Les incroyables comestibles arrivent à Boulogne-Billancourt. Leur projet : installer dans la ville des parcelles potagères ouvertes à tous.

Incredible Edible : ce vocable british accompagne un mouvement planétaire parti de la petite ville de Todmorden, dans le Yorkshire. Le concept : cultiver des fruits et des légumes dans l’espace urbain. On a bien dit dans l’espace urbain, celui que tout un chacun partage.

Des légumes dans l’espace public

Incroyables comestibles

Élodie soigne les plants de tomates près du restaurant Kayani.

A Boulogne, les Incroyables comestibles font une croissance rapide en cette rentrée, après deux ans de germination. Emmenés par Élodie, Sandra, Matthieu, Malory, Sylvie, Linda et Nadia, ces jardiniers pas comme les autres comptent essaimer aux quatre coins de la ville. Au début de l’été, ils ont installé leurs deux premiers bacs sur la terrasse du restaurant Kayani, place Bir Hakeim, et soignent depuis avec amour basilic et tomates. « Le patron a chaleureusement accueilli notre initiative, raconte Élodie. Il arrose, et nous soignons les plantes si nécessaire. » Seule intervention à signaler jusqu’à présent : une attaque de chenilles sur les feuilles, qui a donné lieu à un atelier « déchenillage » avec Matthieu.

« Nous sommes partis d’un constat simple : dès qu’on touche au jardinage, les gens sont généreux. Les jardiniers donnent, des graines, des conseils, ils arrosent la parcelle du voisin… » explique Nadia. C’est cette générosité que les Incroyables comestibles entendent cultiver, en encourageant les habitants à partager cette expérience unique. « Ce qui est vraiment incroyable, extraordinaire, c’est le sentiment d’abondance qui vous gagne quand une plante produit » décrit Élodie, qui n’en revient toujours pas de voir pousser des melons qu’elle n’a pas semés sur son balcon. « Nous voulons partager cette surprise heureuse, travailler et récolter ensemble, et même partager avec celui qui n’a rien fait » renchérit Nadia.

Retrouver le sens du partage

Le constat s’est fait ailleurs : dès que l’on s’approprie l’espace public, celui-ci est mieux entretenu, et le cadre de vie s’en ressent en bien. L’idée des Incroyables comestibles est donc d’aménager des parcelles potagères de proximité, dans les copropriétés, sous la forme de bacs comme au restaurant Kayani, ou bien de friches que les riverains pourraient mettre en culture. Dans GPSO, une expérience de ce type est en cours à Issy-les-Moulineaux. A Boulogne, les porteurs du projet ont rencontré Carole Hoogstoel, conseillère municipale déléguée au développement durable, afin d’identifier des zones propices. « Nous fournirons le matériel et apporterons le ‘savoir-faire’ sous la forme d’ateliers. Mais ensuite, ce sera aux gens des différents quartiers de s’approprier les cultures » explique Nadia. Et de redécouvrir le sens du partage.

Les Incroyables comestibles, de 7 à 77 ans

Incroyables comestiblesCôté matériel, les Incroyables comestibles peuvent compter sur de solides partenaires : Bricorama et Truffaut, qui leur donnent tous les sacs de terre déchirés et donc invendables, Kokopelli, qui leur fournit les graines (« Ils ont commencé par nous envoyer 25 variétés de tomates ! » s’extasie Élodie), et les magasins bio Queues de cerises, qui leur donnent pots d’herbes fanées toutes prêtes à repartir, et le bois dont ils font les bacs.
Côté projets, outre les parcelles ardemment désirées, nos jardiniers prévoient des interventions dans les écoles, les centres de loisirs et les maisons de retraite. Ils se sont d’ores et déjà rapprochés de l’Oiseau Lyre et d’Arco Iris, très enthousiasmés par l’idée.

Nadia et Élodie balaient allègrement les réticences de ceux qui se voient mal consommer des fruits et des légumes crûs dans la pollution des villes. « Entre les particules fines des villes et les produits phytosanitaires employés à la campagne, quel est le plus dangereux ? » interroge Nadia. « Le tout est de faire pousser le bon comestible au bon endroit : aucun problème pour les tubéreux, quant aux tomates ou aux poivrons, ils se lavent » enchaîne Élodie. « Et ces légumes ont d’autres avantages, enchaîne Nadia, produits à proximité, ils n’ont aucun conservateur et conservent leurs nutriments. »

Convaincus ? Pour en savoir plus, retrouvez-les dimanche 18 septembre à 16h au jardin Guilbaud pour un pique-nique participatif avec atelier jardinage !
Infos sur leur page facebook ou par mail : incroyablescomestiblesboulbi@gmail.com