Après les cavistes, les marchands de jouets et les épiceries fines, c’est au tour des libraires de nous faire part de leur coup de cœur de fin d’année. Sophie, Louise et Anne-Sophie ont fait le tour de ces temples en papier, tapissés de livres jusqu’au plafond et parfois sur plusieurs épaisseurs, que sont les librairies de la ville.

Sophie a disserté sur la littérature de voyage avec un libraire qui joignit la lecture à l’odyssée, Louise a posé pour un dessinateur de talent, Anne-Sophie aurait voulu vider les étagères… En un mot, au cours de cette tournée, nous avons partagé avec eux la connivence des lecteurs : parfois le titre sortait immédiatement, parfois, parmi des centaines de livres lus et aimés, le choix demandait réflexion.
De boutique en boutique, les choix sont variés mais partout on sent le coup de cœur : séduits par l’émotion, l’humour ou l’élégance, nos libraires nous ont gâtés.

On attend avec impatience la contribution des retardataires parce que c’est aussi ça, être libraire à Boulogne Billancourt : à partir du début du mois de décembre, on ne touche plus terre !

Librairie Folie de Lire – Université Paris 5, 71 avenue Edouard Vaillant

Maria Zaccagnini

Un grand plaisir du métier de libraire est de conseiller un livre qu’on a soi-même lu et apprécié.
La librairie « Folie de Lire » est située à l’intérieur de l’Université, donc, le fonds est constitué d’ouvrages consacrés aux disciplines des sciences humaines, mais nous proposons aussi une sélection d’ouvrages moins spécialisés.
Je suis ravie, par exemple, de présenter Mange, prie, aime, d’Élisabeth Gilbert, un livre de poche bien plus subtil que les argumentaires commerciaux et articles de presse qui l’accompagnent. C’est le récit d’une expérience voyageuse en Italie, en Inde et en Indonésie, spirituelle aux deux sens du terme – on rit beaucoup -,dosant avec élégance pudeur et sincérité, écrit dans une langue simple et vive. Un livre qui nourrit la réflexion et suscite l’émotion davantage qu’aucun film ne saurait y parvenir !
C’est un livre de poche de 500 pages.
Son prix : 6,95 €.

Librairie Des Souris et des Livres, 103 boulevard Jean-Jaurès

Pascale Bragard

Toute une histoire, d’Hanan El-Cheikh, Editions Actes Sud.
Hanan El-Cheikh, libanaise, nous raconte l’histoire de sa mère mariée de force à 14 ans. Celle-ci, follement éprise d’un autre homme, décide d’affronter les conventions sociales et religieuses pour vivre pleinement son amour.
L’auteur, grâce à une écriture vive et une héroïne enjouée, réussit à traiter d’un sujet délicat de manière légère et parfois ironique.
A travers cette fresque familiale, le lecteur est amené à découvrir en arrière-plan, l’histoire du Liban des années 30 à nos jours.
C’est une bonne surprise des romans de la rentrée littéraire !
C’est un livre de 330 pages.
Son prix : 22,80 €

Librairie Bon de Savoir, 211 bis boulevard Jean Jaurès

librairie bon de savoir

Laurent Chauvin

La Carte et le territoire de Michel Houellebecq, Editions Flammarion.
Distingué cette année par le prix Goncourt, ce roman retrace l’itinéraire de l’artiste plasticien Jed Martin depuis ce jour de décembre où son chauffe-eau rendit l’âme jusqu’à ce que son propriétaire fasse de même. Après l’exposition de ses photographies de cartes Michelin, la cote de ses œuvres ne fit que grimper (à l’étonnement de l’artiste même) jusqu’à causer l’assassinat spectaculairement horrible de Michel Houellebecq.
Les thèmes abordés sont variés (l’art, la société française, la mort… ) tout comme le sont les genres utilisés (du récit biographique au roman policier en passant par la critique artistique et la notice encyclopédique) mais le récit reste fluide. Dans ce roman à la mélancolie sereine, l’ironie et l’humour offrent aussi au lecteur nombre de savoureux moments.
C’est un livre de 428 pages.
Son prix : 22 €

Librairie France Loisirs, 5 avenue André Morizet

Laetitia Metrot

La Perle Du Sud de Linda Holeman.
Découvrez avant tout le monde, une magnifique histoire, avec des personnages envoûtants et une intrigue passionnante.
Un superbe voyage à la découverte de l’Orient et de sa culture dans les années 30, aux côtés de l’héroïne Sidonie, jeune Américaine qui part à la recherche d’Etienne, Marocain et père de son enfant qui, lui, vit à Marrakech. Mais cela va se révéler un vrai combat, qui va l’amener à faire une très belle rencontre et lui changer le court de sa vie.
Ce roman va vous apporter un dépaysement ensoleillé.
C’est un livre de 669 pages, à offrir ou à s’offrir.
Son prix : 18,50 €

Librairie du Pont de Sèvres, 73 avenue du Général Leclerc, Centre commercial du Pont de Sèvres

Dorinne Mehran

D’autres vies que la mienne, d’Emmanuel Carrère, aux éditions Folio Gallimard.
A la suite de la tragédie du tsunami en Thaïlande, mais pas seulement, Emmanuel Carrère accepte une « commande » : celle d’écrire sur d’autres vies que la sienne.
Cela faisait une éternité que je n’avais pas lu un livre pareil, il est tellement vrai ! La mort, les problèmes de couple, la perte… Il m’a profondément touchée, à la fin j’en pleurais.
Quand il est sorti en 2009, d’abord chez POL, j’ai fait un véritable forcing auprès de mes clients pour qu’ils l’achètent. Un jour, l’Agence française du Livre m’a appelée pour savoir comment j’avais pu en vendre autant !
C’est un livre de 333 pages.
Son prix : 6,60 €

Comptoir de la BD, 103 boulevard Jean Jaurès

Florent Salvador

L’intégrale de Green Manor, de Fabien Vehlmann et Denis Bodart, aux éditions Dupuis.
Cette intégrale reprend les trois tomes parus de la série Green Manor.
Au XIXème siècle, les membres d’un fameux club de Lords, le Green Manor Club, ont pour principale activité de s’entre-assassiner de la manière la plus horrible, la plus énigmatique et la plus originale possible.
Les 16 nouvelles qui composent ce recueil sont un délice d’humour noir et d’intrigues alambiquées à la Conan Doyle, avec une galerie de personnages plus british et diaboliques les uns que les autres.
Un bijou à ne rater sous aucun prétexte !
L’ensemble fait 160 pages.
Son prix : 35 €

Librairie Périples 2, 54 avenue Jean-Baptiste Clément

Claude Boisse

Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants, de Mathias Enard aux Editions Actes Sud 2010.
Le dernier livre d’Enard a remporté le Goncourt des lycéens, et c’est déjà un signe, parce que les lycéens ne se trompent jamais. Il raconte le séjour de Michel-Ange à Constantinople en 1506 : l’artiste devait y construire un pont sur la Corne d’or. Un tremblement de terre engloutit le projet. Enard ne joue pas au roman historique. Deux mondes sont rapprochés, l’Occident du Pape Jules II et l’Orient du Sultan Bajazet, dans toute leur complexité, mais aussi deux époques, puisque le narrateur assume parfaitement son anachronie : « Evidemment Istanbul était bien différente alors, on l’appelait surtout Constantinople. »
Enard s’inspire des listes de Michel-Ange pour ciseler des phrases sèches de chroniqueur, qui alternent avec la prose cadencée des poètes persans, Hafiz en tête. L’ombre nocturne et la voix androgyne d’une créature obsédante planent, en référence assez nette au Sarrasine de Balzac, autre nouvelle d’amour, de sculpteurs et de papes, sur fond d’un feu de paille ô combien métaphorique.
C’est un livre de 154 pages.
Son prix : 17 euros.