Jeudi 23 juin, Madona Bouglione donnait une conférence de presse afin de présenter Cirque en chantier, le programme d’animations préfigurant le Globe, une « cité des cirques » de 15 000 m² attendue sur l’île Seguin dans quelques années.

Les souris entrent en piste

Aux côtés de Madona Bouglione, la directrice artistique de Cirque en chantier et porteuse du projet du Globe, se tenait Pierre-Christophe Baguet, le maire de Boulogne Billancourt, qui s’est rapidement éclipsé pour assister à une importante réunion à Vélizy, commune limitrophe (et future membre ?) de la Communauté d’agglomération GPSO.

Étaient également présents André Moine, directeur général de la SAEM Val de Seine Aménagement qui a mis le terrain à disposition de Cirque en chantier, Daniel Janicot, président de l’Agence pour la Vallée de la Culture, et Isaure de Beauval, conseillère municipale déléguée en charge de la Culture.
Ils étaient entourés des représentants des différentes compagnies de cirque appelées à se relayer sur l’île à partir de cet été : la compagnie Najma – l’étoile tunisienne qui produit le spectacle tunisien Sarkha -, le Cirque du Soleil – de retour à Boulogne Billancourt début novembre 2011 avec son spectacle Corteo -, et le Cirque Nikouline de Moscou – dont le spectacle Davaï est attendu en février 2012.

Epoustouflant Sarkha - CR Cirque en chantier

Un représentant de Franco Dragone Entertainment Group Company – qui produit actuellement son spectacle City of Dreams à Macao et qui a produit à Las Vegas, Céline Dion avec son spectacle A New Day ! ! ! – était venu soutenir le lancement du projet.

Les chapiteaux éphémères actuellement dressés disparaîtront en 2014 avant la construction du Globe sur l’Ile Seguin, devenant alors selon les déclarations de Madona Bouglione « une véritable cité du cirque ».
Rappelons que pour faciliter la production de spectacles de cirque sur l’Ile Seguin, la Mairie de Boulogne Billancourt a attribué cette année une subvention de fonctionnement s’élevant à 150.000 euros lors du Conseil Municipal du 12 mai 2011.

Madona Bouglione, sa mère et sa petite-fille devant le chapiteau

Croisant Madona Bouglione accompagnée de sa mère et de sa petite fille aux abords du chapiteau annexe où avaient été dressés les somptueux buffets de l’inauguration officielle de ce soir là, nous l’avons interrogée sur la raison du nom « Le GLOBE » pour la future véritable cité du cirque. Ce nom a en fait été choisi en référence au théâtre londonien Le Globe, construit en 1599, dans lequel de nombreuses pièces de Shakespeare furent créées.

A l’entrée du théâtre était apposée l’inscription : Totus mundus agit histrionem (« Le monde entier joue la comédie »). Une véritable profession de foi.
« Le Globe » devrait être construit avec l’aide de nombreux investisseurs présents paraît-il ce soir-là, mais dont les identités ne nous ont pas été révélées malgré notre insistance ! En revanche, le designer dont le nom circule beaucoup autour de ce projet, Philippe Starck, était absent.

Pentimento - CR Cirque en chantier

A l’issue de la conférence de presse, nous avons été conviés à assister aux deux premiers spectacles de Cirque en Chantier, Pentimento, représenté jusqu’au 17 juillet, et Sarkha, représenté en seconde partie de soirée  jusqu’au 2 juillet.

Le cirque, c’est magique. Et la rime n’est pas voulue ! Seulement, l’ambiance festive de l’amphithéâtre avec tous ces enfants émerveillés au premier rang,  les jeunes, les adultes, et les grands-parents, plus de sept cent spectateurs , qui redécouvrent stupéfaits les joies des arts du cirque.

Final sous les applaudissements

Et dans la pénombre, les tonnerres d’applaudissement se font entendre et les projecteurs balaient le chapiteau. « QUE LE SPECTACLE COMMENCE ! »

Oui les clowns aux nez rouges sont toujours les mêmes.
Oui une balle échappe toujours aux mains habiles du jongleur.
Oui on retient toujours son souffle à chaque acrobatie des trapézistes.
Oui, les danseurs nous transportent toujours dans l’atmosphère du Lac des Cygnes.

Les chorégraphies dignes d’un véritable ballet de danse classique sont époustouflantes, les clowns et les jeux de lumière nous font rire, bien qu’on connaisse le « truc » et les gymnastes nous prouvent que le corps est très flexible.

Par la magie du talent et la grâce du partage , Madona Bouglione a réussi ce soir là le coup d’envoi de ce qui deviendra à terme sur l’Ile Seguin, une véritable Cité du cirque, terre d’accueil des compagnies du monde entier conjuguant  les valeurs traditionnelles du travail et du courage et l’apport des dernières technologies numériques .

Que la fête commence !