blanches, bleues, embaumantes, croulantes... les glycines à travers la ville

On notera que les glycines servent volontiers d’écrins aux panneaux de sens interdit… et à quelques autres.

Ce jour de printemps me fait regretter que ne soit pas pris en compte un facteur esthétique au moment de l’implantation des panneaux de signalisation… Vous me direz qu’ils sont faits pour être vus ! Vrai, mais parfois, on peut les apposer de façon à ce qu’ils soient vus sans enlaidir les belles choses.

Dans tous les cas, il faut savoir qu’il reste à Boulogne Billancourt environ 700 maisons particulières (sur 115 000 habitants) et tous les projets de densification, révisions de PLU etc… font craindre que beaucoup d’entre elles ne soient rapidement victimes d’un urbanisme débridé auquel les prix du foncier ouvrent les vannes. Soyons vigilants pour qu’elles gardent une place protégée dans le PLU à venir qui nous sera proposé pour enquête publique vers la fin 2012.

En effet, la ville manque d’espaces verts publics, mais au moins, nous pouvons tous jouir d’une partie visible des espaces verts privés que les propriétaires de ces maisons entretiennent avec soin. Ces jardins sur rue sont un peu nos jardins. Nous en avons le plaisir des yeux.

The following two tabs change content below.
lecteur invité
Associatifs, professionnels ou particuliers, les lecteurs invités de l'e-bb nous envoient de temps en temps leurs articles. Pourquoi pas vous ?