Dimanche 24 février 2013 se joue la dernière représentation d’Haïm – à la lumière d’un violon, au TOP. L’histoire d’un musicien de Pologne, Haïm Lipsky, déporté à Auschwitz et enrôlé dans l’orchestre du camp. Un hommage en forme de transmission à ne pas manquer !

La carrière de violoniste de Haïm Lipsky aura été très courte. Elle s’est achevée à vingt ans, après Auschwitz. Mais ses enfants, sa fille, son petit fils présent sur scène à Boulogne, en ont assuré la « transmission », expression qui reviendra plusieurs fois pendant la représentation.

Le petit garçon d’une famille nombreuse de Lodz découvre la musique et le violon avec l’aide de voisins complaisants, joue des mélodies klezmer et des morceaux classiques, avec des musiciens du shtetl.

Son violon lui permettra de survivre à Auschwitz, où un orchestre accompagne les phases de la solution finale. Rescapé, il embarque pour Israël qui a plus besoin, à l’époque, de bâtisseurs que de musiciens. Il devient électricien. Il a aujourd’hui 90 ans. On entendra sa voix pendant la représentation. Il s’y exprime en Yiddish.

Hommage à Haïm Lipsky sur la scène du TOP, avec Natacha Régnier à la narration et le petit-fils du musicien dans le rôle éponyme.

Hommage à Haïm Lipsky sur la scène du TOP, avec Natacha Régnier à la narration et le petit-fils du musicien dans le rôle éponyme.

Que peut ressentir le violoniste Naaman Sluchin qui joue le rôle de son grand père, dans cette belle représentation, en écoutant cette voix ? Héritier de cette grande tradition, il a commencé ses études au Conservatoire de musique de Boulogne-Billancourt, poursuivies au Conservatoire national de Paris, puis aux Etats Unis, à la Julliard School notamment. Il a joué avec « l’Ensemble Inter contemporain » et vient d’enregistrer son premier CD, des suites et partitas de Bach. Il est accompagné d’Alexis Kune à l’accordéon, Samuel Maquin à la clarinette et de Dana Ciocarlie au piano. Nous avions déjà pu apprécier, en 2012, cette pianiste, lors d’un concert donné au Carré Belle Feuille, en faveur des Restos du cœur. Leur interprétation, en duo, d’extraits du concerto pour violon de Mendelssohn que jouait, en son temps, Haïm Lipsky, est de toute beauté.

Les textes et la mise en scène sont signés Gérald Garutti.

La comédienne Natacha Régnier est le fil directeur, narratrice émouvante et sobre, de cette représentation qui a reçu l’accueil particulièrement chaleureux d’une salle comble, lors de la soirée du 22 février.

Cette « lumière et cette mémoire d’un violon », revisitées par une grande actrice, restera un moment fort de la saison en cours du TOP.

 

The following two tabs change content below.
Gilbert Veyret

Gilbert Veyret

Il pensait ne rester que peu de temps à Boulogne-Billancourt. Cela fait plus de 40 ans que ça dure. 5 de ses petits enfants y vivent. Il commence donc vraiment à se sentir Boulonnais et à en connaître les contours ! Mais il aime aussi en sortir (Bordeaux, en arrière plan)