Florian Grill, Président de l'ACBB Rugby

Florian Grill, Président de l'ACBB Rugby

Il se trouve que je connais Florian de longue date, depuis qu’ensemble  nous avons eu vingt ans ; et déjà alors  il jouait au rugby dès que possible et partageait autour de ce jeu une joie truculente avec qui le souhaitait.

Il se trouve que je n’avais pas revu Florian depuis près de 10 ans lorsque, samedi dernier, nous nous sommes rencontrés sur les marches de la mairie : j’étais venue voir la manifestation des rugbyman – un évènement en soi non ? – et je suis tombée sur lui.

Et il se trouve qu’il est  président de l’ACBB Rugby. La manifestation a pris pour moi une autre dimension – je ne suis pas une passionnata de rugby – et j’ai écouté avec une attention particulière ce qu’il me disait et ce que tous exprimaient.

Alors voilà, lisez bien, plus que le terrain, plus que le ballon, plus que l’effort viril sur le terrain c’est autre chose  qui se joue dans ce club … Et c’est pour cela, parce que le lien social est  essentiel aussi pour l’e-bb, que je vous invite, vous lecteur attentif , à réfléchir au non sens qu’est la perte d’un club qui vit pour une ville comme la nôtre.

e-bb :   » Vous souriez tous et pourtant vous êtes en colère ; que se passe-t-il ? »

F.G :  « L’ACBB Rugby pourrait perdre son terrain du Saut du Loup au profit de 40 professionnels du Stade Français et ne le comprend pas ! »

e-bb : « Un terrain c’est si important que cela ?  »

F.G : « Les valeurs du rugby sont celles de la solidarité et de la convivialité. Les familles, dirigeants, joueurs, bénévoles de l’ACBB vous le diront tous : on va au Stade du Saut du Loup comme on va chez ses grands parents : pour y retrouver la chaleur d’un foyer et les proches !  Au delà du sport la section rugby de l’ACBB se veut un lieu de lien social où les gens de tous âges et de toutes générations se mélangent. Les vieilles cannes, les gamins de l’Ecole de rugby, les féminines etc…. Nos villes n’ont plus assez de ces lieux magiques qui pourtant favorisent la cohésion et le sentiment d’appartenance à une communauté d’hommes et de femmes unis par la passion du rugby. L’ACBB Rugby a cette chance, la Mairie de Boulogne doit donc se battre et négocier avec la Mairie de Paris pour conserver ce joyau, indispensable dans une ville comme Boulogne ! »

e-bb :  »  Vu de loin, tant que l’on peut jouer, que ce soit sur un terrain ou un autre, ou même sur des terrains multiples, quelle importance ? Car s’il reste des stades où s’entrainer, l’essentiel semble  sauvé » !

F.G :  « La possible perte du terrain et du club au profit d’une solution qui éclaterait les joueurs de l’ACBB sur 2 ou 3 installations est  vécue comme un drame. D’abord parce que l’ACBB Rugby perdrait alors l’unité de lieu qui fait sa force et son âme, mais aussi car tout cela se ferait au profit d’un club, le Stade Français, que les joueurs boulonnais admirent et qui jusqu’alors était considéré comme un grand frère ! Au royaume des valeurs du rugby on ne comprend pas ! Les gamins qui portent les couleurs du pensionnaire du TOP 14 sont perdus ! Les mêmes joueurs qu’ils adulent chaque week-end  de match pourraient les priver de leur stade ?

e-bb : « Ce serait la bataille des petits contre les grands, des amateurs anonymes contre les vedettes professionnelles ?

FG :   »  A l’ACBB personne ne veut y croire. Le Stade Français a trop fait pour développer le rugby en France pour ne pas porter en lui les valeurs de solidarité et de respect de ce sport de passionnés. Cela fait près de 70 ans que l’ACBB Rugby évolue dans le Bois de Boulogne, quitter ce lieu reviendrait à perdre toutes ces racines. Côté boulonnais, on n’imagine pas, alors qu’une solution existe pour les professionnels du Stade Français au coeur de la forêt de Meudon (et donc à 10 minutes en voiture à l’heure où les professionnels s’entraînent), qu’ils n’entendent pas l’appel d’un membre de leur propre famille ! Le PSG qui joue au Parc des Princes s’entraîne bien à St Germain en Laye (78), les pros du stade Français peuvent jouer à Jean Bouin et s’entraîner au coeur de la forêt de Meudon sur un terrain d’ailleurs superbe !

e-bb : « Alors comment faire ? Qui peut réconcilier les clubs et remettre une logique dans tout ce chamboulement ? »

F.G. » C ‘est à Max Guazinni, Président du Stade Français, que les familles de l’ACBB Rugby s’adressent en tout premier lieu, mais la supplique se tourne aussi vers les joueurs professionnels. Ne viennent ils pas tous de clubs amateurs comme l’ACBB qui régulièrement nourrit les professionnels voisins avec des joueurs issus de la formation boulonnaise ? A l’instar d’un Jules Plisson, demi d’ouverture de l’équipe de France des moins de 20 ans, pensionnaire du groupe professionnel du Stade Français et formé à l’ACBB Rugby où il est encore éducateur des minimes ! « 
e-bb : L’échéance est proche, la mobilisation a commencé il y a un long moment maintenant comme j’ai pu le voir sur votre site. Comment envisagez-vous la suite ?
FG : « Une chose est certaine, la motivation des rugbymen est à la hauteur de l’enjeu pour la ville ! On ne lâche rien est devenu le slogan au sein du club qui fait feu de tous bois pour faire entendre sa voix et faire comprendre à tous que Boulogne 23ème ville de France, se doit d’avoir un stade de rugby comme c’est le cas des 50 premières villes du pays ! Au pays du rugby on se bat jusqu’au coup de sifflet final ! A entendre les familles de l’ACBB Rugby, tout laisse penser que le combat ne s’arrêtera qu’en cas de victoire et de renouvellement de la concession ! ! »
D’ailleurs les membres du club se sont mobilisés encore une fois et nous avons fait une video qui permet de sentir l’ambiance du club au stade.
E-bb : Merci Florian pour cet échange. Nous espérons qu’une solution sera trouvée tant cette situation semble absurde. Et merci de nous avoir fait découvrir que le rugby et l’e-bb ont autant de valeurs communes, ce qui n’était pas une évidence pour moi a priori …
Pour une plus fine compréhension de la position de l’ACBB Rugby : http://acbb-sautduloup.com/