Ce mercredi 14 septembre, en préambule des Journées européennes du patrimoine, près de 600 personnes sont venues découvrir le nouveau musée Paul Landowski, au 4ème étage du Musée des Années 30. Un succès à la hauteur de ce nouvel espace dédié aux œuvres du sculpteur du Christ du Corcovado, Boulonnais d’adoption.

musée Paul Landowski

Pierre-Christophe Baguet et une partie des descendants de Paul Landowski

Après un long séjour à la Villa Médicis de Rome, Paul Landowski (1875-1961) s’installe à Boulogne-Sur-Seine en 1906. C’est ici qu’il imaginera quelques-unes des plus emblématiques œuvres monumentales de l’Histoire de l’Art, comme le fameux Christ Rédempteur qui surplombe la Baie de Rio depuis 1931. A Paris, une trentaine d’œuvres de l’artiste sont également disséminées dans la ville, comme le Bouclier de France des jardins de la mairie du XVIe arrondissement, le Montaigne en face de la Sorbonne ou encore la Sainte-Geneviève du Pont de la Tournelle près de Notre-Dame. Mais Paul Landowski s’intéresse également à la petite statuaire et à l’art du portrait en sculpture.

Quatre thèmes pour la collection Paul Landowski offerte à la ville de Boulogne-Billancourt

La collection du musée a été donnée à la ville de Boulogne-Billancourt en 1982. Elle comprend 60 sculptures, 5 peintures et 10 dessins, répartis en quatre principaux thèmes  : «  La Sculpture Monumentale, » « La Petite Statuaire, » « Le Temple de l’Homme » et « Landowski Portraitiste. » 

Paul Landowski

La danseuse cambodgienne figure l’intérêt de Paul Landowski pour les moindres détails du corps en mouvement

Un parcours à travers les univers du sculpteur

Au centre de la première salle trône le fameux David combattant Goliath qui valut à Landowski le prestigieux prix de Rome, alors qu’il n’avait que 25 ans. Déjà, on ressent la précision de l’artiste dans la reproduction anatomique du corps en mouvement. Passionné de médecine, il aura toujours à cœur de n’omettre aucun détail, du muscle qui se tend à la position des bras, des jambes et de la tête.

Dans la seconde salle, ce sont d‘ailleurs des figures dansantes que l’on retrouve dans cet espace dédié à la petite statuaire. Les murs et socles de couleur rouge, choix audacieux, mettent parfaitement en valeur les courbes du bronze et la pureté du marbre. On se promène au milieu de ces figures étonnantes, des Danseuses Cambodgiennes au Voleur d’Orange, pétrifié dans sa course.

Puis vient le temps d’évoquer les sculptures monumentales de Paul Landowski à travers des versions miniaturisées de ses plus grandes œuvres, comme ce plâtre de fonderie du leader révolutionnaire chinois Sun Yat-sen. Qu’il s’agisse d’ambassades, d’associations ou de communes, Landowski est l’un des artistes les plus sollicités en matière de commande publique dans les années 1930, et ce troisième espace hétérogène en donne un bel aperçu.

Enfin, la dernière salle dévoile une facette plus intime de l’artiste puisque l’on y découvre des portraits, sous forme de masques, de membres de la famille Landowski. Une interview filmée du sculpteur à la villa Médicis accompagne ses fragments de vie et de tendresse.

Paul Landowski

Sculpture intime : les portraits-masques de Paul Landowski

Questions à Gabrielle Soullier de Roincé, directrice de la Conservation des Musées de Boulogne-Billancourt.

Paul Landowski

Le Christ du Corcovado en miniature

e-bb : Que ressentez-vous ce soir alors que s’ouvre ce nouveau musée  ?

Gabrielle Soullier de Roincé  : Une très grande joie  ! Landowski disait que ses œuvres lui procuraient une joie intérieure et je trouve qu’on a envie de découvrir avec la même joie ses œuvres  !

e-bb : Quelle est selon vous la plus grande réussite de ce musée  ?

G. S de R  : Je crois que c’est d’avoir réussi le pari d’exposer autant d’œuvres avec une belle scénographie et une belle médiation dans un espace de 130 m² seulement  ! Nous voulions réussir à faire comprendre l’œuvre de Landowski dans sa globalité.

e-bb : Y aura-t-il des expositions temporaires  ?

G. S de R  : Malheureusement nous manquons de place mais nous allons faire un espace focus dans la dernière salle avec une œuvre qui changera tous les trois à six mois.

 

Ils l’ont dit ! – paroles de visiteurs.

«  Je trouve que c’est bien de préserver les œuvres de Landowski qui est quand même un artiste important à qui on doit par exemple les fontaines de la Porte de Saint-Cloud  ! C’est assez bien conçu mais si j’avais une remarque je dirais qu’il faudrait peut-être rajouter des explications ou des dépliants en allemand et en italien, en plus de l’anglais.  » – Gérard, 72 ans

SUN YAT SEN

«  La sculpture de Sun Yat-Sen m’a vraiment surpris, je ne m’y attendais pas du tout  ! Et je trouve que l’enracinement de Paul Landowski à Boulogne-Billancourt est un aspect très intéressant. Il incarne très bien cette époque des années 30 avec son style hiératique très typique.  » – Sébastien, 38 ans

«  Tout est parfait  ! Le musée n’est pas très grand, c’est un peu limité mais très bien présenté  !  » – Nadia, 49 ans

Un musée tous publics

Nous vous conseillons vivement d’aller découvrir les œuvres de Paul Landowski pendant les Journées du patrimoine  ! A noter que les cartels proposent des explications en anglais et en français, et que le musée a développé des outils de médiation intéressants et ludiques pour les enfants, avec dessins, jeux et devinettes.
Cinq parcours sont proposés durant le week-end. De quoi passer un agréable et instructif moment en famille  !  

Musée Paul Landowski – MA30, 28 avenue André Morizet, 92100 Boulogne-Billancourt

                                                                                                                                                                                         Manon Raineri

The following two tabs change content below.
lecteur invité
Associatifs, professionnels ou particuliers, les lecteurs invités de l'e-bb nous envoient de temps en temps leurs articles. Pourquoi pas vous ?