Jusqu’au 17 octobre, l’hôpital qui porte son nom célèbre la naissance du chirurgien Ambroise Paré. 1510 est en effet l’une des années possibles de la venue au monde de ce grand médecin, médecin de quatre rois, qui fit notamment faire des pas de géant à la cautérisation. Qu’on en juge :

Avant lui, on cautérisait en cuisant la plaie, au fer rouge ou à l’huile bouillante… Il mit au point plusieurs procédés remarquables, tant par leur efficacité que par leur relative douceur, au regard des pratiques antérieures. Citons, en cautérisation externe, une mixture à base de jaunes d’œufs, de térébenthine et d’huile de rosat et surtout, en cas d’amputation, la ligature des artères. Il se livra ainsi à la première amputation de la cuisse par ligature des artères, là où, auparavant, le blessé avait de fortes chances de se vider de son sang.

L’exposition-hommage, réalisée en partenariat avec le musée de la chirurgie, est visible dans le hall de l’hôpital.