La Société du Grand Paris publie le premier agenda culturel du Grand Paris Express. Une explosion d’initiatives célébrant la création, la jeunesse et la ville.

Le défilé en grande pompe des engins de chantier à Clamart en juin dernier était bien un suovétaurile moderne. Escortés par les artistes, acclamés par les politiques et par la foule, les monstres d’acier attiraient sur le projet gigantesque du Grand Paris Express tous les augures possibles. KM1, c’était le nom de cette cérémonie extraordinaire.

Alors que la Société du Grand Paris vient de publier son premier agenda culturel, on saisit mieux l’envergure d’un projet qui excède de beaucoup le simple tracé d’un super-métro.

Le Grand Paris Express, un manifeste de la modernité urbaine

Si ce n’est pas le chantier du siècle, le Grand Paris Express se distingue sans doute par sa fonction motrice, dans un environnement à part. C’est bien à partir de ses 200km de voies nouvelles et de ses 68 gares, le tout pour un budget de 30 milliards d’euros, qu’une nouvelle impulsion a été donnée à la métropole parisienne.

Grand Paris Express

Le Manifeste de la création vient de paraître.

Au plan institutionnel, c’est l’instauration de la Métropole du Grand Paris. Au plan urbanistique, la loi sur le Grand Paris et ses obligations de logements, tout comme le concours Inventons la Métropole du Grand Paris prennent appui sur les futures gares pour penser les mobilités et les activités de demain.

Mais les concepteurs successifs n’ont jamais perdu de vue qu’il faudrait une facette culturelle à cette identité métropolitaine en pleine mutation. Nouveaux modes de transport, nouveaux espaces, nouvelles pratiques, désenclavement, circulation… tout invitait à pousser l’innovation également en ce sens.

Cette innovation sera protéiforme. Elle est annoncée et revendiquée dans le tout récent Grand Paris Express – Manifeste de la Création (Gallimard 2017), signé par 70 personnalités. Et, surtout, elle est appelée à s’incarner en empreintes éphémères et pérennes tout au long du chantier.
Philippe Yvin, président du directoire de la Société du Grand Paris, en a réaffirmé le principe lors de la présentation de l’agenda : « Le Grand Paris Express n’est pas seulement une aventure technique et urbaine, c’est un grand projet d’architecture, de design, d’art et de culture. »

José-Manuel Gonçalvez, directeur artistique

Grand Paris Express

José-Manuel Gonçalvès, directeur artistique et culturel du Grand Paris Express – DR

Son nom s’impose comme une évidence : c’est à José-Manuel Gonçalvez que la programmation artistique et culturelle a été confiée. Les habitués du Centquatre à Paris connaissent bien ce démultiplicateur de rencontres, chargé en son temps de la Nuit Blanche. Le touche à tout inlassable poursuivait un rêve : « continuer d’imaginer de nouvelles approches de participation de l’art au développement de projets urbains. » (Le Monde, 2013) Comme une préfiguration de la commande du Grand Paris Express.
José-Manuel Gonçalvez articule sa proposition en trois pôles : la jeunesse, la création et l’innovation urbaine.

Installations, itinérances, commande publique et appels à projets

La programmation 2017-2018, riche et foisonnante, impulse une dynamique destinée à s’accroître.

Des installations durables et évolutives

Elle marque le début d’un cycle de commandes publiques originales, fruit de la collaboration d’un artiste et d’un architecte en tandem. A terme, 40 gares du Grand Paris Express seront habitées par l’une de ces œuvres monumentales.
Dès cet automne, les habitants sont invités à prendre part au projet Appel d’Air, de Thierry Boutonnier. Il s’agit de prendre soin, en pépinière ou chez soi, des arbres qui seront plantés sur tous les parvis des gares. Ces arbres, des Paulownia-Tomentosa à la floraison spectaculaire, agiront comme autant de repères.

Grand Paris Express

Thierry Boutonnier lance Appel d’air – CR COAL

Pour accompagner le chantier, des œuvres pérennes mais mobiles circuleront à travers le Grand Paris. Tobias Rehberger et le musicien Thylacine ont inauguré la série, avec une oeuvre immersive présentée dans l’île Saint Germain lors de la dernière Nuit Blanche, Paysage vu à travers un point d’observation. Le Gyrotope de Pablo Valbuena conduira quant à lui la boucle de la ligne 15 d’un point à l’autre.

Grand Paris Express

Installation et musique électro, par Tobias Rehberger et Thylacine – CR Société du Grand Paris – Benjamin De Diesbach

Des chantiers partagés autour des moments forts de l’aménagement

Suivant la progression du chantier, d’autres manifestations sur le modèle du KM1 seront organisées. Notons déjà le KM4, en novembre prochain à Champigny sur Marne, pour l’entrée en action du premier tunnelier.

Génération Express

Enfin, à partir de mai 2017, des appels à projets seront adressés aux jeunes créateurs. Dans le cadre de Génération Express, tous les supports seront sollicités. Les premiers projets portent sur :

  • En mai 2017 : Numéri-Scope, pour penser les tables d’orientation du Grand Paris Express
  • En septembre 2017 : Les horloges du Grand Paris Express. Comme son nom l’indique, concours de création pour un mobilier urbain emblématique des gares…
  • Fin 2017 : les enseignes. Une vraie invitation à la création : imaginer les enseignes des différentes gares !

En un mot, ça va bouger et proliférer comme jamais dans cet espace si vaste qu’on en cerne encore mal les contours. En attendant que le nouveau transport nous mène à elles, les œuvres viennent à nous. Consultez le programme complet et n’hésitez pas à prendre part aux événements : le maître mot du Grand Paris Express est interaction !

The following two tabs change content below.
asophie

asophie

Rédactrice en chef de l'e-bb
Boulogne sous tous les angles