Samedi 22 septembre. Il se passe quelque chose  allée Robert Doisneau. En ce 1er weekend d’automne, il y a foule devant la médiathèque / ludothèque car c’est aujourd’hui qu’on l’inaugure.

Les enfants de la Comédie accueillent les visiteurs

Après une école primaire, 2 crèches, et le parc de Billancourt, c’est le 5ème équipement public de la ZAC Ile Séguin Rives de Seine.
Il tient son nom de la partie de l’usine Renault de Billancourt qui ne se trouvait pas sur l’île Séguin : « Le Trapèze ».

L’accueil est sans fanfare ni trompette mais tout en vers et en prose déclamés par une joyeuse troupe de clowns, les enfants de la comédie, qui nous font une sympathique haie d’honneur.

A l’intérieur, un beau hall d’entrée accueillant nous mène vers un atrium aux beaux volumes où des fauteuils et des tables laissent entrevoir la perspective d’agréables moments de convivialité en tête à tête avec un bon bouquin ou un bon ami.

Les lecteurs à travers les âges "sèment à tout vent"

Mais pas maintenant car la pièce est comble. Le maire, son équipe, l’équipe de la médiathèque, la directrice de la DRAC, le maire de Chaville et vice-président de GPSO en charge de la Culture, Jean-Jacques Guillet, et de nombreux curieux sont là pour souhaiter la bienvenue à ce bel édifice. On inaugure. Mais pas de discours, ou pas encore, place à une chorégraphie interprétée par un jeune couple tout de blanc vêtu sur une mezzanine au 1er étage. Les artistes sont muets, comme le livre que la jeune femme tient, ouvert, dans ses mains et ne quitte pas des yeux. Néanmoins, en achevant leur danse par un baptême de l’air de quelques pages du livre, ils nous disent « Je sème à tout vent » aussi bien qu’un dictionnaire Larousse…

Aux esprits chagrins, cela rappelle que l’automne vient d’arriver mais il fait beau aujourd’hui alors n’y pensons pas encore…

Sur l'estrade, JJ Guillet, PC Baguet, M Genthon, ML Godin et I de Beauval, au mur, les tags du collectionneur Alain-Dominique Gallizia, dans la salle, on reconnaît G de Vassal, JM Tisseyre ou encore S Rougnon

Puis viennent les discours. Avec un plaisir manifeste, le maire fait le bilan des actions municipales en faveur de la culture, remercie les différents et généreux organismes ayant participé au financement et nous dresse l’inventaire de tout ce que la médiathèque offre au public :

Pêle – mêle :

Un espace de jeu pour les 1 à 7 ans au CNJ

– Un vaste atrium équipé de fauteuils pour converser mais aussi pour admirer des expositions temporaires de tableaux, actuellement des œuvres « tag sur toile » prêtées par un collectionneur boulonnais : Alain-Dominique Gallizia

– Des automates de prêt pour que les bibliothécaires soient déchargés de la fastidieuse comptabilité des entrées et sorties et puissent se consacrer à conseiller le lecteur perdu parmi les dizaines de milliers de DVD, BD, CD, VOD, livres et magasines disponibles.

– Une salle de travail avec des ordinateurs en libre-service dans laquelle se trouvera ma collégienne de fille le soir, jusqu’à la fermeture. Conquise par le lieu, ainsi en a-t-elle décidé. Me voilà prévenu.

Pour les joueurs de 7 à 107 ans, le CNJ détient plus de 1 500 références de jeux

– Un accès wifi et à la presse en ligne. Des liseuses numériques.

– Des horaires adaptés à la population (active) de Boulogne, à savoir jusque 19h du mardi au jeudi et de 13h à 18h le samedi et dimanche.

– Des horaires adaptées également à la population scolaire, avec des matinées qui leur sont réservées pour des activités ludiques autour de l’écriture et la lecture.

Last but not least, le maire nous apprend que « Le Trapèze » héberge également le Centre National du Jeu (CNJ), une association loi 1901 dont la vocation est de permettre le jeu et de préserver le patrimoine ludique.

Dans la rue, les enfants de la Comédie disputent une première partie

Le CNJ a été créé en 1980 à Boulogne-Billancourt par Marine Granger, qui en est aujourd’hui toujours la directrice. C’est la plus ancienne et plus grande ludothèque de France. Elle permet à une centaine de joueurs à la fois de s’affronter dans des parties endiablées notamment de GO, de scrabble, d’échecs ou de jeu de rôle parmi les 1500+ jeux de société accessibles à tous.

Des parties endiablées et également nocturnes car le CNJ reste ouvert jusqu’à 22h le samedi, 23h30 le mardi et même 2h00 du matin le vendredi ! Et s’il n’est pas ouvert au public le matin, ce n’est pas pour récupérer d’avoir joué tard la veille, c’est pour accueillir les enfants des écoles et des crèches alentours (dans une salle qui leur est dédiée pour ces derniers). Le doute m’habite cependant car les veilles de jours de classe, le CNJ ferme à 18h…

Le maire précise également que le CNJ abrite une collection de 12000 jeux ( !) du monde entier et de 1840 à nos jours.

La matinée se termine par la visite du lieu et par un cocktail. Mais des animations continuent d’égayer Le Trapèze et l’allée Doisneau pendant tout ce weekend inaugural.

Bienvenue au Trapèze !

The following two tabs change content below.
Eric Trochon

Eric Trochon

Boulogne à pied, à vélo, en trottinette et en bateau depuis 2011