« CUISINEZ POUR VOUS, VOS AMIS ET LE JURY ! » C’était le mot d’ordre du concours organisé par Sophie et Pascale, des Ateliers de… samedi 18 juin à la Maison Walewska.

La maison Walewska, repère des gourmets et des oenophiles boulonnais

La maison Walewska, petit pavillon battu ce jour-là par la pluie, est tout d’abord un cadre parfait au bon déroulement de n’importe quelle réception. En l’occurrence, ici, un concours de cuisine digne de TopChef’ !

On remarque Pascale Giraud à son tablier noir – « il faut bien se différencier des élèves » dit-elle, clin d’œil à l’appui et rayonnante, car elle se trouve dans son élément. La cuisine.
Bien qu’elle soit affairée à l’organisation de ce premier concours, elle gère le fond et la forme d’une main de chef.

On sent déjà la bonne ambiance et la complicité entre la prof et ses élèves qui se jettent sur les boîtes avec empressement contenant torchon, menus, recette et ustensiles… Le départ est lancé et c’est parti pour 1h30 de cuisine ! Les candidats sont arrivés avec leurs foies gras et leurs amuse-gueule déjà prêts, mais il reste à cuisiner le plat principal – un tartare de saumon – et le dessert – une mousse de framboises – sous le regard attentif d’un jury de connaisseurs.

Les équipes portent les noms d’épices – safran, vanille, cannelle… – et sont réparties par année d’expérience avec l’aide de leurs conjoints.

Une candidate en lice... et un auxiliaire zélé !

Les BEGGINERS, comme elles se surnomment, sont seulement quatre mais très solidaires et prêtes à tout. Les 2èmes année quant à elles sont à fond dans la compétition et affirment que les cours du jeudi soir n’apportent « que du bon ». C’est partout pareil dans les autres équipes, « on a créé des liens à l’extérieur des cours, nous sommes devenus amis ».

La touche déco des Ateliers de... Parce que le plaisir commence par les yeux

En sortant sur les marche pour profiter des rayons de soleil d’une timide éclaircie, je vois passer devant moi un vase rempli de pommes et surmonté d’un magnifique bouquet « on a le souci du détail aux Ateliers de Pascale » me confie-t-on. Puis deux autres bouquets suivent, mais ceux là sont des cadeaux pour l’organisatrice : « Qui essaie d’acheter le jury ? » demande une dame en souriant.

En rentrant dans la pièce principale, je vois que les plats prennent forme, les créations colorées de tartare de saumon ou de mousse de framboises se dessinent. Des odeurs alléchantes et multiples me montent aux narines dans un joyeux tintamarre. C’est vraiment beau à voir… ça a l’air surtout bon à manger !

Pascale au micro interrompt tout ce beau monde pour donner à chaque fois des nouvelles instructions « Six personnes en cuisine pas plus. Prenez le moins de place possible dans le frigidaire ! Il ne reste plus qu’un quart d’heure ».

Coup de feu autour du tartare de saumon !

Un « oooh ! ! ! » général se fait entendre. C’est la catastrophe ! « On oublie ça, c’est la panique ! Changement de plan » dit un cuisinier à sa femme qui accourait un saladier à bout de bras. Vite, les finitions, une assiette à corriger, un tartare à relever d’une pointe de sel…

Lorsqu’on les interroge, les participants nous font part de leur problèmes : pas assez de temps et un problème par rapport aux quantités, car c’est dur de cuisiner pour 18 personnes pour ce dîner !
Chaque équipe était sûre de sa victoire mais moins en découvrant les plats des autres « la déco ça change tout  ».

Des points en plus ? Un quizz culinaire aux questions plus ou moins tordues était distribué aux invités. Et si c’était à refaire l’année prochaine ? «  On est présent. A 200 %.  » clament en chœur les cuisiniers du soir !

Quelques jours plus tôt, par une après-midi ensoleillée, nous avions rencontré Pascale et Sophie au restaurant La Bulle, rue Fessart, où elles donnent leurs cours de cuisine ainsi que le cours d’arts plastiques pour les enfants.

Sophie en pleine leçon

C’est en effet l’originalité des Ateliers de…, une association montée en 2005 par ces deux amies qui se sont rencontrées dans le cadre d’Osez Créer au féminin : mêler arts de la table et arts plastique en une activité que résume leur devise, « Quand la cuisine se mêle de l’art et l’art de la cuisine. »

Sophie a fait les Beaux Arts et l’Ecole du Louvre. Au-dessus du Carré Belle-Feuille, elle anime Les Ateliers de Sophie, des cours d’arts plastiques pour adultes. Dans le cadre des Ateliers de Pascale, Sophie donne aux enfants des cours d’arts plastiques en lien avec la cuisine : qu’il s’agisse d’illustrer leur cahier de recettes, ou bien, ce jour-là de décorer des plateaux de service de fruits et de légumes, chaque activité est pensée en lien avec le cours de cuisine du jour. « L’art et la cuisine sont de plus en plus associés dans l’art contemporain, explique Sophie, le côté bidouille, main à la pâte, se retrouve dans les deux domaines. »

Pascale, avec Quentin et Philippine qui viennent d'achever leurs friands au fromage

Pascale, elle, est passionnée de cuisine. Après avoir envisagé d’ouvrir un restaurant – « trop contraignant » juge-t-elle aujourd’hui, en regardant travailler Stephan, le patron de La Bulle – elle a cédé à l’appel de ses amis, qui lui demandaient de leur donner des cours. Pascale adore transmettre son savoir, le cadre associatif qu’elle a mis en place lui convient parfaitement. Elle donne des cours pour enfants, pour ados et pour adultes, tous les soirs, les mercredis, et plusieurs samedis par mois, de la préparation des ingrédients à la vaisselle finale. L’esprit convivial règne, un esprit qu’elle entretient dans ses « cours épicuriens » du samedi, où les groupes passent trois heures à découvrir 4 à 5 recettes autour d’un produit.

Le concours de fin d’année était une façon de célébrer les belles rencontres des Ateliers de…, le plaisir de cuisiner ensemble et de partager tout en exaltant le ludisme et la curiosité. Un moyen aussi d’associer les conjoints – à commencer par les époux des deux animatrices – à cette belle aventure.
Depuis leur création, le succès des Ateliers de… ne se dément pas, et la liste d’attente est longue ! Autre indice qui ne trompe pas : le président de Vins et découvertes, le club d’œnologie, s’est invité au jury. De nouvelles perspectives s’ouvrent…