Jeudi 15 novembre 2012, en conseil municipal, le maire a annoncé le retrait de la première délibération et le report de son examen à mercredi prochain. Son objet ? la consultation des Boulonnais sur les projets d’aménagement de l’île Seguin.

Tout était prêt : France 3 région sur le parvis, le happening du député et du collectif « vue sur l’île Seguin » bravant un vrai-faux arrêté anti-tractage, la salle du conseil comble, Michèle Montiès absente comme à chaque fois qu’on délibère sur ce sujet, Jean-Michel Cohen présent comme à chaque fois qu’on délibère sur ce sujet… Mais comme rien n’est simple quand il s’agit de l’île Seguin, rien ne s’est déroulé comme prévu.

la vue depuis la rive boulonnaise de la Seine, face à l'île Seguin


La première délibération de ce conseil municipal, inscrite comme telle à l’ordre du jour, devait porter sur les « Principes et modalités de la saisine des électeurs concernant les projets d’aménagement de l’Ile Seguin. » On se souvient en effet que le 18 octobre, le maire avait annoncé sa décision de consulter les habitants sur l’aménagement de l’île, en soumettant à leur appréciation trois projets conçus par Jean Nouvel.
Tout était prêt, donc, mais au moment de l’aborder, et alors que s’achevait à peine un vif échange sur lequel on reviendra dans un prochain article, le maire a annoncé le report de la délibération selon le protocole suivant :
– Mercredi 21 novembre à 18h30 se tiendra le conseil communautaire, avec à l’ordre du jour un point unique.
– Le président de GPSO, qui n’est autre que le maire de Boulogne Billancourt, prononcera ensuite une suspension de séance pour permettre un échange autour du syndicat Paris-Métropole (qui regroupe 203 collectivités du Grand Paris).
– Puis, à huis clos, Jean Nouvel présentera ses trois projets aux élus du conseil municipal de BB. Depuis le précédent conseil extraordinaire, on s’est en effet avisé qu’il était interdit d’y convier des personnes extérieures.
– Enfin, vers 21h30, ces derniers se réuniront en conseil extraordinaire pour délibérer des modalités de la fameuse consultation.

Le maire, Pierre-Christophe Baguet, a expliqué ce rebondissement par l’importance du sujet, et par la nécessaire information des élus avant tout vote. Mais sa décision a suscité une avalanche de réactions :

jean-michel cohen

Jean-Pierre Fourcade (UPBB) s’est félicité de cette mesure, saluant « une bonne idée, car il était choquant que le conseil municipal ne soit pas informé avant la consultation. » Mais, poussant la logique au bout, il a estimé que c’est la consultation même qui devait être reportée dans ces conditions.
Jean-Michel Cohen (UPBB) a au contraire vivement protesté, dénonçant « une double manipulation » au service d’un « déni de démocratie. » Et de reprocher au maire la trahison de ses promesses de campagne, aggravée par l’état des finances de la SAEM et la défaite de Claude Guéant aux élections législatives (sic). Le maire l’a alors interrompu, donnant lieu à une sourde cacophonie d’où ressortaient des reproches et accusations divers, du « vous n’êtes pas content parce que vous aviez préparé votre sortie et qu’elle tombe à plat » à la conclusion sonore autant que paradoxale de Monsieur Cohen : « Je ne participerai pas à cette mascarade, vous montrez votre vrai visage ! »

éric vincent

Vint le tour d’Éric Vincent (UPBB) qui se dit « surpris » par ce calendrier. Et Monsieur Vincent de rappeler que tous les élus présents étaient « de simples citoyens, » avaient des contraintes par ailleurs, et se voyaient à présent contraints de se dégager pour ce nouveau conseil, avec moins d’une semaine de préavis. Nouvelle interruption de la part du maire, s’engageant à ce que toutes les convocations partent avant minuit, dans les délais légaux. Monsieur Baguet en profita pour souligner ce qu’il percevait comme un désaccord au sein du groupe UPBB entre Jean-Pierre Fourcade et les deux autres élus à s’être exprimés. Éric Vincent précisa alors qu’il ne remettait pas en cause le fond, mais le « manque de courtoisie » de l’édile qui les prévenait si tard, jugeant cela « inconvenant. »
Marie-Hélène Vouette (@lternance) annonça pour sa part sa bonne surprise : « Nous nous apprêtions à voter contre cette délibération faute d’information sur les différents projets et sommes donc d’accord avec ce report. »
Thierry Solère (UPBB), de son côté, souligna à son tour la brièveté des délais : « Vous êtes dans votre droit, mais comment engager une consultation sérieuse à partir du 22 novembre avec un vote le 16 décembre ? » interrogea-t-il.

agnès bauche

Agnès Bauche (indépendant) estima pour sa part nécessaire le report du scrutin, afin de laisser un délai de réflexion aux Boulonnais. Elle demanda également à ce que la consultation intègre, outre les trois projets Nouvel, une option supplémentaire conforme au vote de la majorité des Boulonnais en 2008 (175 000 m² bâtis ou moins) et un vote blanc. Elle proposa enfin que le conseil acte dès ce soir-là le délai incompressible entre le vote de la délibération et le vote des Boulonnais.
Judith Shan (@lternance), enfin, souleva la question du corps électoral. Rappelant que les premiers concernés par l’aménagement de l’île étaient ses riverains, lesquels emménagent au fur et à mesure et ne sont pas tous inscrits sur les listes électorales, elle demanda le report de la consultation au mois de janvier, sur la base de listes électorales à jour.

A toutes ces remarques, le maire ne répondit qu’en passant à l’examen de la délibération n°2. Ce tour de table lui a en revanche permis de sonder le terrain avant l’assemblée de la semaine prochaine. Si le sujet vous intéresse, ne manquez donc pas ce conseil municipal extraordinaire du 21 novembre, à 21h30 dans la salle du conseil de l’Hôtel de Ville !