Comme convenu, lorsqu’un représentant de chaque groupe au conseil municipal avait accepté d’écrire une tribune pour l’e-bb, Monsieur Gauthier Mougin, maire Adjoint à l’urbanisme nous a accordé une interview.

e-bb : Pourquoi, à votre avis, les Boulonnais manifestent-ils un tel intérêt pour l’aménagement du trapèze et de l’île Seguin ?

Gauthier Mougin

Gauthier Mougin : Cela fait maintenant près de vingt ans que le projet est lancé et la population a hâte de voir se concrétiser cet aménagement qui va sans conteste avoir un impact sur l’équilibre géographique de la ville. L’installation sur le trapèze et sur l’île de nouvelles activités de service et de commerce sans compter une offre culturelle très complète va, au-delà des vingt mille nouveaux habitants du trapèze, attirer une nouvelle population. C’est une des raisons pour lesquelles nous attachons une telle importance à la liaison entre le trapèze et l’île Seguin et le reste de la Ville.
A cet effet, outre le chantier de la tête du Pont de Sèvres, nous avons constitué une réserve urbanistique autour du marché de Billancourt.

e-bb : Le projet de Jean Nouvel suscite des commentaires très contrastés ; à votre avis, pour quelles raisons ?

G.M. : Jean Nouvel se définit volontiers lui-même comme un « agitateur architectural », c’est dire à quel point il ne peut laisser indifférent. Ses projets ont presque toujours suscité des réactions diverses, mais personne ne peut lui dénier du talent. Parmi tous les participants au concours lancé par la Municipalité, son projet, par son ambition, nous a paru correspondre le mieux au cahier des charges. En particulier, il est un symbole fort de la place emblématique que nous souhaitons donner à l’île au sein de la vallée de la culture, chère au Président du conseil général. Il contribuera à faire de Boulogne-Billancourt un pôle d’attraction culturelle de premier plan : salles de concerts, conservatoire, cirque, art contemporain…

Il est également essentiel de souligner que le projet Nouvel constitue une enveloppe dans laquelle chaque architecte sélectionné mettra sa touche personnelle, comme c’est déjà le cas sur le trapèze. Nous serons très vigilants quant à la qualité architecturale des projets et au respect de la morphologie du projet ; je mène personnellement une concertation permanente avec les associations et le cabinet Nouvel.

e-bb : Les points les plus contestés du projet sont la densité de construction sur l’île Seguin, portée à plus de 337 000 m2 et la hauteur des tours ou « châteaux » (châteaux au sens marin et non au sens de forteresse) comme aime à les désigner Jean Nouvel…

G.M. : En ce qui concerne la densité, nous avons en effet choisi de l’augmenter pour que l’île puisse accueillir à quasi égalité des équipements culturels prestigieux représentant plus de 100 000 m², des commerces, un hôtel et des résidences d’artistes pour un peu moins de 100 000 m² et le reste en bureaux. Notre préoccupation est d’assurer la vie sur l’île.

La serre sera amovible - CR Ateliers Jean Nouvel

Il fallait donc équilibrer l’opération tant d’un point de vue des activités que d’un point de vue financier. Rien n’est arrêté définitivement. Nous serons flexibles en fonction des propositions que nous feront les promoteurs. Les obligations qui figurent dans le PLU ont pour objectif de faire respecter l’enveloppe du projet et d’assurer le futur. Cela signifie clairement que nous pourrions modifier le projet à la marge y compris en baissant la constructibilité et si nécessaire en diminuant la part des bureaux. Par contre, nous ne toucherons pas aux espaces verts qui sont un des points forts du projet puisque au-delà du grand parc et de la promenade basse, il prévoit des terrasses plantées accessibles au public. Au total ce seront 7 ha d’espaces verts dont les Boulonnais et les visiteurs pourront profiter.

Pour la Hauteur qui inquiète tant (comme l’ont montré les nombreuses questions posées lors de la réunion du 8 février sur la révision du PLU, ndlr), le Maire a clairement affirmé lors de la réunion publique du 8 février dernier qu’elle se situera au maximum entre la tour Nouvel qui culminera à 90 m et la plus haute des tours du Pont de Sèvres qui fait une centaine de mètres de haut. Ces tours seront certes hautes, mais élancées, ne serait ce qu’en raison de l’étroitesse de l’île Seguin qui n’autorise pas des bases importantes. Par ailleurs, le projet de PLU impose des « transparences » pour éviter l’effet mur, il s’agira d’un ensemble cohérent avec son environnement immédiat.

e-bb : Qu’en est-il de l’aspect écologique et de la fréquentation ?

G.M. : L’Ile Seguin sera exemplaire du point de vue écologique et développement durable. Nous serons très exigeants sur le bilan énergétique et le projet Nouvel prévoit de jouer au maximum sur les énergies renouvelables (panneaux solaires, circulations d’air…). Comme nous l’avons déjà souligné, ce sont plus de 7 ha d’espaces verts qui seront ouverts et la circulation automobile sera réduite au strict nécessaire grâce à un plan de déplacement des salariés et des visiteurs. Il est encore trop tôt pour rentrer dans les détails. Nous avons déjà prévu environ 2000 places de parking que nous prévoyons de mutualiser au maximum et nous allons développer les transports en commun. Tout cet aspect fera bien évidemment l’objet d’une négociation avec les promoteurs.

La fréquentation quant à elle est difficile à évaluer précisément, mais le projet table sur une fréquentation de 4 millions de personnes annuellement. On peut d’ores et déjà souligner que nous prévoyons des crèches sur place.

Le projet se veut ouvert sur l'extérieur - CR Ateliers Jean Nouvel

e-bb : L’Ile ne risque-t-elle pas d’être « morte » le soir ?

G.M. : Évidemment non puisque les salles de spectacles : musique amplifiée, musique classique, cinémas, cirque, galeries d’art… vont attirer de très nombreux visiteurs. La ville ayant la haute main sur les pieds d’immeubles, nous veillerons à faire en sorte que des lieux de restauration et de réunions conviviales s’installent. L’absence de logements sur l’ile et la conception même minimiseront les nuisances éventuelles.

e-bb : Craignez-vous des recours ?

G.M. : Oui, malgré la concertation, il est probable que des recours de riverains ou d’associations soient posés. Ce qui est regrettable et j’aimerais que tous en soient conscients, c’est l’impact que ces recours pourraient avoir sur l’aménagement de l’ile Seguin qui n’a que trop tardé et son appropriation par les Boulonnais.

e-bb : Quand prévoyez-vous le début des travaux ?

L'île Seguin en janvier 2011

G.M. : Selon toute vraisemblance la révision partielle du Plan Local d’Urbanisme sera adoptée à la mi-2011. Si l’on prend en compte le vote des Partenariats Public Privé (PPP : accords permettant à des entités privées d’édifier et de gérer des équipements publics par délégation du propriétaire du foncier public, c’est à dire la Ville ou le Conseil Général dans le cas de l’île Seguin) et les études techniques, les travaux devraient démarrer fin 2013 début 2014, si les éventuels recours sont réglés, pour s’achever en 2018.

En ce qui concerne les travaux sur le trapèze, ils avancent conformément au planning. Toutes les parties prenantes y ont d’ailleurs intérêt, à commencer par les promoteurs qui souhaitent rentabiliser leur investissement au plus vite.

e-bb : Comment pourra t-on effectuer des travaux de cette ampleur, les accès actuels supporteront-ils des convois lourds et la circulation dans la Ville ne risque-t-elle pas d’être très perturbée ?

G.M. : Il est probable que l’essentiel des transports possibles se fera par la voie fluviale. C’est évidemment un point auquel nous attachons la plus grande importance pour causer le moins de gêne aux Boulonnais. Les ponts existants devraient pouvoir supporter des charges significatives et nous seront très vigilants sur les horaires et les circuits de camions ou d’engins.

e-bb : C’est la SAEM (Société Anonyme d’Economie Mixte) Val de Seine Aménagement (dont les actionnaires sont : la Ville de Boulogne-Billancourt (64 %), le Conseil général des Hauts-de-Seine (10 %), la Ville de Sèvres (1 %) ; la Caisse des dépôts et consignations (15 %), Dexia et Caisse d’épargne d’Île-de-France (à hauteur de 5 % chacun) qui porte le projet des terrains Renault dans son ensemble. Qui y est représenté et les groupes de l’opposition municipale sont-ils présents ou consultés ?

G.M. : La ville dispose de 8 sièges au conseil d’administration de la SAEM, les autres sièges étant attribués à : 4 représentants des banques, 2 représentants indépendants et 2 représentants du Conseil Général.

Le conseil d’Administration, présidé par le Député Maire, se réunit environ deux fois par an.

L’opposition municipale n’est pas représentée au Conseil d’Administration car il aurait fallu nommer un représentant pour chacun des groupes et il s’agit d’un choix politique assumé.

Le parc de Billancourt était bien prévu, les équipements sportifs, non

e-bb : Une dernière question pour vous demander pourquoi le trapèze ne comporte t-il pas plus d’équipements collectifs et sportifs ?

G.M.  : Ce point est pour moi un regret, car j’avais déjà souligné ce point lorsque j’étais membre de la précédente municipalité (jusqu’en 2001). Il me parait en effet peu équitable que Renault et les promoteurs ne participent pas plus aux équipements collectifs. Cette « négligence » d’origine impose, en effet, à la ville de racheter au prix du marché des terrains pour y faire de équipements. C’est d’ailleurs le cas pour permettre la construction d’écoles ou de lycées.

e-bb : Merci d’avoir bien voulu nous accorder cet entretien.

The following two tabs change content below.
Avatar

steph

Boulonnais depuis bientôt 35 ans, j'y ai fait venir ma femme qui ne quitterait plus la ville pour un empire. Avec elle nous avons déménagé deux fois à BB et donné le jour à deux enfants, eux aussi boulonnais. et nous venons d'y prendre notre retraite. Conseiller de mon quartier depuis 2003, j'essaye de participer le plus possible à la vie de BB. La rencontre avec mes complices de l'e-bb me permet de vous faire bénéficier de tous nos bons plans et de notre passion pour cette ville. Si vous croisez un homme aux cheveux blancs tiré par un chien encore plus blanc, il y a de forte chance pour que ce soit moi.