CRÉATION

1900. Octave Mirbeau prête sa plume de poète révolté à une femme de chambre, auteur présumé de ce journal,
pour dénoncer le sombre univers de la « belle époque ».
L’adaptation de Jonathan Duverger va droit au cœur de ce grand texte, tragédie sociale à l’aube de nos temps troublés, dont il extrait le plus brûlant.

En 1900, lors de sa parution, Le Journal d’une femme de chambre fit l’effet d’une bombe. Malgré la presse conservatrice, qui le passa sous silence, il connut un immense succès de librairie. C’est encore aujourd’hui le titre le plus célèbre d’Octave Mirbeau.
D’aucuns, hypocritement pudiques, le relèguent au second rayon, enfer des bibliothèques, parmi les opuscules croustillants ou sulfureux. C’est le dévaluer pour ne pas l’entendre. C’est refuser de le lire pour ce qu’il est : un cri de détresse et de colère, un appel à l’indignation que Mirbeau reprend à son compte. Célestine, c’est elle et c’est lui. Elle a son rire de satiriste, sa verve de pamphlétaire, sa fulgurance de poète.

Voici bientôt cent ans que Mirbeau est mort. Les chambres de bonne sont devenues des « studettes » qui se louent à prix d’or. L’ère du petit personnel féminin, corvéable et jetable, n’est pas pour autant révolue. Nos assommées d’aujourd’hui sont caissières de supermarché ou « techniciennes de surface ». Le bureau de placement a changé de nom, mais on y fait toujours la queue. Dans les beaux quartiers, la nuit, fouillant poubelle après poubelle, des ombres vont la faim au ventre. Et l’espoir est toujours en crise.

Du 9 au 13 novembre au TOP/Théâtre de l’Ouest Parisien à Boulogne-Billancourt (création)

THÉÂTRE DE L’OUEST PARISIEN
1 place Bernard Palissy (face au 87 av J.B Clément)
92100 Boulogne Billancourt
Billetterie 01 46 03 60 44
Réservations en ligne www.top-bb.fr

The following two tabs change content below.
Avatar

François

Boulonnais depuis quelques années, et qui aime découvrir la ville et faire partager ses trouvailles !