Lucile Schmid, candidate EELV dans la 10ème circonscription, et et Philippe Berrée, son suppléant (Parti Socialiste), nous ont donné rendez-vous au Bureau, avenue de la République.

Lucile Schmid et Philippe Berrée forment un tandem PS/EELV dans la 10ème circonscription

e-bb : Qui êtes-vous ?

Lucile Schmid  : Je suis conseillère en mécénat culturel. J’étais déjà candidate aux législatives dans la 10ème en 2002 et 2007, pour le Parti socialiste. J’ai rejoint EELV à sa création en 2009, parce que je suis une amie de longue date de Daniel Cohn Bendit et que j’ai été séduite par ce parti qui se distingue des habituelles approches d’appareil. J’ai été candidate EELV aux cantonales de 2011.
Philippe Berrée  : Je suis cadre bancaire dans le financement du cinéma, dans la gestion de structures qui contribuent au financement de films. Il s’agit d’entreprises privées qui recourent à l’épargne publique avec agrément de l’administration.

e-bb : Pourquoi êtes-vous candidats ?

Lucile Schmid et Philippe Berrée : L’Assemblée Nationale a un problème de représentativité, aujourd’hui, elle n’est pas à l’image de la société française : 18 % de femmes seulement, des élus qui connaissent mal ou pas du tout la vie économique, peu de représentants du secteur privé, un cumul des mandats qui sacrifie la dimension nationale du député… Nous sommes candidats pour promouvoir un autre profil et encourager la mobilité démocratique ! Il faut renforcer la démocratie représentative, cela passe par de nouveaux élus et un statut de l’élu.
Nous faisons également la démonstration des convergences qui existent entre EELV et le PS sur des sujets comme l’Europe, la synergie entre écologie et économie, et le rôle de l’État. Contre l’État centralisé, nous défendons le travail de la puissance publique.
Il est urgent de changer de mode de pensée, de passer de la logique de la rupture à celle de la transition, en écologie comme en économie. Cela suppose de mettre l’accent sur l’anticipation et la planification, dans tous les domaines. Pensons au secteur de l’acier, aujourd’hui critique et stratégique : comment n’a-t-on pas anticipé cette situation ?
En plus d’assumer ses missions régaliennes, l’État doit avoir un rôle de stratège au plan économique et agir en partenaire avec les entreprises, les corps intermédiaires, les universitaires, les associations… Si on prend l’exemple de la 10ème circonscription, il y a un énorme potentiel : c’est un territoire d’innovation, dynamique, terreau d’avenir. Mais il faut le doter d’un cadre de vie attractif (logements accessibles, associations, effort vers la jeunesse), pour valoriser ses atouts dormants !

e-bb : Si vous êtes élue, dans quelle commission siégerez-vous ?

LS : J’irai à la commission des Finances, pour évaluer les politiques publiques.
PB : C’est une commission stratégique parce qu’on y définit les priorités budgétaires.
LS : Je demanderai également à prendre part à des commissions d’enquête, et, bien sûr, à faire partie de la délégation aux Affaires européennes. Je veux donner du corps à ces institutions, et impliquer les députés européens sur leur territoire.

e-bb : Pourquoi nous avoir donné rendez-vous Au Bureau (au bout du boulevard de la République, ndlr) ?

Philippe Berrée : parce que nous sommes au cœur de la 10ème circonscription, parce que ce pub a un nom très évocateur et… parce que c’est là que je viens regarder les matchs de foot !

The following two tabs change content below.