Juan et Josette

Juan et Josette

C’est un vendredi 13, il signe en mai 1927 la fin des Dimanches de Boulogne…

Une procession, partie du 8 de la rue de l’Ancienne-Mairie remonte la route de la Reine et se dirige vers le cimetière de l’Ouest, une foule d’artistes, de musiciens de poètes : Picasso, Braque, Chagall, Derain, Kissling, Miro, Lipchitz, Raynal, Laurens, Marcoussis, Frietz, Crotti, Togores, Level, Aubry, Ferrat…accompagne jusqu’à sa dernière demeure l’un d’entre eux, un jeune mort de quarante ans : Juan Gris peintre cubiste des plus attachant, l’un des plus purs, unissant les plus beaux dons de peintre à la noblesse et à la morale la plus élevée .

Livre Bréon JG BoulogneJuan Gris n’a peint que pendant dix-sept ans, mais sa trace est fulgurante . Il arrive à Paris après le choc des Demoiselles d’Avignon et rejoint Picasso au Bateau-Lavoir. Entre insoumis espagnols, ils se comprennent et s’entraident : « Va à la maison de Juan Gris, dit Picasso, il saura mieux que moi te dire ce qu’est le Cubisme, il en est l’évangéliste » .

Au premier plan la maison de Juan Gris, la troisième dans l'alignement : celle de Khanweiller

Au premier plan la maison de Juan Gris, la troisième dans l'alignement : celle de Khanweiller

Daniel-Henry Kahnweiller, le marchand de ce dernier aime le travail et la personnalité de Juan Gris, le prend sous sa protection et lui trouve une maison juste à côté de la sienne , rue de l’Ancienne-Mairie à Boulogne . Tout ce que l’avant-garde de l’époque compte d’intellectuels et d’artistes de premier ordre se réunit le dimanche pendant cinq ans dans la maison des Khanweiller . C’est ici que le Cubisme reçoit son nom de baptème, ici aussi qu’ont lieu les discussions passionnés avec les Surréalistes . La vie est douce dans cette communauté d’esprit ; on vient à Boulogne comme à la campagne, en tramway, en bateau-mouche . On déjeune, danse, dîne, joue la comédie et s’affronte en débat d’idées . Daniel Henry Khanweiller a su provoquer l’enchantement : « la récompense de la semaine finissante » selon Salacrou .

La mort de Juan Gris, l’âme de ces dimanches, sonne le glas de cette période intellectuelle et artistique intense .

Dans le cimetière de l’Ouest à Boulogne, comme elle est modeste cette simple tombe sur laquelle je n’ai pas pu m’empêcher de déposer, en hommage de circonstance, quelques feuilles aux couleurs de la saison …