Après le jugement de la cour d’appel de Paris le 17 octobre 2013, nous avons demandé à Agnès Popelin, secrétaire générale adjointe d’Ile de France environnement, de dresser l’état des lieux du projet d’extension de Roland Garros sur les serres d’Auteuil.

Qu’en est-il de l’avenir du Jardin botanique des Serres d’Auteuil promis depuis février 2011 à accueillir l’extension du stade Roland Garros, réclamée par la Fédération Française de Tennis et offerte par la Ville de Paris ? Le jardin devrait devenir le nouvel écrin d’un stade de tennis de 4 950 places et accueillir le public du tournoi de tennis dans les boutiques et restaurants qui seraient implantées dans ses bâtiments en meulière, l’Orangerie et du Fleuriste Municipal.

Ce jardin, au calme encore préservé des pelleteuses, est devenu l’un des dossiers les « chauds » de la défense du patrimoine et l’environnement à Paris, un condamné en sursis, objet d’une longue bataille judiciaire.

Un site dédié à la botanique depuis Louis XV

Paradis des chercheurs, amateurs de botaniques et d’horticulture ou simples promeneurs avec ses arbres remarquables et ses splendides collections de plantes rares, le lieu avait été choisi en 1761 par Louis XV pour s’adonner à sa passion de la botanique.

Le jardin botanique préservé depuis sa création en 1898 - CR Julie Popelin

Le jardin botanique préservé depuis sa création en 1898 – CR Julie Popelin

Alphand le dédia sous Napoléon III à la production des fleurs et à la conservation de collections végétales. En 1894, Jean Camille Formigé fut chargé d’agrandir et d’embellir le « Fleuriste Municipal ». Elève de Baltard et Eiffel, il y édifia les dernières serres monumentales françaises du XIXe siècle, chef d’œuvre de légèreté et d’élégance. Amputé d’un tiers en 1968 par la construction du Périphérique, ce chef d’œuvre végétal et architectural rebaptisé Jardin des serres d’Auteuil a connu un nouvel essor dans les années 1980/90 avec la mise en place de nouvelles collections végétales, de serres restaurées ou nouvelles et des équipements hydrométriques sophistiqués … La consécration vint en 1998, l’année de son centenaire, avec l’obtention du label Jardin Botanique de France et son inscription de l’ensemble du Jardin, y compris le sol, à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques. Le Jardin semblait être alors un hâvre intouchable.

Serres chaudes et leurs fragiles collections - CR Julie Popelin

Serres chaudes et leurs fragiles collections – CR Julie Popelin

Aujourd’hui, le jardin compte plus de six mille espèces végétales regroupées en collections thématiques ou systématiques. La trentaine de serres du Jardin d’Auteuil est complémentaire du Muséum National d’Histoire Naturelle, des 11 Conservatoires Botaniques Nationaux et des 49 autres jardins botaniques dispersées en France. Ses collections constituent un patrimoine remarquable au sein de l’ensemble des collections végétales françaises. Parmi les plantes du jardin ayant reçu le label de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), plus de 50 sont situées dans les serres chaudes promises à la destruction, certaines ayant en outre reçu l’agrément du Conservatoire des collections végétales spécialisées.

Un Jardin gravement menacé

Les menaces sont doubles :

Ce qui va disparaitre - CR Julie Popelin

Ce qui va disparaitre – CR Julie Popelin

– Les plus immédiates et visibles, celles encourues par plus de 200 arbres, arbustes, plantes dont plusieurs remarquables ou rares promis à l’abattage ou au dépérissement irréversible par l’implantation du nouveau stade de tennis dans le tréfonds du Jardin, à 8 mètres de profondeur. Egalement sont à déplorer les risques de pertes encourus par les fragiles collections végétales lors de leur déménagement hors des serres promises à la destruction.

– Autres menaces insidieuses pesant sur l’ensemble du site, pourtant protégé en tant que site ISMH (Loi 1913) et monument naturel (Loi 1930), les atteintes irréversibles portées à la cohérence pédagogique du jardin, son harmonie architecturale et paysagère en accueillant un stade de 4950 places et des espaces dédiés a à l’accueil des 40 000 spectateurs quotidiens du tournoi et gérés toute l’année par la FFT. La destruction et la transformation d’une partie du Jardin en stade entouré de serres détruirait de façon irréversible l’équilibre de l’ensemble. Plus rien, hélas, n’arrêterait sa reconversion.

L'orangerie en mars 2011 - CR Julie Popelin

L’orangerie en mars 2011 – CR Julie Popelin

Les associations de défense du patrimoine et de l’environnement nationales France Nature Environnement (FNE), Sites et Monuments (SPPEF) et les Vieilles Maisons Françaises (VMF) — soutenues notamment par l’ICOMOS paysages, la plus haute instance internationale de protection du patrimoine et du paysage, rattachée à l’UNESCO, les associations régionales, parisiennes et boulonnaises – ainsi que les élus Europe-Ecologie-Les Verts de Paris et une partie de l’UMP – se sont vivement opposées au projet et une pétition a recueilli plus de 52 000 signatures. Un contre-projet, soutenu par la mairie de Boulogne Billancourt et solidement étayé par une étude de faisabilité technico-financière financée en majeure partie par la ville boulonnaise, propose l’extension des équipements du tournoi sur une dalle couvrant une partie de l’A 13. Cette alternative qui offrirait l’apaisement juridique et une emprise permanente supérieure à celle promise, pour un coût équivalent à l’extension dans le Jardin des serres a été refusée officiellement par la FFT.

Des batailles en fond de cour judiciaire

La bataille entre les défenseurs du Jardin et les promoteurs du projet d’extension de Roland Garros se déroule désormais devant les tribunaux à l’heure où les permis de construire ont été déposés par la FFT et sont en cours d’instruction à la direction de l’urbanisme de Paris.

Les 9 chapelles des serres chaudes enfoncées dans la terre comme les serres chinoises - CR Julie Popelin

Les 9 chapelles des serres chaudes enfoncées dans la terre comme les serres chinoises – CR Julie Popelin

La contestation porte notamment sur la délibération du conseil de Paris des 11 et 12 juillet 2011. Celle-ci autorisait le maire de la capitale à signer une convention avec la Fédération française de tennis pour permettre à cette dernière d’exploiter, d’étendre et de rénover le site du stade Roland Garros.

Annulée en février dernier par le tribunal administratif, La cour d’appel de Paris a confirmé par un arrêt du 17 octobre le jugement.

Dans les attendus de son arrêt, la cour d’appel estime que le taux de redevance versée par la FFT à la Ville de Paris reste très insuffisant, compte tenu des nombreux avantages accordés par la Ville à la fédération sportive. Bon nombre des motifs d’annulation relevés par la Cour demeurent dans la seconde convention d’occupation du domaine public, adoptée en avril 2013 par le conseil de Paris, ce qui laisse peser de sérieux doutes quant à sa légalité.

Serres techniques et chapelles serres chaudes - CR Julie Popelin

Serres techniques et chapelles serres chaudes – CR Julie Popelin

A la différence du tribunal administratif, la cour d’appel interprète de façon restrictive la protection à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques du jardin botanique d’Auteuil. Selon elle, celle-ci ne porterait que sur le seul jardin à la française et elle considère que le projet de la FFT ne porte pas atteinte à la protection du jardin botanique. Cette position que regrettent les associations, ne permet cependant pas de valider la réalisation des travaux. Ceux-ci dépendent encore de la délivrance des autorisations par les autorités chargées de la protection des sites, à savoir le Ministre de l’Environnement après avis de la commission des sites et des paysages.

D’autres recours sont diligentés contre le PLU parisien modifié en vue de permettre l’extension et les permis de construire, une fois délivrés.

Rien n’est encore joué pour ce Jardin où le temps semble s’être arrêté. Un conseil, venez faire votre propre opinion et découvrir les collections des serres dont l’accès est gratuit à la différence de celles du Jardin des Plantes. Venez voyager au gré des collections et profiter de ce lieu, magique empreint de poésie, de douceur et de volupté.

Agnès Popelin

 

The following two tabs change content below.
lecteur invité
Associatifs, professionnels ou particuliers, les lecteurs invités de l'e-bb nous envoient de temps en temps leurs articles. Pourquoi pas vous ?