Jusqu’au 26 mars chez Exit Art contemporain, Patrick Bock expose une série photographique consacrée à la mer et au ciel, dans leur infinie variété.

« M’illumino d’immenso » : c’est ce poème de l’Italien Giuseppe Ungaretti qui consacre l’actuelle exposition de Patrick Bock à la galerie Exit Art contemporain. Qui n’a pas été fasciné par l’immensité de la mer prolongée par le ciel ?
Géographe de formation, Patrick Bock a posé sa chambre 4X5 pouces sur une côte de Corse et, lentement, insensiblement, il a capturé les mille et une nuances de cet infini mouvant. Sa technique de longue exposition, relayée par un savant travail de tirage sur du papier coton fine art Hahnemühle avec des encres à pigments, produit un effet envoûtant, qui fixe l’instant en préservant le moindre mouvement de vague ou de nuée.

Patrick Bock

Sans titre – CR Patrick Bock – Réglages comme test 1 + 3 cm de marge autour Tirage du vendredi 7 avril 2006 ordinateur PC 1 Affichage NSONYG200_6500K_20051214
Espace Adobe RVB 1998) Format d’épreuve : 600PA308G_MK_N_GN
Pour papier Hahnemuhle Photo Rag 308g (ou Prophot Andalousia 308g)
Encre noire mat
Sur Epson 9600 en natif ART LISSE SS CAL (Papier d’Art Lisse – sans calibration – 1440 dpi)
Espace d’impression : 9600PA308G_MK_N_GN
Mode : perspective
Avec compensation du point noir
Gray balancer désactivé

Parfois, les limites sont nettes, comme tirées au cordeau de l’horizon. Parfois, l’ensemble se mue en un tout vaporeux, qui n’est pas sans évoquer les ciels imaginaires décrits par Édouard Glissant dans Ormerod. Petit matin limpide, crépuscule orageux, où la menace jette des éclats d’airain à la surface des vagues et au creux des nuages, profondeur glauque adoucie par la promesse d’une aube, temps suspendu en un accord parfait, presque « uniton, » entre ces deux immensités… ces photographies, qui évoquent par leur thème les Seascapes d’Hiroshi Sugimoto, attestent également l’influence du maître de l’école de New York, Rothko, dont ces scènes seraient l’écho naturel.

Patrick Bock

Sans titre – CR Patrick Bock pour Exit Art

Proposées en trois formats, les photos de Patrick Bock sont des points de fuite où le regard s’emprisonne volontairement, comme face à l’élément en personne. « Souvent les hommes restent debout près de la mer : ils regardent le bleu. Ils n’espèrent rien du large, et pourtant demeurent immobiles à le fouiller des yeux, ne sachant guère ce qui les retient là. Peut-être considèrent-ils à ce moment l’énigme de leur propre vie. » (Jean-Michel Maulpoix, Une histoire de bleu, 1993)

Patrick Bock

Sans titre – CR Patrick Bock

L’expo s’achève bientôt et les tirages s’arrachent ; courez-y !