Emilie Prévosteau« Je ne suis pas Marilyn Monroe, mais son personnage me fascine depuis 6 ans »

Jeune femme, d’’apparence frêle et menue, enthousiaste et éloquente, Emilie Prévosteau, est à l’opposé de la blondeur opulente, exubérante de Marilyn Monroe.  Mais elle a été émue par cette actrice hors normes et a voulu exprimer ce mythe fascinant et tragique d’une époque, pas du tout révolue. Elle s’est imprégnée des diverses facettes d’un personnage, infiniment plus complexe que celui de la vamp aguicheuse dans lequel Marilyn s’était confondue, avant de pouvoir l’exprimer dans un monologue, écrit et mis en scène par Amine Adjina. Ces deux comédiens font partie de la « Compagnie du Double », titre emblématique de leur intention.

Ce jeu de miroir, franc et pervers, qui amène chacun à donner une image ambigüe de ce qu’il croit être, ce qu’il voudrait être. «  Marilyn Monroe voulait être la plus grande actrice. Elle a le goût de la perfection ; son jeu est souvent d’une précision hallucinante. Elle s’engage totalement dans ses rôles. Ainsi, quand elle embrasse Clarke Gable, c’est avec une totale spontanéité et elle ne comprend pas que celui-ci ne fasse que simuler ». En même temps elle se sent bête et humiliée. Cours de rattrapage, psychanalyse prolongée, liaisons prestigieuses, ne combleront pas cette déchirure, ce sentiment de n’exister qu’à travers le regard des autres.

La pièce s’intitule « Sur-Prise », jouant sur l’ambigüité d’une femme qui portait l’énigme en elle. Sa vie cinématographique fut une succession de prises sur prises. Ses personnages, d’apparence souvent futile, créaient la surprise. La comédie tendait à la tragédie.  La pièce a été montée, une première fois en juillet 2012, au « Vieux Colombier », où Emilie Prévoteau était « élève » de la Comédie Française.

Cette jeune comédienne, très décidée, tient à garder une certaine distanciation par rapport à Marilyn, tout en exprimant la sensualité, le goût de la séduction, l’espièglerie et les fragilités d’une femme qui a interprété de très beaux rôles, suscité des passions, avant de devenir un mythe. Non, Emilie Prévosteau n’est pas, ne veut pas se confondre avec Marilyn Monroe. Mais l’une comme l’autre, l’acteur et son double, expriment diverses facettes de la féminité ; c’est à dire l’humanité.

Sur-Prise Avec Emilie Prévosteau Texte et mise en scène d’Amine Adjina

Au Top le mercredi 21 mai (20h 30 )

 

The following two tabs change content below.
Gilbert Veyret

Gilbert Veyret

Il pensait ne rester que peu de temps à Boulogne-Billancourt. Cela fait plus de 40 ans que ça dure. 5 de ses petits enfants y vivent. Il commence donc vraiment à se sentir Boulonnais et à en connaître les contours ! Mais il aime aussi en sortir (Bordeaux, en arrière plan)