A mon avis, c’est bien à cet art venu d’Italie que ce spectacle nous renvoie, car Sganarelle, la création géniale de Molière, est un personnage à la fois comique et dramatique.

Claude Buchvald a réuni l’intégralité de deux pièces : L’Amour médecin de 1665 et  Le Mariage forcé de 1664 et raccourci assez sensiblement la Jalousie du barbouillé pour en faire un tout cohérent. Soulignons que les deux premières pièces étant des comédies ballet, c’est tout naturellement que la chorégraphie trouve sa place dans la mise ne scène de Claude Buchwald.

Il est superflu de faire quelque commentaire que ce soit sur la langue de Molière ; elle est toujours aussi belle et surtout actuelle. Le jeune public, présent en nombre dans la salle, ne s’y est pas trompé et n’a pas paru désorienté par les quelques mots ou tournures en vogue sous Louis XIV. Le décor minimaliste joue intelligemment avec une tour-maison montée sur roulette et est admirablement servi par des éclairages subtils et variés. Enfin, les costumes sont originaux sans être déplacés.

Parmi les neuf acteurs, il convient de souligner la performance de Claude Merlin qui incarne Sganarelle, avec talent et fougue, même s’il n’est plus de la prime jeunesse, et celle d’Aurélia Poirier successivement Champagne, une Egyptienne et Aminte qui fait preuve de naturel et de sensualité avec talent. Les autres ne déméritent pas et portent bien leurs rôles puisque hormis Sganarelle chacun incarne des personnages différents dans chacune des « pièces-scènes ».

Au total, une soirée enlevée au cours de laquelle on n’a pas le temps de souffler tant les enchainements sont soignés. A mon goût, cependant, le bouffon prend un peu trop le dessus et les acteurs probablement emportés par leur enthousiasme, tombent parfois dans l’excès tant dans le jeu que dans le volume sonore.

Comedia dell’arte ou Arte della comedia, là est la question.

The following two tabs change content below.
Avatar

steph

Boulonnais depuis bientôt 35 ans, j'y ai fait venir ma femme qui ne quitterait plus la ville pour un empire. Avec elle nous avons déménagé deux fois à BB et donné le jour à deux enfants, eux aussi boulonnais. et nous venons d'y prendre notre retraite. Conseiller de mon quartier depuis 2003, j'essaye de participer le plus possible à la vie de BB. La rencontre avec mes complices de l'e-bb me permet de vous faire bénéficier de tous nos bons plans et de notre passion pour cette ville. Si vous croisez un homme aux cheveux blancs tiré par un chien encore plus blanc, il y a de forte chance pour que ce soit moi.