Avant le premier tour, l’e-bb va à la rencontre des candidats aux législatives. Voici Pauline Couvent, candidate EELV sur la 10ème circonscription. 

L’écologie heureuse

e-bb : Quel a été votre parcours d’engagement ?

Pauline Couvent : J’ai 30 ans et je suis ingénieure logistique à Boulogne-Billancourt, où je vis depuis 5 ans. Je milite depuis quelques années, pour plusieurs raisons. La principale est une réaction au climat anxiogène dans lequel on baigne : pour moi, l’écologie, ça peut aussi être la joie !
J’ai envie d’agir, et d’apporter des solutions.

Pauline Couvent

Pauline Couvent

e-bb : Qu’est-ce qu’Animal Politique, qui figure sur vos documents ?

Pauline Couvent : Il s’agit d’un regroupement de 28 associations engagées dans la cause animale, de l’animal domestique à l’animal sauvage, du bien-être à la préservation. Elles ont fait 30 propositions applicables sur le quinquennat. En ce qui me concerne, j’ai signé les 30, ce qui signifie que, si je suis élue, je m’engage sur ces sujets. Entre autres, on peut citer l’interdiction de l’élevage des poules en cage, des combats de coqs et de la corrida. Il y a aussi la promotion des méthodes de remplacement à l’expérimentation animale, l’incitation à la stérilisation des animaux domestiques…
C’est une cause qui me tient à cœur, et je siège d’ailleurs à la commission « condition animale » d’EELV.

Soutenir le ministre de l’Environnement

e-bb : Quel jugement portez-vous sur le bilan de Ségolène Royal, dont le ministère était deuxième dans l’ordre protocolaire ?

Pauline Couvent : Je suis plutôt mitigée. Lui accorder une telle importance aurait dû être un signal fort. Il était également très important de regrouper autant de compétences au sein du même ministère, car elles sont liées. Mais dans les faits, on voit que si Ségolène Royal a fait avancer le sujet des perturbateurs endocriniens, en revanche sur l’huile de palme, elle a reculé. Quant à la loi sur la transition énergétique, elle est passée mais elle pêche dans l’application.

e-bb : On est étonné de trouver une candidature EELV et une candidature PS sur la 10ème circonscription, n’y avait-il pas un accord ?

Pauline Couvent : Avant la présidentielle, Benoit Hamon et Yannick Jadot ont passé un accord qui concerne 50 investitures. Pour le reste, cela se décide au niveau local : à Paris par exemple, Caroline de Haas est également soutenue par le Front de Gauche. Sur notre circonscription, il n’y avait pas d’accord particulier.

e-bb : EELV s’est félicité de la nomination de Nicolas Hulot, tout en déclarant qu’il aurait besoin des députés EELV ; pourquoi ?

Pauline Couvent : Nicolas Hulot a tout mon soutien, c’est une personne de conviction. Mais il n’est que ministre ! Pour faire avancer la cause écologiste, il aura besoin de soutiens à l’Assemblée, je le réaffirme : des députés écologistes qui travailleront en commission et seront vigilants sur les amendements, c’est ça le travail parlementaire. De plus, on voit bien que la cause de l’environnement avance lorsque les populations se manifestent fortement. C’est aussi notre rôle d’animer cette mobilisation.
Parce qu’entre nous, je n’ai pas confiance dans les convictions écologistes d’Emmanuel Macron, et encore moins dans celles de son premier ministre Edouard Philippe, qui n’a pas voté la loi sur la biodiversité !

e-bb : Vous serez donc plutôt critique vis-à-vis du gouvernement ?

Pauline Couvent : Tout dépendra des sujets : je crois qu’on se retrouve sur les questions sociétales, qu’Emmanuel Macron va peut-être faire encore évoluer. En revanche, sur l’économie, pas du tout.
D’un autre côté, Benoit Hamon et Jean-Luc Mélenchon ont vraiment poussé l’écologie durant cette campagne. A présent la question est : qu’est-ce qu’on va recréer sur cette base ?

Pour une transition écologique

e-bb : Vous consacrez une large place à l’amélioration du cadre de vie, comment agir avec un PLU communal, et bientôt métropolitain ?

Pauline Couvent : Il n’en demeure pas moins que la loi peut imposer des choses, et même sévir en cas d’irrespect, bien plus qu’elle e le fait aujourd’hui, si l’on pense à la loi SRU. Il est indispensable de rétablir un équilibre entre l’est et l’ouest franciliens ; on ne peut pas habiter un territoire si on est éclaté dans trois endroits différents selon nos activités.

e-bb : Vous prenez l’absolu contre-pied du projet du Grand Paris, qui promeut au contraire la mobilité et la « citadinité » !

Peut-être, mais j’ai de bonnes raisons : quelle citoyenneté dans une cité dortoir ? Est-il raisonnable de sacrifier les terres arables du plateau de Saclay à la construction ? En termes d’aménagement du territoire, on a l’impression que les actuels décideurs jouent à Sim City.
Et pour en revenir à la mobilité, il me paraît beaucoup plus intéressant de développer le télé-travail.

e-bb : Votre programme prévoit la création d’un million d’emplois grâce à la transition écologique, comment faire ?

Pauline Couvent : Les sources d’emplois sont multiples, j’en indiquerai trois. Tout d’abord, la transition énergétique prévoit qu’il faut réduire la consommation et le gaspillage de l’énergie. L’isolation énergétique est donc un domaine d’activité porteur.
Ensuite, le développement des énergies renouvelable requiert beaucoup plus de maintenance, ce qui représente des emplois. Sans parler des emplois nécessaires pour démanteler les centrales nucléaires.
Dernier exemple, la relocalisation de l’agriculture. Certes, rémunérer de la main d’œuvre pour désherber a un coût, mais on peut la subventionner, et surtout accepter de mettre plus d’argent dans la nourriture, ou de substituer : acheter moins de viande, c’est dégager un budget pour acheter d’autres produits de meilleure qualité.

e-bb : Si vous êtes élue, quelle députée serez-vous ?

Pauline Couvent : Je rejoindrai la commission du Développement durable et de l’aménagement du territoire. Je serai transparente quant à l’administration de mon enveloppe parlementaire, qui sera consultable en ligne, et j’assurerai une présence locale pour expliquer ce que je fais, et impliquer les gens au quotidien.

La candidate sur Twitter : @CouventPauline

François et Anne-Sophie

The following two tabs change content below.