CIRCUIT ART CONTEMPORAIN
VISITE COMMENTÉE DES 4 GALERIES D’ART – Exit Art Contemporain, Galerie MondapArt, Green Flowers Art Gallery, VOZ’Galerie.

Rencontre avec un artiste

SAMEDI 5 MAI 2012 à 15 h 00

Par son réseau de galeries et de musées, son patrimoine architectural majeur et le développement de la Vallée de la Culture, la ville de Boulogne-Billancourt perpétue une tradition d’émulation artistique et de dynamisme culturel depuis les années 30.

Souhaitant contribuer activement à l’enrichissement de cette politique ambitieuse, quatre galeries boulonnaises – Exit Art Contemporain, Green Flowers Art, MondapArt et VOZ’Galerie – ont décidé en juin 2011 de fonder l’association « Carré sur Seine »

« Carré sur Seine » à pour mission de contribuer à la visibilité artistique de la ville et au rayonnement de l’art contemporain par des actions concertées en France comme à l’étranger.

« Carré sur Seine » a pour vocation de réunir différentes structures culturelles situées à Boulogne effectuant un travail de prospection, de promotion et de valorisation artistiques. Chaque lieu possédant une identité propre et un accueil nécessaires à la présentation d’artistes confirmés ou à la découverte de jeunes artistes à l’œuvre novatrice.

Ces espaces uniques de mise en lumière constituent une vitrine indispensable entre l’atelier et le grand public.

Pour atteindre son objectif, l’association met en place un programme d’expositions, de rencontres avec les artistes, de visites d’atelier, participe à des foires et à différents évènements relatif à l’art en général.

BOULOGNE-BILLANCOURT, PÔLE ARTISTIQUE

Située dans le triangle d’art boulonnais, les galeries fondatrices de « Carré sur Seine » s’inscrivent dans la lignée d’une ville fortement ancrée dans les arts et l’image. Avec huit galeries d’art contemporain et ses musées, dont le dernier né, le musée Paul Belmondo, a ouvert ses portes fin 2010, Boulogne-Billancourt affirme son rayonnement culturel à l’instar des années 30, âge d’or culturel de la ville.

La période de l’entre-deux-guerres fut en effet intensément créatrice pour la ville, donnant lieu à un véritable bouillonnement d’innovations techniques, industrielles, sociales, artistiques et architecturales. Qu’il s’agisse de Marc Chagall ou de Paul Landowski, de Joseph Bernard ou de Juan Gris, des artistes ont élu domicile ou travaillé dans la commune, lui imprimant sa marque, tel le sillage de pierre laissé, dans le quartier des Princes, par Mallet-Stevens, Auguste Perret, Tony Garnier ou Le Corbusier. L’essor de la ville est tel qu’elle sera, en février 1934, la première à l’extérieure de Paris à recevoir le métro avec le prolongement de la ligne 9. Le patrimoine architectural des années 30 de la ville de Boulogne-Billancourt est aujourd’hui le plus important de cette époque en France. Un parcours renommé a été mis en place au sein de la ville pour découvrir les différentes réalisations significatives.

Durant la première moitié du XXe siècle, Boulogne-Billancourt fut aussi la ville des moteurs d’avion avec l’installation de Louis Blériot ou des frères Farman, celle du cinéma avec l’implantation du studio de Billancourt en 1926 et en 1942, des mythiques studios de Boulogne où seront tournés nombre de chefs d’œuvre de Pagnol, « Napoléon » d’Abel Gance ou « La Grande Illusion » de Jean Renoir… Enfin, celle de l’automobile avec l’épopée du constructeur Renault et le développement de ses vastes usines dans Boulogne et notamment sur l’île Seguin.