La Mongolie au  fil du présent au Musée-Jardin Albert-Kahn
Quatrième Opus : le regard photographique  d’A Yin
Dans le cadre de l’exposition  » La Mongolie entre deux ères 1912-1913 » Les jardins Albert-Kahn ont accueilli successivement les regards photographiques talentueux de Pierre Reinhard, Lucile Chombard de Lauwe, Sophie Zénon .C’est A Yin qui clôture jusqu’au 4 novembre cette  vision contemporaine de la Mongolie par une exposition de clichés grands formats  en noir et blanc témoignant du mode de vie des derniers nomades . Albert-Kahn n’envoie plus d’opérateurs photographier la planête, ce sont les grands photographes d’aujourd’hui qui viennent lui présenter leur travail !

P. Devedjian inaugure l'exposition en compagnie de C. Dupuy et A Yin

Pendant 10 ans A Yin né en Mongolie Intérieure, photographe autodidacte, parcourt les steppes, partage le quotidien des derniers nomades et réunit ces images qui ont fait l’objet d’expositions à New-York, Los Angeles Mexico et Shangaï avant d’arriver dans les jardins Albert-Kahn
. Ce travail lui vaut une reconnaissance internationale il est le premier chinois à recevoir le « All Roads Program » du National Géographic .

C’est sans doute la plus intéressante des 4 expositions. celle qui conjugue le mieux art et information en quelque sorte.   « A Yin est vraiment dans l’esprit d’Albert-Kahn : montrer la vie des gens sans artifice,, avec juste une petite touche d’art » dit Patrick Devedjian inaugurant l’exposition en compagnie d’A Yin .

Aoyunsudu (10 ans) Mongolie intérieure- 2006 Ayin/wbistan

Chaque cliché évoque avec pudeur et sensibilité un problème sociologique précis : les nomades chassés d’une steppe par l’Etat  pour des projets miniers… ou des conditions de vie difficiles : nomades vivant dans le dénuement, dont l’humour n’est pas exclu : dans une yourte ancienne, un des tissus qui sert a faire le toit est couvert de motifs de Snoopy… plus loin  un gamin au  milieu des steppes parle avec le photographe des JO de Pékin ..
Ses personnages posent souvent sur des arrière-plans flous engendrés par des mouvements : fumées, troupeaux de moutons, qui donnent  une touche identifiable à ses clichés.
« Albert-Kahn est en train de revivre poursuit Patrick Devedjian, dans quelques semaines se tiendront ici les premiers entretiens Albert-Kahn dont j’ai pris l’initiative .Ils auront lieu chaque année dans la maison qu’habitait Albert-Khan et que nous venons de réaménager à cet effet, afin de prolonger la reflexion qu’il avait entreprise sur le monde et son évolution . Cette première édition aura pour thème « Vivre ensemble  » thème d’actualité … »

 

Musée-Jardins Albert-Kahn jusqu’au 4 novembre .

The following two tabs change content below.
Avatar

François

Boulonnais depuis quelques années, et qui aime découvrir la ville et faire partager ses trouvailles !