Le Prix Chateaubriand 2019 vient d’être décerné, mercredi 11 décembre, pour sa 33e édition, à Jean Lopez et Lasha Otkhmezuri pour leur ouvrage Barbarossa, 1941 La guerre absolue, aux éditions Passés composés.

Lasha OTKHMEZRI co-auteur et Patrick Devedjian lors de la proclamation du prix Chateaubriand

Dix millions d’hommes s’affrontent et se détruisent 

L’opération Barbarossa, qui s’ouvre le 22 juin 1941 par l’entrée des Panzers de l’Allemagne hitlérienne en Union soviétique, est une guerre d’idéologies : le nazisme et son armée donnent alors la pleine mesure de leur potentiel de destruction. En face, le bolchevisme stalinien radicalise sa violence : la guerre ne change pas le stalinisme, elle l’exalte. En 1941, Wehrmacht et Armée rouge sont, de loin, les deux plus gros instruments militaires de l’époque. Dix millions d’hommes s’affrontent et se détruisent lors d’opérations militaires aux proportions monstrueuses : les plus gros encerclements, les percées les plus spectaculaires, les retournements les plus improbables aussi. Combats, exécutions, exactions, famines délibérées tuent en 200 jours plus de 5 millions d’hommes, femmes et enfants, soldats et civils. . «  C’est un ouvrage absolument exceptionnel et passionnant. Il réévalue par le biais d’archives nouvelles cet épisode essentiel de la seconde guerre mondiale », explique Patrick Devedjian  président du Conseil Départemental des Hauts-de-Seine

Lasha Otkhmezuri dans les jardins de la Maison de Chataubriant

Jean Lopez et Lasha Otkhmezuri brossent la fresque du plus terrible affrontement de la Seconde Guerre mondiale, passant du Kremlin au QG du Führer, des états-majors des Fronts à ceux des groupes d’armées, du NKVD aux Einsatzgruppen, des unités en marche aux usines et aux fosses d’exécution. Une somme unique et exceptionnelle. «  Il s’agit d’une guerre basée sur une utopie allemande : conquérir l’URSS, réduire à l’esclavage les populations et exterminer juifs et communistes », résume Lasha Otkhmezuri.  Sur 960 pages, les deux auteurs brossent ainsi la fresque du plus terrible affrontement de la Seconde Guerre mondiale, passant tour à tour du Kremlin au QG du Führer

Directeur de la rédaction de Guerres & Histoire, Jean Lopez est l’auteur de plusieurs ouvrages qui font autorité sur le front germano-soviétique, dont Stalingrad : la bataille au bord du gouffre. Il a en outre codirigé, avec Olivier Wieviorka, Les Mythes de la Seconde Guerre mondiale (2 volumes) et publié, en collaboration, le best-seller international Infographie de la Seconde Guerre mondiale.

Docteur en histoire, Lasha Otkhmezuri est conseiller de la rédaction de Guerres & Histoire. Ensemble, ils ont écrit Grandeur et misère de l’Armée rouge et une biographie du maréchal Joukov unanimement saluée.

Les résultats ont été proclamés au Domaine départemental de la Vallée-aux-Loups – Maison de Chateaubriand, à Châtenay-Malabry, par Marc Fumaroli, de l’Académie française, président du jury .La remise officielle du Prix Chateaubriand 2019 et la conférence des lauréats auront lieu le 6 février 2020  à l’Institut de France à Paris

Les prestigieux récipiendaires du Prix Chateaubriand

Le Prix Chateaubriand doté à hauteur de 8 000 euros par le Département des Hautsde-Seine, couronne une œuvre de recherche historique ou d’histoire littéraire, une édition critique substantielle ou une fiction fondée sur des travaux historiques sérieux. Les ouvrages sélectionnés portent sur la période à laquelle vécut Chateaubriand, entendue dans un sens large : de la fin du siècle des Lumières jusqu’au XIXe siècle, ou sur des thèmes abordés dans ses œuvres.

Ce prix, fondé en 1987 par le Département des Hauts-de-Seine, a notamment été attribué à Jacqueline de Romilly, Gérard de Senneville, Paul Veyne, Emmanuel de Waresquiel, André Vauchez, Roberto Calasso, Thierry Lenz ou Arlette Jouanna. En 2018, le Prix Chateaubriand a été attribué à Maurizio Serra, pour son ouvrage : D’Annunzio le Magnifique, paru aux Editions Grasset en 2018.