En partenariat avec le Forum Universitaire, Insula Orchestra propose une série de conférences durant l’année en lien avec sa saison. C’est l’Avant-Seine.

Insula Orchestra n’en finit pas d’aller à la rencontre de ses publics. Des concerts participatifs aux ateliers, en passant par la garderie musicale (à partir de 5 ans), Insulab, ou encore son échange avec le youtubeur Guillaume Benoît, l’orchestre en résidence à la Seine musicale s’ouvre au monde à 360°.
Dans cette offre imaginative et foisonnante, la série Avant-Seine mérite qu’on s’y arrête. En partenariat avec le Forum universitaire et tout au long de la saison, un musicologue viendra présenter en avant-première les œuvres au programme de l’orchestre.

Des avant-Seine, comme un avant-goût des concerts

Un avant-concert et même plus…

Insulab

Flashmob en plein château de Versailles : Marie-Agnès Gillot et Alice Renavand (Opéra national de Paris) interprètent la danse des furies. L’une des initiatives imaginatives d’Insula orchestra

« Ces conférences sont conçues pour deux types de public » explique Yann Breton, agrégé de musique et bibliothécaire de l’orchestre. « D’une part, pour ceux qui assisteront au concert, et pour lesquels la conférence jouera un rôle introductif, à la manière de nos avant-concerts, dans une forme plus longue et plus approfondie. D’autre part, pour les auditeurs qui assisteront seulement à la conférence. A cet effet, de nombreux exemples musicaux permettront d’illustrer les œuvres et les concepts évoqués, et une discographie sélective devrait être proposée en fin de conférence. » Rien ne vous empêche, d’ailleurs, de changer d’avis : exceptionnellement, il sera possible de réserver ses places pour le concert à l’issue de la conférence !
Chaque intervention devrait durer une heure, en début de soirée.

L’approche musicologique des œuvres

La musicologie : mot savant qui peut faire peur… Or, si l’approche est exigeante, bien conçue – et c’est le cas -, elle devient accessible à tous. En l’occurrence, pour les Avant-Seine, Yann Breton compte d’abord replacer les œuvres dans leur contexte historique, et dans la biographie des compositeurs. Ensuite, place à la technique : « Quelques notions seront présentées et expliquées, le plus clairement possible, puis utilisées tout au long de l’intervention. Les questions d’analyse seront abordées sous la forme de clés d’écoute, qui devront être faciles à mémoriser pour agir sur l’auditeur pendant le concert » détaille le musicologue. 
Il s’agira donc d’allier le sens aux sensations suscitées par la musique, et surtout de partager l’amour des œuvres ! 

avant-Seine

Le 15 novembre, en prélude au concert du 8 décembre, un avant-Seine consacré aux « Ultimes »

Le 15 novembre, premier avant-Seine

Le première rencontre aura lieu le 15 novembre dans l’amphithéâtre de l’espace Landowski, autour du programme Les Ultimes, donné en concert le 8 décembre.

Deux géants pour une soirée

Rien moins que les dernières symphonies de Mozart et Schubert, dites respectivement « Jupiter » (la 41) et « La Grande. » Autant dire des œuvres géantes, qui chacune ont marqué l’histoire de la musique. Une même tonalité de composition, une ligne bouleversante, à trente ans d’intervalle. A cela vient s’ajouter le mythe attaché aux dernières créations, consacré ici par le thème « Ultimes. » C’est sans conteste l’amour de ces incontournables qui a dicté la sélection d’Insula Orchestra. L’orchestre, dans son programme, les salue comme « Deux symphonies lumineuses et triomphantes. Deux revanches posthumes.« 

Le dialogue à l’intérieur des œuvres 

Au-delà du mythe, comment les aborder ? « Le rapprochement de Mozart et Schubert : c’est effectivement une gageure… » reconnaît Yann Breton.
« D’un point de vue purement musicologique, ce n’est pas un lien vraiment pertinent, et je ne chercherai pas à les rapprocher à tout prix. On peut tout de même s’y risquer pour certaines données : un contexte biographique difficile au moment de la composition, des œuvres qui n’ont pas été représentées du vivant du compositeur, etc. Mais l’essentiel sera, à travers les exemples musicaux, faire dialoguer ces œuvres avec d’autres œuvres de Mozart et Schubert, voire d’autres compositeurs.« 

Pour en savoir plus, rendez-vous le 15 novembre à 19h30 à l’espace Landowski ! La conférence est gratuite pour les membres du FUOP, le tarif pour les auditeurs libres est de 10 euros. 

The following two tabs change content below.