Avant le premier tour des législatives 2017, rencontre avec Gérald Dahan, candidat de la France Insoumise dans la 10ème circonscription des Hauts de Seine.

Du rire pour faire réfléchir

e-bb : Quel a été votre parcours d’engagement ?
Gérald Dahan : En 1995, je suis sur France Inter avec Laurent Ruquier, et l’équipe de Lionel Jospin me contacte pour me demander des conseils, des observations sur Jacques Chirac en vue de la campagne. J’ai bien aimé l’expérience, c’est le début d’une prise de conscience politique. Je commence donc à travailler sur des personnages politiques. Avec Philippe Bouvard et Laurent Ruquier, j’ai pris goût à suivre l’actualité, et à faire rire et réfléchir au quotidien. Après je me suis mis au spectacle sur les hommes politiques, les canulars, pour mettre en lumière ce que les hommes politiques passent leur temps à cacher, les mettre à nu.

J’ai été militant PS peu de temps, mais le fonctionnement d’un parti est complexe et je ne m’y suis pas retrouvé. J’ai cependant soutenu plusieurs candidats  : Bertrand Delanoë, Claire Morel, François Hollande, Anne Hidalgo… Mais j’ai été déçu, et en voyant le programme participatif de Jean-Luc Mélenchon, j’ai voulu le rencontrer, le connaître et j’ai décidé de le soutenir. Après le 1er tour, j’ai voulu sortir du rôle d’observateur, d’autant que les politiques deviennent plus caricaturaux que les sketchs que l’on peut écrire sur eux, ils se piègent même sans canular, et que le score du Front National m’inquiète.

e-bb : On ne vous attendait pas forcément dans ce rôle  ?
Gérald Dahan : Mes spectacles visaient la gauche comme la droite, même si je me sentais de gauche. Etre de gauche c’est mettre l’être humain au centre des priorités, tout ce qui est politique doit être entrepris pour l’intérêt général. Je ne suis pas le premier artiste qui s’engage, et il y en aura de plus en plus. Si la politique reste fermée sur elle-même, elle coupe le lien avec la population. Je n’ai d’ailleurs pas attendu Jean-Luc Mélenchon pour être insoumis  : j’ai été plusieurs fois viré des radios où j’exerçais pour des prises de positions.

Gérald Dahan

Gérald Dahan

L’écologie et le social

e-bb : Emmanuel Macron propose lui aussi un programme participatif, quelle différence avec celui de la France Insoumise  ?
Gérald Dahan : Le programme que je porte est le fruit de la participation de plus de 3000 personnes, pas celui d’En Marche  ; et leur programme est très libéral, le nôtre ne l’est pas. Etre libéral c’est penser que la mondialisation est là, qu’on ne peut pas la changer, et qu’il faut accroître la compétitivité en permanence, toujours être mis en concurrence.

Dans la manière d’aborder les choses, nous pouvons être plus respectables, plus dignes, et ne pas seulement proposer l’austérité à tout crin et ainsi être écologiquement et socialement responsables. Parce que l’écologie sans le social, ça ne marche pas. Nous souhaitons donner plus de pouvoir d’achat, par une politique de la relance, avec une baisse des impôts pour les TPE-PME et l’augmentation des taxes sur les produits importés non responsables. Nous voulons aussi arrêter avec cette règle des 3  % de déficit qui est aberrante, et jamais tenue.

e-bb : Quelles sont les trois mesures les plus importantes de ce programme pour vous ?
Gérald Dahan : En premier lieu, rendre les cantines bio et gratuites partout  ; ensuite aligner la retraite des députés sur le régime général (1500€ à vie pour 5 ans de mandat, c’est plus que certains toucheront malgré toute une vie de cotisation)  ; et enfin sortir du nucléaire.

La voix des citoyens

e-bb : Quel député serez-vous ?
Gérald Dahan : Je serais un député proche des gens, présent dans la circonscription, à l’écoute de ce que vivent les gens. Je veux en être l’écho, d’où mon slogan  : «  la voix des citoyens ». Je souhaiterais siéger à la commission des affaires sociales, pour y défendre la santé  : sans la santé nous ne sommes rien. Par ailleurs, j’arrêterai ma carrière le temps de mon mandat, pour mon consacrer exclusivement à lui.

e-bb : Pourquoi avoir choisi le 92 pour vous présenter  ?
Gérald Dahan : J’ai longtemps habité dans les Hauts de Seine (Courbevoie, Colombe), et pour mon travail je me rends souvent à Issy ou Boulogne. Il y a des lignes politiques à faire bouger dans cette circonscription, un combat politique à mener, faire découvrir aux gens notre programme, et leur expliquer pourquoi il est le plus intéressant.

Le candidat sur Twitter : @geralddahan et sur Facebook : Gérald-Dahan

Guy et François

The following two tabs change content below.