Aux confins du nouveau quartier de Boulogne Billancourt et du chantier d’aménagement, sur le trottoir aseptisé de l’avenue Emile Zola, devant la porte de l’immeuble des bureaux de CARREFOUR, une chaise, sur laquelle un monsieur impeccable en costume-cravate lit le Figaro. A ses pieds, une pancarte : « En grève de la faim, » et non loin de lui, une tente démontée à la demande de la police pour ne pas occuper indûment le domaine public.

Xavier Kemlin, depuis 3 jours, a commencé une grève de la faim pour contraindre le conseil d’administration de CARREFOUR à la démission.

Monsieur Kemlin devant le siège de Carrefour, ce matin

Les raisons ? Il nous les donne bien volontiers.
Les mauvaises stratégies approuvées par le conseil d’administration, tant locales qu’internationales, auraient abouti à l’appauvrissement de l’image et des produits de CARREFOUR, à la démotivation du personnel et à l’appauvrissement du groupe par des échecs répétés, notamment au Brésil. De grands hebdomadaires se sont fait l’écho, il y a plusieurs semaines déjà, de ces initiatives hasardeuses et pour tout dire promises à l’échec.

Monsieur Kemlin, fils d’épicier, CAP de boucher, de poissonnier puis directeur de magasin, puis acheteur… Monsieur Kemlin, donc, actionnaire minoritaire, suit les cours et les bulletins d’information, écrit lettres et suggestions, en RAR, et n’obtient aucune réponse… Depuis le 1er janvier, le cours de l’action Carrefour a chuté de 49,84 %, comme on peut le constater sur le site du groupe.

Ce mauvais chiffre est analysé comme suit :

  • Croissance des ventes portée par la croissance des marchés émergents
  • Résultat opérationnel courant en baisse de 22 % principalement du fait de la France
  • Résultat net pénalisé par des charges exceptionnelles significatives (informations recueillies sur le site de Carrefour)

Historique du Carrefour - source : carrefour.com

On ne s’attardera pas sur les grands noms qui composent le conseil d’administration, ils sont également à la disposition du visiteur sur le site du groupe. De même, le groupe expose de manière très transparente la répartition de son capital. Parmi les principaux actionnaires, un fonds d’investissement, pour qui la motivation du personnel est un joker… et l’objectif, une rentabilité maximale. Il est probable que la logique de Monsieur Kemlin et celle de ce très gros actionnaire diffèrent.

Quoi qu’il en soit, de mauvais choix en mauvais chiffres, de non-réponses en indifférence, Carrefour est parvenu à rendre un homme suffisamment en colère et à bout de recours pour entamer une grève de la faim au pied de son siège.

Si vous voulez être gentil avec Monsieur Kemlin, apportez-lui, le matin, une petite cuvette d’eau ou mieux, invitez-le chez vous pour un brin de toilette. Aujourd’hui, il s’est rasé sans eau en se mirant dans un rétroviseur…

Sans avoir de compétence ni d’avis sur la gestion de Carrefour, je sens un grand capital de sympathie m’envahir… Des voisins aussi. L’un lui a apporté la chaise sur laquelle il est assis, un autre le Figaro tout neuf.

Heureusement que le temps est clément ce soir, monsieur Kemlin le ventre vide, passe sa troisième nuit dehors.

The following two tabs change content below.
lecteur invité
Associatifs, professionnels ou particuliers, les lecteurs invités de l'e-bb nous envoient de temps en temps leurs articles. Pourquoi pas vous ?