Cet après-midi, le club de l’ACBB rugby a manifesté du stade du Saut du Loup (dans le bois de Boulogne) jusqu’à l’Hôtel de Ville. Il célébrait symboliquement les funérailles de son ballon ovale, condamné depuis que la ville de Paris a décidé de ne pas reconduire la concession du stade, au profit du Stade français.

les bandas accompagnent l'ascension du ballon vers la mairie

Depuis le stade du Saut du Loup jusqu’à la mairie, ils ont suivi un corbillard dans lequel se trouvait le petit cercueil d’un ballon ovale bien pâlot.
Célébrer des pompes funèbres symboliques, pour conjurer un véritable enterrement, tel était l’objet de la manifestation. Chez les rugbymen, le chagrin et l’anxiété s’expriment avec humour et en musique. Les cuivres sonnaient des bandas et la mort du ballon résonnait comme celle du toro dans l’arêne. Et puis la marche funèbre remettait tous les manifestants – plusieurs centaines de passionnés bariolés aux couleurs de l’ACBB – au pas… et puis un saxo redonnait de la voix au petit ballon qui ne voulait pas mourir.

la foule du cortège arrive à l'Hôtel de Ville

Ils sont arrivés à la mairie, le corbillard s’est arrêté aux marches de l’escalier d’honneur, et le cortège est monté pour voir le maire. Lassés des bras de fer dérisoires et des vaines querelles entre édiles parisiens et boulonnais qui vont leur coûter un stade et peut-être leur club, les représentants du cortège voulaient rappeler au maire quel était l’intérêt des jeunes et du sport.
750 personnes pratiquent le rugby en amateur à l’ACBB, pour le bonheur du jeu, l’esprit collectif, et la générosité qui feront toujours du rugby « un sport de voyous pratiqué par des gentlemen. » Mais le maire était introuvable.

En revanche, de jeunes mariés ont croisé le deuil du ballon sur l’escalier. Quand un cortège nuptial tout ce qu’il y a de plus sérieux croise un cortège funéraire aux allures de carnaval, la détermination et la peine dissimulés sous les perruques et les oripeaux, l’effet est cocasse !

Ah oui ! s’il n’y avait plus de rugby à Boulogne, si cette franche bonne humeur, cette joie de vivre, cet optimisme du rugby devait quitter la ville, ça ferait un grand vide.

Pour en savoir plus : le site de l’ACBB rugby et la page consacrée au stade du Saut du loup.

The following two tabs change content below.
lecteur invité
Associatifs, professionnels ou particuliers, les lecteurs invités de l'e-bb nous envoient de temps en temps leurs articles. Pourquoi pas vous ?