Il fallait s’accrocher pour suivre le deuxième conseil de GPSO : pas d’ordre du jour à la disposition du public, des projections illisibles – y compris pour les élus – sur le grand écran au fond de la salle, et un certain nombre de délibérations « adoptées par anticipation en attendant le vote des conseils municipaux. »

Ce conseil était en fait la poursuite du conseil d’installation du 9 avril : après un délai raisonnable, il s’agissait notamment d’élire les représentants de GPSO aux agences, commissions, associations et syndicats divers qui environnent la communauté d’agglomération. Soit plus d’une trentaine en tout…

Auparavant, on a appris qu’un groupe d’opposition de gauche s’était constitué, « Gauche GPSO, » présidé par Marc Mossé, et que le groupe de la majorité serait présidé par Jean-Jacques Guillet et Hervé Marseille. Pierre-Christophe Baguet a ironisé sur l’absence et le silence des élus d’opposition de droite de Boulogne-Billancourt, qui en conséquence en seraient élus à aucune commission.

Grégoire de la Roncière, nouveau vice-président de GPSO

Grégoire de la Roncière, nouveau vice-président de GPSO

Les délégations des vice-présidents ont également été communiquées :

  • Culture et Sport : Grégoire de la Roncière (Sèvres)
  • Développement durable : Christiane Barody-Weiss (Marnes-la-Coquette)
  • Développement économique et politique de la ville : Pascal Thévenot (Vélizy)
  • Habitat, transports et numérique : Jean-Jacques Guillet (Chaville)
  • Espace public et voirie : Bernard Gauducheau (Vanves)
  • Finances et projet d’agglomération : Denis Badré (Ville d’Avray)
  • Emploi, ressources humaines et patrimoine : Hervé Marseille (Meudon)
  • Règlement intérieur : Philippe Knussmann (Issy-les-Moulineaux)

La composition des différentes commissions ayant ensuite été énumérée à toute vitesse, on attendra qu’elles soient publiées sur le site de GPSO pour vous les donner. On retiendra que, pour la plupart, les délibérations n’ont pas été officiellement adoptées, puisque les candidatures devaient d’abord être validées par des conseils municipaux qui ne se sont pas encore tenus. Ainsi de la Commission locale d’évaluation des charges transférées, à laquelle devraient siéger pour Boulogne Christine Lavarde et Jean-Claude Marquez, suppléés par Gautier Mougin et Pascal Louap, si le conseil municipal du 7 mai le confirme. Ce type d’acrobaties est relativement coutumier de GPSO.

Pascal Thevenot, nouveau vice-président de GPSO

Pascal Thevenot, nouveau vice-président de GPSO

On notera pas ailleurs qu’aucun élu d’opposition ne siègera à Seine Ouest Habitat, l’office de HLM de la communauté d’agglomération ; que Pierre-Christophe Baguet a refusé la nomination de suppléants aux commissions où un seul représentant de l’opposition avait été élu parce que « ce serait trop compliqué, » et que Denis Badré a été débouté de sa demande d’avoir davantage de représentants de Ville d’Avray auprès des sociétés de HLM, au nom de l’effort consenti par sa commune, très en retard, dans la production de logements sociaux. Monsieur Marseille a proposé un compromis en suggérant que les Dagovéraniens pourraient être suppléants des titulaires présentés, mais le président de GPSO a campé sur ses positions. Il est cependant possible que la situation se modifie ultérieurement, puisqu’il a déclaré : « On valide cette liste et on verra après. »

Un commentaire d’observateur extérieur : ces dizaines de commissions et autres donneraient le tournis à plus d’un : entre autres, le syndicat Autolib’, les autorités responsables en matière de transport, ou le ru de Marivel. A chaque fois, cela demande du temps et des moyens, apparemment conséquents. On aimerait savoir quelle est leur finalité, quel est leur budget de fonctionnement, et quel est leur bilan.

André Santini, qui préside par ailleurs le conseil de surveillance de la Société du Grand Paris, a rendu hommage à l’ancien maire de Sèvres, François Kosciusko-Morizet, pour sa gestion de la prochaine installation d’un tunnelier sur l’Ile Monsieur. C’est en effet l’un des points d’entrée pour l’aménagement du Grand Paris Express. Monsieur Kosciusko-Morizet aurait œuvré pour limiter au maximum les nuisances occasionnées par un tel chantier.

La dernière délibération portait sur les indemnités des élus communautaire. Leur montant n’a pas été indiqué au public, mais elles obéissent « à la stricte application des textes. »

Prochain conseil le 26 juin à 18h30