Le guide Michelin 2016 distingue 7 restaurants de Boulogne-Billancourt, du bistrot de quartier à l’étoilé. Tour de piste.

Attendu par tous les gastronomes, le guide Michelin 2016 vient de paraître. Et derrière l’haletante course aux étoiles, c’est toute une série de petits restos inventifs et chaleureux qui s’offre à la curiosité des gourmands.
A Boulogne-Billancourt, sept enseignes figurent dans cette nouvelle édition du guide. Des valeurs sûres qui sauront vous surprendre !

L’esprit Bistrot

Un bistrot, à l’origine, c’est d’abord une ambiance : celle d’une table de qualité où l’on savoure de la bonne cuisine sans obséquiosité.

Michelin 2016

A la Plantxa, l’énergie et l’alacrité sont au service du raffinement

C’est cet esprit qui réunit, par-delà leurs cartes aussi variées que leurs chefs, les restaurants Chez Michel, 4 rue Henri Martin, Mon Bistrot, 33 rue Marcel Dassault, et Plantxa, 58 rue Gallieni. A même le bois, autour de tables d’hôtes chez Plantxa ou de ronds et carrés plus intimes chez les deux autres, accueillis quoi qu’il arrive par un patron en blouse, on fait son choix à l’ardoise.
Chez Michel, en hiver, les ravioles de Royan et le salmis de palombes parfaitement équilibré se distinguent. A la Plantxa, Juan Arbelaez vous époustoufle par ses associations de saveurs dressées à l’image de ce X colombien apposé à la bombe sur l’enseigne. Sur le comptoir de Mon Bistrot trône un jambon Bellota, et les plats revisitent avec exigence les recettes de la simplicité.

La recherche est savoureuse

Michelin 2016

A la machine à coudes

Les Boulonnais le savent bien, les abords de la place Jules Guesde sont un lieu de délices, grâce à La Machine à coudes, 35 rue Nationale, et à La Table de Cybèle, 38 rue de Meudon. Deux cartes recherchées, avec le souci de l’excellent produit, de préférence local, et des caves remarquables pour toutes les bourses.
A la Machine à coudes, on joue à surprendre, la conjugaison d’ingrédients improbables (pain brûlé, sorbet au concombre ou émulsion d’huîtres) aboutissant à une symphonie en bouche, mobilisant tous les capteurs de nos papilles. Chez Cybèle, les assiettes sont plus directes, dans l’esprit de cette authentique gastronomie américaine incarnée par Cybèle elle-même.

Une étoile et une institution

Michelin 2016

Le dernier dîner à 4 mains en date chez MaSa : Hervé Rodriguez invitait Laurent Peugeot, le 30 janvier

La sélection du Michelin 2016 ne serait pas complète sans quelques piliers… En l’occurrence, le restaurant MaSa, 112 avenue Victor Hugo, tenu par le chef étoilé Hervé Rodriguez, qui n’aime rien tant que mener des expériences collectives en cuisine, et Chez Madeleine, le rendez-vous des amoureux de la cuisine libanaise.
Chez l’un, il faut se fier au chef, qui élabore des menus de 4 à 6 plats autour de produits de saison. Chez l’autre, on est assuré de déguster d’incomparables mezzes qui, sans l’exclure, vont souvent chercher un peu plus loin que le houmous de base.

On soulignera pour conclure que le Michelin 2016 confirme une loi bien connue : les meilleurs restaurants sont rarement les plus en vue ! Nichés au fin fond des quartiers et des petites rues ou, comme MaSa, au voisinage d’un hangar disgracieux, ils sont autant d’enclaves concentrées sur l’essentiel.