L'affiche officielle de l'association des sites Le Corbusier

A partir d’aujourd’hui jeudi 23 juin et jusqu’à samedi, le dossier de candidature présenté conjointement par 18 villes du monde dans 6 pays différents pour obtenir le classement d’une partie de l’œuvre architecturale de Le Corbusier au Patrimoine Mondial est examiné au siège de l’UNESCO à Paris.

Boulogne Billancourt présentait l’immeuble Molitor, où Le Corbusier avait installé son atelier. La liste des 19 réalisations présentées est consultable sur le site de l’association des sites Le Corbusier.

Rendez-vous la semaine prochaine pour savoir si notre ville pourra s’enorgueillir d’un tel classement, et merci à tous les Boulonnais qui ont soutenu l’initiative !

EDIT : D’après Le Monde du vendredi 24 juin, le dossier serait mal engagé. Le Conseil international des monuments et des sites (ICOMOS) aurait émis un avis – consultatif – très défavorable au dossier : une sélection pas assez resserrée, l’absence de réalisations urbaines (telles que Chandigahr), une douzaine d’oeuvres qui n’auraient rien d’exceptionnel et ne vaudraient que comme des « jalons le long d’un voyage architectural »…
Le dilemme qui se pose aux 6 pays est le suivant : soit retirer la candidature à la dernière minute, afin de préserver une chance de déposer une dernière fois un dossier ultérieurement, soit passer outre l’avis de l’ICOMOS. Apparemment, la question n’est pas tranchée. Le président de l’association des sites français classés au patrimoine de l’UNESCO, Yves Dauge, est d’avis d’aller au bout. Il fait valoir que l’ICOMOS ne décide pas.
Quant à  nous, on se demande si ce n’est pas la modernité même qui est mise en question par cet avis des experts de l’ICOMOS : d’après Le Monde, la « série » d’oeuvres les dérangerait, mais n’est-elle pas représentative de ces temps modernes où les architectes voyagent, où leur influence passe toutes les frontières, où leurs réalisations, très précisément, balisent un espace mondial ? Ce au contraire de la plupart des chefs-d’oeuvre déjà classés, comme les citadelles de Vauban, les temples d’Angkor, la casbah d’Alger, le Bauhaus à Weimar ou les missions d’Argentine, toutes merveilles indissociables d’un site et d’une civilisation.
En l’occurrence, nous sommes face à un changement de paradigme. Le Corbusier défendait et illustrait le style international, une notion qui pourrait légitimement faire son entrée à l’UNESCO.

EDIT2 (25/06/11 8h) : Le Quai d’Orsay a confirmé la candidature de Le Corbusier à l’UNESCO.

EDIT 3 (28/06/11 14h) : Le Comité du Patrimoine mondial reporte à l’an prochain l’examen du dossier de Le Corbusier.