Le 29 novembre dernier a eu lieu l’inauguration  d’un FAM (Foyer d’Accueil Médicalisé) à Boulogne Billancourt, rue Marcel Bontemps, au centre du trapèze des anciens terrains Renault, dont la première pierre avait été posée en mai 2012. Un projet géré par Les Papillons blancs.

Les Papillons Blancs Rives de Seine résultent de la fusion de l’Apei de Boulogne – Le Chemin Vert et Les Papillons Blancs de Clamart, d’Issy les Moulineaux et des communes voisines. Cette association gère déjà 13 structures accueillant sur le département des Hauts de Seine des personnes en situation de handicap mental, mais qui peuvent aussi être de jeunes polyhandicapés avec une autonomie restreinte.

Le nouveau foyer du Trapèze permet d’accueillir 34 adultes dont 10 jeunes adultes qui prennent ainsi leur première indépendance en découvrant leur nouveau chez-soi.

Les abords du foyer

Les abords du foyer

Pour le docteur Nicolas de Jerphanion, médecin en charge du suivi de ces adultes, la création de ce nouveau centre est un challenge et une découverte pour tous. Un challenge car il s’agit de mettre le résident au centre de toute l’organisation et des préoccupations de tous.
Une découverte tant pour l’adulte rejoignant cette structure que pour le personnel embauché à cette occasion. « Cinquante recrutements, toujours délicats, ont fait l’objet d’une réelle sélection, pour identifier les candidats avec non seulement les compétences mais surtout le dévouement et la force morale de se mettre au service de ces adultes et d’accepter qu’ils soient au centre de leur vie professionnelle » précise le docteur.

Si chaque résident détermine son propre projet en respectant ses propres rythmes, il va aussi vivre au sein d’un groupe composé d’hommes et de femmes, avec pour objectif de s’intégrer dans notre société et de participer à d’autres groupes sociaux, tout en maintenant les liens avec ses proches.

Dans l'attente de l'inauguration

Dans l’attente de l’inauguration

Dimanche dernier, en province, je déjeunais dans une brasserie avec mes enfants. La table voisine de la nôtre était occupée par deux personnes. L’une était un trisomique d’une trentaine d’années, la seconde un polyhandicapé plus âgé. Habitaient-ils dans une maison similaire à celle que nous venons d’inaugurer au centre du trapèze ?
Quelle importance ?
Par contre, ces deux personnes, parfaitement intégrées dans la vie de cette grande ville, se sont parfaitement fait comprendre par le serveur sur ce qu’ils souhaitaient consommer. J’ai même été très touché par la prévenance de l’un envers l’autre, tout au long de leur repas et lorsqu’ils ont quitté la brasserie.

Cette résidence médicalisée de la rue Marcel Bontemps, permettra certainement dans un avenir très proche à ces jeunes adultes de se fondre parfaitement dans notre société boulonnaise, non parce qu’ils nous seraient indifférents, mais parce qu’ils vont apprendre à être autonomes, et nous, les accepter dans notre espace urbain. Et ça, c’est la vraie vie !