Comme pour son précédent ouvrage, l’auteur boulonnais Jean de la Guérivière a confié l’édition de son nouvel opus « Les Français en Chine : portraits et récits choisis des Longs-Nez dans l’Empire Céleste » aux  Editions Bibliomane une jeune maison qui à l’heure du numérique, parie sur l’amour des beaux livres.  Défi relevé.
livreLes Longs-Nez  c’est ainsi que les Chinois appelaient les Européens. Dés le titre le ton est donné : le lecteur se promène dans une succession  d’anecdotes, d’histoires et de portraits richement documentés narrant les aventures des Français qui s’aventurèrent dans l’Empire du Milieu , des premiers Jésuites missionnaires jusqu’aux conquêtes économiques des multinationales actuelles.
Bien mieux que dans un livre d’histoire, le style journalistique, puissamment évocateur de l’auteur nous restitue les ambiances. Par la magie du verbe on  entend résonner dans la chapelle de la rue du Bac, le Chant pour le départ des missionnaires dont la plupart ne reviendront pas… sonner les piastres en argent sur fond de guerre entre les  Banque d’Indochine et Banque Industrielle Chinoise, nasiller sur un phonographe le célèbre « Parlez moi d’amour » destiné à étouffer le bruit de l’appel au secours , en morse,  des opérateurs de la maudite Croisière Jaune prisonnière d’un seigneur de la guerre au Xinjiang et tinter la cloche de Ding Ding l’antique tramway des rues de Hong Kong .
La plume alerte et spirituelle de Jean de la Guérivière fait merveille dans la narration des autres aspects de la présence de la France dans l’Empire du Milieu, par le biais de ses diplomates, de ses artistes : écrivains et  peintres, et de ses hommes politiques,  sans oublier les pages plus… privées à propos des célèbres « Nuits de Chine, nuits câlines … » et de leurs acteurs.
L’auteur, journaliste au Monde pendant 25 ans a vécu sa période chinoise, comme envoyé spécial entre 76 et 85 et apporte son témoignage personnel  sur la Chine après la mort de Mao. Un chapitre «  Reporters en folie » est d’ailleurs consacré au journalisme en Chine
Sans prétendre faire le tour de la question, Les Français en Chine  se lit plaisamment sans chronologie précise, chaque chapitre développe un thème  et constitue une saga à part entière.
Les 288 pages de l’ouvrage sont dotées d’une riche iconographie en quadrichromie et d’une intéressante  bibliographie. L’élégance du format à la reliure bodonienne, de la couverture marquée à chaud et gaufrée destine ce livre a une place de choix dans une bibliothèque.
Sur le dos luit son titre   : Les Francais en Chine , en rouge cinabre .  L’emploi de cette couleur fut jadis un privilège impérial .

EDIT. du 10 Septembre : Jean de la Guérivière dédicacera ses ouvrages au Salon du Livre de Boulogne Billancourt les 5 et 6 décembre 2015