Paris est sans doute la ville la plus chantée au monde, une capitale des arts et de la joie de vivre. Une ville-lumière où court une rue de la Gaîté.

Courage et recueillement par Priscilla

Courage et recueillement par Priscilla Moore

En ces tristes heures, nous nous sommes tournés vers ceux qui ont su la chanter dans les pires circonstances, pour réconforter ses habitants, célébrer ses valeurs, et envisager, déjà, un avenir meilleur.
Pour ce faire, leurs mots allient l’amour et la poésie. Et sur ces mots, notre amie Priscilla a mis les couleurs et les traits de deux dessins en hommage à Paris.

Voici donc quelques vers d’Eluard, tirés de son poème « Courage » (1944) :

« Paris ma belle ville
Fine comme une aiguille Forte comme une épée
Ingénue et savante
Tu ne supportes pas l’injustice
Pour toi c’est le seul désordre
« 

Les Parisiens qui ont ouvert leurs portes vendredi soir, les chauffeurs qui ont accompli leurs courses gratuitement, les 9 000 donneurs de sang qui se sont présentés dès samedi matin prouvent assez que nous avons du courage et que la fraternité de notre devise n’est pas un vain mot.

Et pour la suite, Aragon, il y a 70 ans dans son poème « Paris » (1944), chantait déjà la persévérance d’une ville où la vie ne se résigne pas :

« Où fait-il bon même au cœur de l’orage
Où fait-il clair même au cœur de la nuit
L’air est alcool et le malheur courage
Carreaux cassés l’espoir encore y luit
Et les chansons montent des murs détruits« 

"Patrie également à la colombe ou l'aigle..." - Priscilla Moore

« Patrie également à la colombe ou l’aigle… » – Priscilla Moore

Un Paris frappé comme capitale, dont Aragon fait le cœur du pays dans cet autre poème, « Je vous salue ma France » (1943) :

« Patrie également à la colombe ou l’aigle,
De l’audace et du chant doublement habitée !
Je vous salue, ma France, où les blés et les seigles
Mûrissent au soleil de la diversité…

Je vous salue, ma France, où le peuple est habile
À ces travaux qui font les jours émerveillés
Et que l’on vient de loin saluer dans sa ville
Paris, mon cœur, trois ans vainement fusillé !« 

La ville la plus chantée, et sans doute la plus photographiée au monde. Nous ne vous proposons pas des cartes postales, mais, grâce à François, des images du quotidien, ce quotidien gracieux, exaspérant ou insolite, qui est la vie même et qu’il faut préserver aujourd’hui.

The following two tabs change content below.