LES SOUFFLES DU VIVANT
LE CERCLE, SYMBOLE D’UN CHEMINEMENT

La vie est une infinie création, ou plus exacte-ment, inlassable recréation de toutes choses.
Dans cette circularité qui réinvente continû-ment le vivant, tout est souffle, eau, lumière ; ainsi la vie sculpte les êtres dans la matière. Quoi de plus normal pour l’homme en chemin que de chercher dans cette circularité qui le contient et le fonde, un sens, un centre, une source ! Dans les spirales où elle se plait à se renouveler pour ne jamais revenir en un même point, que contient-elle de vérité ? Que nous dit-elle ? L’artiste nous propose une voie : la cir-cularité « ouverte » est force créatrice !
Le cercle a inspiré le travail du peintre Bram Van Velde. Ses écrits sur les méandres de la création nous guide dans notre parcours choré-graphique— chercher, faire oeuvre et « parfois, la splendeur entraperçue du cercle ! » – dans le mouvement, recouvrer en soi l’unité, la ron-deur, le berceau utérin des souffles du vivant !
Au coeur de cette source d’énergie tournante tout s’achève et se recrée, trouve sens, comme l’enfance magicienne fait renaître chaque ins-tant dans la lumière.

LES SOUFFLES DU VIVANT (durée 65 mn)
Cette pièce est une vision poétique, et parfois burlesque, des manifestations du vivant. Les personnages sont les représentations peuplant la conscience de l’Artiste. Ils s’expriment dans sa quête pour faire oeuvre. Chacun de nous est l’Artiste. La Dame en Blanc est Etyope, déesse des arts, le souffle créateur.
De la genèse à la réalisation, ces êtres en évolu-tion sont projetés, mis en espace et en mouve-ment sur la scène comme la matière sur la toile. Sur elle, en elle, ils s’incarnent, s’animent, errent, s’effacent et se redessinent en caricatures, se cherchent, se rencontrent, mus par la seule vo-lonté et passion du peintre.
DANSEURS Virginie MERCIER
Jean-Christian DANIELO
Catherine GADEA (rôle d’Etyope)
Laetitia COLLET
Bruno MARTIN
Patrick EHRHARD
PEINTRE Catherine TOCIS-MERTEN
COMEDIEN Olivier SCHNEIDER
Peut-il vraiment les contenir ? Peut-il les apprivoi-ser ? Leur donner un visage ? Par eux trouver un sens ? Tourments et félicités se mêlent et « parfois, la splendeur entraperçue du cercle ! ». L’oeuvre touche alors son centre. La création semble s’achever, réalisée – déjà se réinvente dans un nouvel élan, une nouvelle respiration de vie dans l’horizontalité fuyante du temps. Le non-fini, l’infini…
Un souffle apaisant cependant : l’Enfance, par laquelle, dans la circularité des choses, tout est à sa place, vertical ! L’enfance et son merveilleux – notre enchanteresse et toujours présente nostalgie.
1—ENFANCE
2—LA CHAIR DES ARBRES—Eveil du vivant
3—CRÉATION ET TOURMENTS (N°1)
4—ERRANCE
5—RELIANCE
6—LE POETE ET LES CERCLES
7—FUITE DU TEMPS
8—CRÉATION ET TOURMENTS (N°2)
9—HARMONIE DES CERCLES
10—ENFANCE
SITE COMPAGNIE : WWW.COMPAGNIE.PATRICK.EHRHARD.ORG
WEBMASTER : YOANN EHRHARD—LOGISTIQUE : JULIAN EHRHARD

Une seule représentation du spectacle
« Les Souffles du Vivant »

SAMEDI 30 AVRIL 2011
à 20 h 30
Carré Belle-Feuille

Réservation dans la limite des places disponibles :
01 46 21 20 33 ou
reservation@ehrhard.org
Nous vous souhaitons un agréable moment au Carré Belle-Feuille.