Frédéric Hesse, candidat du Rassemblement pour l’initiative citoyenne dans la 10ème circonscription, nous a donné rendez-vous à la Brasserie de l’île, sur l’île Saint Germain.

Frédéric Hesse, candidat du RIC dans la 10ème circonscription, récupère une partie d'un panneau d'affichage libre saturé par un autre candidat

e-bb  : Qui êtes-vous ?

Frédéric Hesse : Je suis Isséen, enquêteur pour des études statistiques, et candidat pour la première fois de ma vie ! J’ai rejoint le RIC, qui est moins un parti qu’un groupement, il y a cinq mois, à la suite d’une pétition. J’ai beaucoup échangé avec les responsables sur Internet et par téléphone, et quand ils m’ont demandé de me présenter aux législatives, j’ai dit oui !

e-bb : Qui est votre suppléant ?

Frédéric Hesse : Gines Perez, un ami. Il est postier.

e-bb : Pourquoi nous avoir donné rendez-vous à la Brasserie de l’Ile (sur l’île Saint Germain, ndlr) ?

Frédéric Hesse : D’abord parce que j’aime les terrasses au beau temps, et puis parce qu’on est au pied de chez André Santini ! (rires)
Plus sérieusement, parce que je trouve que le symbole de l’île et des ponts est fort : c’est un lieu de passage et de relation. C’est aussi un lieu d’histoire pour moi, qui conserve le souvenir des bidonvilles ouvriers, essentiellement arméniens. J’y ai fait de l’animation il y a une quinzaine d’années, ce qui m’a donné l’occasion de m’intéresser à son histoire.

e-bb : Pourquoi êtes-vous candidat ?

Frédéric Hesse : Je suis candidat pour faire valoir des principes démocratiques, les trois piliers du RIC. Je veux promouvoir les referendums d’initiative citoyenne, sur le modèle des votations suisses ; le système de vote préférentiel (où l’électeur classe les différents candidats au lieu d’en choisir un, mode de scrutin employé en Australie depuis 1918, ndlr) ; et enfin le tirage au sort de jurés citoyens pour juger les magistrats défaillants.

Par ailleurs, je souhaite accroître le contrôle des citoyens sur les prises de décision, tant au plan politique que social.
Pour ce faire, je veux promouvoir la pratique du referendum, mais également constituer des assemblées thématiques, composées de citoyens tirés au sort selon des critères statistiques. Nous avons une « culture guerrière » de la politique, à laquelle il faut substituer une consultation systématique des citoyens.
De ce point de vue, je trouve que la Suisse et l’Islande sont plus avancés que nous.

Enfin, j’abrogerai le vote électronique, qui est anti-démocratique : en démocratie, n’importe quel citoyen, quelle que soit sa formation et son niveau intellectuel, doit pouvoir suivre le déroulement d’un scrutin. Ceci n’est pas possible avec le vote électronique.

e-bb : Si vous êtes élu, dans quelle commission demanderez-vous à siéger ?

Frédéric Hesse : J’en créerai une ! Une nouvelle commission sera en effet nécessaire pour installer le système des référendums citoyens. Pour le reste, tout dépendra des rencontres que je ferai et des orientations des autres élus.

Je sais bien que je ne serai pas élu cette fois-ci, mais je suis optimiste, les idées du RIC vont progresser dans l’esprit des gens !