Par une froide journée de printemps, l’e-bb a rendez-vous avec Madeleine…  Belmondo au coin du feu de la Fonderie Susse, la plus ancienne fonderie d’art de France, créée en 1758 , implantée à Arcueil en 1926 et orientée depuis cette date vers la fonte et l’édition de bronzes et de sculptures.

Fonderie Susse : l'atelier

La liste est longue des artistes prestigieux qui ont confié la fonte de leurs œuvres  à la Fonderie Susse. La maison, qui possède par ailleurs cent ans d’archives précieuses pour son travail d’expertise, met ses compétences tant au service des successions des plus grands artistes qu’à celui des jeunes talents d’aujourd’hui.
Son savoir-faire ancestral lui vaut de se prévaloir du label d’excellence « Entreprise du Patrimoine Vivant », décerné par le Ministère de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi. C’est la candidature de cet établissement qui a été retenue par la municipalité de Boulogne-Billancourt, après l’appel d’offres lancé par celle-ci pour la réalisation de l’une des deux fontes prévues pour le Musée Paul Belmondo : le Buste de Madeleine, épouse de l’artiste.

Dans l’atelier, une fine poussière blanche flotte dans la lumière et recouvre  meubles, matériels et œuvres d’art, composant un très artistique chaos, hors du temps… nous sommes à l’antithèse d’une production industrielle.

Guidés par Hubert Lacroix, directeur de la Fonderie Susse, nous retrouvons Madeleine et son double en fonte entre les mains expertes de Pascal Berland pour l’opération de ciselage, avant la dernière étape beauté de Madeleine :  la patine, qui lui donnera sa teinte définitive.


Buste de Madeleine – P. Belmondo – Ciselage du buste
envoyé par e-bb. – .

Auparavant, l’œuvre sera passée par différentes étapes préliminaires d’une grande minutie, jusqu’à la coulée…

Fonte à la cire perdue : comment ça se passe ?
La préparation est essentielle, de l’original, au moule en élastomère et à la coque en plâtre. On forme le moule dans lequel sera coulée la fonte à partir de la statue originale en plâtre façonnée par Belmondo. Il s’agit d’assurer tout à la fois une fidélité parfaite de la réplique en fonte, et l’intégrité absolue de l’œuvre en plâtre au cours des manipulations. On commence donc par enduire le plâtre d’une couche d’élastomère qui assure deux fonctions : la protection du buste, et la couverture minutieuse de chacun de ses détails, dont l’empreinte sera prise dans la coque de plâtre. Celle-ci est donc formée autour du buste. Une fois cette opération réalisée, on sépare la coque en deux parties symétriques, dont on enduira les parois d’une fine couche de cire, destinée à guider au plus près de la forme originale le métal en fusion.


Fonte d’une oeuvre : la coque pour une fonte à la cire perdue

Ensuite, préparation des moule, canalisations et évents : Une fois le moule formé, il faut le préparer à la fonte. On lui adjoint des baguettes en cire, qui permettront de guider le métal aux différents points du moule, afin d’assurer son homogénéité (y compris thermique). L’autre risque consiste en la présence d’air, qui pourrait gâter la fonte. On dote donc le moule d’évents, qui permettront à l’air de s’évacuer sans dommage. Une fois ce dispositif installé, on enferme de nouveau le moule dans une coque de plâtre que l’on fait chauffer. Sans surprise, la cire des baguettes fond, laissant place à des canaux par lesquels le métal s’écoulera pour aboutir à la statue en fonte.


Fonte d’une oeuvre – préparation du moule
envoyé par e-bb. –

Et vient le moment magique du rituel ancestral  :  la coulée.

Dans un coin de l’atelier, le métal en fusion bouillonne. Vêtus de tenues aux reflets d’argent, mi-grands prêtres égyptiens, mi-spationautes, ces hommes de l’art, dont certains cumulent 35 ans d’expérience, officient dans une concentration proche du recueillement.


Fonte d’une oeuvre : la coulée du métal

Tout est dit. Pendant ces quelques secondes cruciales se sont joués le destin de l’œuvre d’art et… la marge de l’entreprise.

Pas moins de cinq métiers différents : mouleur, mouleur cire, fondeur, ciseleur et patineur, seront intervenus dans la fonderie avant que le Buste de Madeleine ne prenne sa place dans la cour d’honneur du futur Musée Paul Belmondo à Boulogne-Billancourt.

Susse Fondeur depuis 1753

Devenir mécène du Musée Paul Belmondo :

Il est possible de soutenir l’action du Musée Paul Belmondo et de s’associer à cette démarche artistique en devenant mécène. Cette action est ouverte aux entreprises et aux particuliers. Les dons sont éligibles au dispositif de réduction d’impôt pour les actions de mécénat.
Pour en savoir plus
Mission mécénat de la ville de Boulogne-Billancourt  01 55 18 56 34.

Merci  à Anne-Sophie pour le montage vidéo et à Alain pour les prises de vues.