux habituels, et aller à la rencontre d’un autre public, quatre galeries   de Boulogne, réunies au sein de l’association « CARRÉ SUR SEINE », se sont associées à l’hôtel Marriott-Courtyard, pour présenter les œuvres d’un artiste lors d’un brunch, et explorer son univers, en le rencontrant et en échangeant avec lui dans un cadre lumineux et convivial, celui du Bistro « Oléo Pazzo »).

Le peintre Nicolas Kuligowski et la galerie Exit Art Contemporain ont donc inauguré la formule et cette « première fois » a été un véritable succès. Devant une salle pleine ( retenez vos tables pour la suite, c’est plus prudent ), l’artiste et sa galeriste Florence Provost, ont dialogué avec les convives-« bruncheurs » (le terme existe, j’ai vérifié…) et expliqué la genèse des œuvres exposées, la façon de
travailler, les techniques de peinture. Cinq toiles de grand format vertical, avaient été accrochées sur

A gauche, la toile préférée des convives

les murs et avant les échanges avec le public, chacun avait eu le loisir de regarder, de s’interroger, d’admirer et même de voter ; chaque participant avait été en effet doté d’une pastille rose ou bleue suivant le sexe (je vous laisse deviner qui avait hérité de quoi…), et devait choisir son tableau préféré, en collant la dite pastille près du dit tableau ; l’œuvre qui a emporté le plus de suffrages, représente un mirador (tableau de gauche sur la photo 3), et a plu entre autres, à Isaure, 11ans, parce qu’elle y a aimé le contraste des couleurs et que, tout en étant différent des autres, on y reconnaissait le style de l’auteur.
Interrogé à propos de « L’homme au jean » (le titre est de moi, car le peintre n’en a donné aucun aux toiles exposées), Nicolas Kuligowski a expliqué la genèse de son travail : un choc émotionnel devant le spectacle d’expulsions brutales de populations, a donné naissance à une œuvre sans narration dans laquelle se superposent des techniques et des images différentes ; les uns voyant dans le tableau le personnage, les autres le bulldozer…

Florence Provost, entourée d'Audrey Turpin et d'Ivane Thieullant (VOZ'galerie), d'Isaure et Julie van de Kherckhove

Ses cinq toiles seront visibles pendant un mois, jusqu’au prochain Art Brunch du 4 novembre, pendant lequel s’exposera le peintre B. Philippe, de Green Flowers Art Gallery.
Gageons que le public sera aussi divers et intéressé par un contact avec l’art, beaucoup plus proche et intime car l’artiste a le temps de s’asseoir à votre table, de répondre à vos questions, d’établir autre chose qu’une relation purement mondaine…
Et comme le cadre, l’accueil de Julie van de Kherckhove et de son équipe, et le buffet de Caroline Tartour, sont à la hauteur, il y a fort à parier qu’il faudra retenir sa place fort longtemps à l’avance…

•   Exit Art Contemporain, Green Flowers Art Gallery, Galerie MondapArt, VOZ’Galerie