Lors du dernier conseil communautaire de l’année, GPSO a renouvelé son aide à l’achat de VAE.

Depuis le 1er janvier 2012, dans le cadre de l’Agenda 21, GPSO a mis en place, à l’instar de Paris ou de Nantes, une subvention destinée aux particuliers désireux d’acheter un vélo à assistance électrique (VAE).
Devant le succès de ce dispositif incitatif (70 % des bénéficiaires ont déclaré l’an dernier avoir acheté un VAE parce que la subvention existait), il est reconduit pour un an.

Un vélo électrique lorsque la pente est trop rude figurait parmi nos idées cadeaux de décembre

Un vélo électrique vendu par la Gazelle figurait parmi nos idées cadeaux de décembre

Dans le détail, il s’agit d’une subvention équivalant à 25 % du coût du vélo TTC, plafonnée à 300 euros. Pour en bénéficier, il faut répondre aux critères suivants :

  • Avoir sa résidence principale dans GPSO (une feuille d’impôts et une facture vous seront demandées)
  • Acheter un vélo neuf et s’engager à ne pas le revendre d’ici trois ans
  • Ledit vélo doit être homologué VAE (2 ou 3 roues – ce qui inclut donc les triporteurs -, la puissance du moteur est limitée à 250 W maximum, le moteur doit se débrayer automatiquement dès que le cycliste cesse de pédaler, l’assistance électrique doit diminuer progressivement avec la vitesse, puis se débrayer quand le vélo dépasse la vitesse de 25 km/h.

Une seule subvention est accordée par ménage.
En deux ans, le nombre de bénéficiaires est en légère augmentation – de 190 à 196, ce qui correspond à la ligne budgétaire arrêtée pour ce dispositif. Les Boulonnais représentent 15 % des bénéficiaires, Meudon arrivant en tête (27 %) et Ville d’Avray bonne dernière (4 %).
A noter qu’en lien avec cette initiative, GPSO développe son réseau de liaisons douces (pistes cyclables), comme on en a eu un exemple récent avenue Pierre Grenier. Dans la même perspective, les initiés auront souri lorsque, à l’occasion de la délibération sur le stationnement sur voirie, le maire de Boulogne-Billancourt, Pierre-Christophe Baguet, a glissé incidemment qu’à terme il faudrait prévoir que les triporteurs puissent stationner à Boulogne sur les places réservées aux véhicules… la bataille promet d’être féroce, d’autant que, les triporteurs n’étant pas immatriculés, il sera bien difficile de verbaliser ceux qui ne paieraient pas leur parcmètre !

Téléchargez le règlement complet de la subvention ici.