Une grosse centaine de personnes assistaient ce soir à la présentation par le socialiste Pierre Gaborit de sa liste et de son programme pour les municipales.

Une salle comble pour la présentation de la liste

Une salle comble pour la présentation de la liste

Le candidat a mis l’accent sur la représentativité de sa liste, tant vis-à-vis de ses partenaires (6 membres d’EELV) que de la ville, avec de nombreux diplômés, des habitants implantés depuis plus de dix ans, des nouveaux militants et des associatifs. Il a salué la « présence de témoignage » de militants historiques avant d’insister : « Sur ma liste, tout le monde est à égalité. »

La liste de la "ville citoyenne"

La liste de la « ville citoyenne » : en rose les socialistes, en vert EELV, en bleu la société civile

Son programme s’articule autour de 8 axes et réserve quelques surprises. On citera, entre autres, l’obligation pour les élus municipaux de remplir une déclaration d’intérêts avant de siéger, la très vive attaque contre l’actuelle gestion du personnel – qualifiée de « terreur stalinienne » -, l’ouverture d’une unité de soins palliatifs à Ambroise Paré, un plan de sauvetage des librairies et des commerces de bouche, une carte jeunes locale, une monnaie locale ( !), la diversification des modes de garde d’enfants y compris la nuit et le réaménagement de la place Marcel Sembat. Sur le sujet phare de l’île Seguin Pierre Gaborit s’engage sur un programme de… 100 000m² SHON (i.e. soustraction faite des espaces non habitables) dont le plus gros sera constitué de 800 logements répartis en 2 villages, dont 30 % de logement social. Pour le reste, 3 hectares de parc et 1 hectare d’équipements sportifs, et la conservation de la cité musicale – et du R4 « à condition qu’ils paient le prix. » D’après le candidat, les droits à construire pour ce projet auraient été vendus 650€ du m² en moyenne. « Ça vaut dix fois plus » a-t-il estimé.
Au plan financier il s’est voulu rassurant, ponctuant la plupart de ses propositions par « Nous savons faire » avant de s’engager à une stabilité fiscale à euro constant pour les ménages sur toute la mandature.

Nous y reviendrons plus en détail.