Qu’est ce qu’être romantique ? Selon Larousse, c’est faire prévaloir le sentiment sur la raison, et l’imagination sur l’esprit critique. Voilà qui pourrait bien définir Arthur Jamin, auteur-compositeur-interprète boulonnais.

Je vous emmène en balade avec ce « garçon brouillon » pour vous faire découvrir les prémices de son premier album, dont la sortie est prévue dans les bac le 21 mai 2014, et déjà en précommande ici.

Arthur Jamin, garçon brouillon boulonais

Paris VS Boulogne

1/ Portrait chinois

Arthur, si tu étais un lieu où retrouver tes amis, ce serait : Certainement un bar parisien, comme le Baiser Salé, dont le nom fait écho à mon côté « romantique », justement.

Si tu étais un lieu où trouver l’inspiration, ce serait : Le parc de Saint Cloud par exemple. C’est un lieu que j’affectionne particulièrement. D’ailleurs, la plupart des photos du livret de l’album y ont été prises, à mi-chemin entre la ville et la nature. Partir en balade m’inspire toujours. J’aime aller d’un point à un autre et observer le monde qui m’entoure, « poser mes fesses par terre et regarder tourner la terre… »

Si tu étais un lieu où te défouler, ce serait : Un terrain de tennis, à Boulogne.

Si tu étais un lieu où retrouver la sérénité quand tu doutes, ce serait :  En bord de mer, près d’un phare. L’air du large m’a toujours inspiré. Mais, vous savez, j’aime autant les paysages urbains que les cadres plus naturels, autant l’agitation que le calme… et je peux sortir mon cahier et mon stylo partout. C’est mon côté « brouillon ».

Si tu étais un lieu où faire la fête, ce serait :  Chez quelqu’un, dans l’intimité… mon naturel réservé sans doute. Paradoxal pour un chanteur, je vous l’accorde ! D’ailleurs, je vous attends avec hâte lors de mon concert à la Dame de Canton, à Paris le 21 mai, pour profiter d’un moment de fête, justement.

2/ Quelles sont tes envies d’ailleurs ?

Si je devais partir, je choisirais un pays du Sud pour le soleil qui réchauffe la peau et le cœur des gens. L’Espagne, l’Italie, la Corse ! Mais attendez… en y réfléchissant bien, plus jeune je rêvais de jouer les aventuriers en Amazonie ! Peut-être dans une autre vie, qui sait ? (rire)

La chanson, ici & aujourd’hui

3/ Que représente pour toi la chanson ?

La chanson est avant tout un mode de communication, un moyen de sortir de soi. Aujourd’hui, je la considère surtout comme une façon de m’exprimer différemment, de dire l’indicible…

4/ A qui as-tu envie d’adresser tes chansons ?

Mon souhait est d’écrire des chansons « universelles » pour toucher le plus grand nombre. Je ne cherche pas à m’adresser à un public en particulier. Ce qui me motive au contraire, c’est de constater à quel point mes chansons touchent des gens de toutes générations.

5/ Western moderne est un clip engagé, pourtant. L’artiste est-il porteur de messages ?

Oui, certainement. Comme beaucoup, je suis profondément indigné par la violence de notre société : j’aime l’idée, alors, que la création artistique puisse contribuer à (r)éveiller les consciences. Cependant, j’évite de me positionner dans le jugement dogmatique. Je préfère partager des valeurs, des aspirations, des désillusions aussi, plutôt que de schématiser les choses et d’être dans le conflit primaire.

Avec Western Moderne, par exemple, je cherche plus à susciter la réflexion autour d’une vision désenchantée du monde qu’à dénoncer un fait précis. C’est à l’auditeur de se faire sa propre idée, d’interpréter.

6/ Quel serait ton message ?

Je pense qu’on peut s’engager sans parler de politique. Je ne veux pas me poser en donneur de leçon mais plutôt défendre des valeurs, des trucs démodés comme l’humanisme et le respect !

Si je n’avais qu’un conseil à donner, j’inviterais chacun à se poser, s’écouter, s’ouvrir à l’autre… histoire de ne pas s’inscrire dans un zapping permanent. C’est important de prendre conscience des choses qui nous entourent.

7/ Tu écris tes textes et compose tes morceaux. Quelles sont tes inspirations ?

Premier album d'Arthur Jamin

Oui, j’écris et je compose. Chaque morceau a été créé et enregistré par mes petites mains, à Boulogne. J’ai même pensé chaque détail de la pochette. Je n’ai pas peur de le dire : c’est un album bricolé ! Et c’est peut-être ce qui lui confère sa singularité…

Quant aux influences, je m’inspire beaucoup d’Alain Souchon, entre autres, car il a su allier un style populaire à une certaine profondeur intellectuelle. Ses textes sont exigeants, poétiques mais malgré tout accessibles. Il a su ne pas s’enfermer, rester ouvert.

8/ A la personne qui ne te connais pas : par quelle chanson de l’album commencer ?

Je suggérerais sûrement « A contre-courant ». Il y a beaucoup de moi dans cette chanson qui dresse le portrait d’un enfant plutôt inadapté à la société contemporaine…

Cependant, à elle seule, elle n’est pas vraiment représentative. Il faut vraiment écouter l’album dans son ensemble pour reconstituer le puzzle : chaque chanson est une facette de ma personnalité.

9/ Quelle est ta chanson préférée de l’album ?

Pour les paroles : « Qu’est ce qu’on oublie ? ». Elle aborde des thématiques qui m’interpellent : les souvenirs, le temps qui passe et ce qu’on laisse derrière soi. Musicalement, je retiendrais peut- être « Le nez contre la vitre ».

Elle n’est pas habillée comme un tube radio et c’est justement ce qui lui donne une émotion plus brute.

Ton album : ton style, ton empreinte

10/ Nouvelle vague française, chanteur populaire, chanteur de variété ? Biolay, Souchon ? On a dit beaucoup de cet album sur le net. Mais comment définis-tu ton style musical ?

Je revendique avec fierté le fait de m’inscrire dans la tradition de la chanson française. J’assume pleinement cette étiquette « chanson pop« . Je me définis comme un artisan de la chanson, terme que j’affectionne particulièrement. Je fais de la bricole, pas de la grande industrie : c’est peut-être ça mon style !

11/ Comment fais-tu pour te démarquer des autres artistes ?

J’essaie, avec le plus d’humilité possible, d’être authentique. Je pense que rester soi-même peut être l’ingrédient principal de cette démarcation. Quand j’écris, je ne calcule pas… Difficile, donc, de répondre ! Je dirais peut-être que ma signature musicale est à chercher du côté des mélanges sonores.

Instinctivement, j’aime étoffer mes morceaux avec des bruitages, des voix, des extraits d’émissions, des samples en tout genre… Ce foisonnement me plaît beaucoup. Il s’en dégage, je crois, une diversité d’émotions et d’atmosphères complémentaires qui me ressemble.

12/ Quelle empreinte souhaites-tu laisser dans la chanson française ?

Oh… question difficile ! J’aimerais que dans quelques années les gens continuent à être touchés par les petits bouts d’humains que j’essaie de capter, ces images émues et ces instants volés.

La vraie difficulté est de parvenir à s’inscrire dans la modernité du présent sans être hors-sujet dans le futur. De continuer à toucher.

Se mettre hors de soi

13/ Si tu étais journaliste, quelle question poserais-tu à Arthur Jamin ?

Je lui demanderais : « Pourquoi le ballon sur la photo ? !« 

Il répondrait : « C’est un échos à la chanson : « J’envoie des ballons », et à l’enfance, à la légèreté de la vie. Une fois lâché, le ballon est libre : il part on ne sait où. Le ballon tient au bout d’un fil, qui le relie à la terre : quelle fragilité ! Ce ballon, c’est un peu moi : les pieds sur terre, la tête dans les nuages.« 

Arthur jamin et son ballon rouge

14/ Si tu étais un de tes fans, que dirais-tu d’Arthur Jamin ?

Qu’il est comme dans ses chansons !

J’ai trop souvent été déçu dans la vraie vie par ceux que j’écoutais plus jeune… C’est pour cela que je tiens à rester authentique et faire mentir Henri Tachan qui disait « Ne rencontre pas les artistes, tu serais déçu !« .

15/ Un message aux boulonais qui te lisent sur l’e-bb ?

Surtout ne changez pas ! N’essayez pas d’imiter les parisiens, vous avez votre identité propre et elle est belle !

Vous pouvez découvrir dès maintenant l’univers d’Arthur Jamin sur son site officiel, sur lequel vous pourrez trouver toutes les dernières actus de ce talentueux chanteur boulonnais. Retrouvez-le le 21 mai en concert à la Dame de Canton, à Paris, et le 21 juin pour la fête de la musique, en plein air lors d’un concert gratuit à Ermont-Eaubonne (95).

En résumé, une rencontre à l’image d’un album naturel, sincère et très poétique ! Toute l’équipe de l’e-bb souhaite à Arthur un franc succès, mérité.

The following two tabs change content below.

Perrine

Responsable éditorial & social media strategist
Boulogne Billancourt, c'est ma ville de coeur et d'adoption. Amoureuse de son dynamisme, j'aime parcourir ses rues pour découvrir les nouvelles initiatives. Pour l'e-bb, j'interviewe et je teste pour vous ! Retrouvez-moi sur Google +