Si l’on dit d’un homme politique qu’il est machiavélique, c’est qu’il ne l’a sûrement pas lu ou qu’il en méprise ouvertement les préceptes.

Cela ressortait clairement de l’excellente lecture, donnée par le comédien François Marthouret, le 12 décembre, dans le cadre du cycle de lectures « Vivre dans la Cité… ensemble et libres, » donné par le TOP, en partenariat avec le Forum Universitaire et l’Association « Textes et voix »

Machiavel par Santi di Tito

Après la lecture de quelques extraits du « Prince » et du « Discours sur la première décade de Tite Live, » Bernard Benattar, philosophe, consultant dans le monde du travail et des organisations, a su montrer l’actualité des propos de Machiavel, dans un monde qui peine à définir cette vision partagée du bien commun. Un débat d’excellente tenue fut animé par Nadine Eghels, Directrice de production de l’Association « Textes et Voix, » avec notamment une intervention remarquée de Sylvie Petin, Directrice du Forum Universitaire de Boulogne Billancourt.

Des propos de Machiavel, tels que « Il est évident que l’intérêt commun n’est respecté que dans les Républiques : tout ce qui peut tourner à l’avantage de tous s’exécute sans obstacle… » Ou : « le peuple étant moins sujet à se tromper qu’un prince, on peut se fier davantage à lui qu’à ce dernier… « (Sur la première décade de Tite Live chapitre 58), ne sont pas le fait d’un cynique. On pourrait même y soupçonner un brin de naïveté.

Machiavel n’est pas pour autant un moraliste. Son but ultime, c’est le bien commun qui nécessite qu’on sache parfois imposer sa volonté, au service de l’intérêt général, puisque les hommes « ont plus de penchants pour le mal que pour le bien. » Pour le Prince, il peut être « plus sûr d’être craint que d’être aimé »…. « être à la fois renard et lion ; posséder l’art de simuler et de dissimuler… »

Cette haute conception du bien commun, nécessairement contingente voire subjective, justifie-t-elle l’usage de moyens coercitifs ou hypocrites ?

D’autres auteurs y apporteront des réponses assez différentes. Les prochaines lectures données au TOP nous en montreront quelques bons exemples.

Prochaines lectures Tocqueville le 16 janvier ; Raymond Aron le 13 février ; Hannah Arendt le 12 mars.

The following two tabs change content below.
Gilbert Veyret

Gilbert Veyret

Il pensait ne rester que peu de temps à Boulogne-Billancourt. Cela fait plus de 40 ans que ça dure. 5 de ses petits enfants y vivent. Il commence donc vraiment à se sentir Boulonnais et à en connaître les contours ! Mais il aime aussi en sortir (Bordeaux, en arrière plan)