Les 12 et 13 mars 2011, les salons d’honneur de l’Hôtel de Ville accueillent une exposition philatélique régionale sur le thème Philatélie et Liberté.

Le visage le plus célèbre du monde

Pour le 125è anniversaire de l’inauguration de la statue de la LIBERTE ECLAIRANT LE MONDE, Pierre Bouvard, président de l’Association Philatélique de Boulogne Billancourt a contribué à exhumer un moulage de la tête de la Liberté, appartenant au musée des années 30.

Cette tête, on dit qu’elle est le portrait de la mère du sculpteur, Auguste Bartholdi (ayant demeuré 45 rue Gutenberg à Boulogne Billancourt). Elle sert de modèle aux enveloppes et timbres mis en vente pour le souvenir de cette très belle manifestation.

Claude Vasconi est à l'honneur

En visitant l’exposition qui s’installe, on peut être envahi d’une certaine nostalgie, ou remonter le temps du quotidien sans dépaysement. Les timbres, réunis selon des thématiques choisies, ressuscitent le courrier de nos arrière-grand-mères. Si vous avez toujours voulu savoir à quoi ressemblait le Vieux Pont de Sèvres, au bout de la rue du même nom, alors que ce quartier prépare une nouvelle mutation – et quelle mutation ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! – vous en trouverez une carte postale.
Inspirée par le même périmètre géographique, la Poste, qui consacre une série à l’architecture moderne, édite une enveloppe premier jour en hommage à Claude Vasconi, pour l’atelier 57 Métal (27 avril 1987).
Émis le 24 avril 2006, un timbre est consacré au jardin japonais Albert Kahn… comme un clin d’oeil à l’exposition « Le temps suspendu, » voici le petit pont rouge dessiné par Michel Bez pour la Poste et les jardins.

Comme le fameux petit pont...

Dans la cour d’honneur, Jacques Renaud, de Sèvres expose des courriers transportés par dirigeable allemand, et Serge Lescoat, de Saint Cloud, expose les marques du bureau spécial du château de Saint Cloud. Au détour des panneaux, l’oeil s’accroche à la vapeur sur rail, ou aux lavoirs et lavandières de l’Essonne, et s’arrête sur les portraits d’Hugo et ses proches, Gustave Eiffel en son temps…. et La liberté éclairant le monde.

Ces trois derniers tableaux sont étroitement liés par l’esprit et l’action… Hugo fut en effet à l’origine du cadeau aux américains de la statue de la Liberté, Bartholdi lui donna sa silhouette et son visage d’airain, et Eiffel son squelette. Le voisin de Bartholdi, Jean Baptiste Emile Gaget était justement fondeur, et ses ateliers non loin, à Paris .
Connaissez-vous d’ailleurs la petite histoire du fondeur de la statue de La liberté, Gaget-Gauthier ? Celui qui envoya par péniche puis bateau du Havre à New York, les pièces gigantesques du kit de la statue de fonte en 241 caisses en juillet 1886 ?
Gaget, soucieux de sa publicité, organise une opération de promotion inédite : le jour de l’inauguration, il offre à chaque VIP, une statuette réduite, comme on fait encore de petites tour-Eiffel. Les invités, entre eux, se demandaient « have you got your gadget ? » « Avez-vous eu votre gaget ? » (prononcez gadget en américain).

Si vous êtes trop jeunes pour y avoir assisté il y a 125 ans, du moins pouvez-vous vous l’offrir en timbre pour 2 € en souvenir de cette riche exposition.

The following two tabs change content below.
lecteur invité
Associatifs, professionnels ou particuliers, les lecteurs invités de l'e-bb nous envoient de temps en temps leurs articles. Pourquoi pas vous ?