Plus de 300 personnes ont investi l’autre  soir le château Buchillot et ses jardins au rendez-vous de deux artistes Paul Belmondo  dans ses murs et Pauline Ohrel invitée pour un Face (s) à Face(s) qui fonctionne par le biais d’un dialogue d’artistes au travers les matières, le style, les époques .

L’œuvre d’art disait André Gide est une idée qu’on exagère…

Pauline Ohrel a su faire sa place parmi les statues académiques et sans regard de Paul Belmondo offertes dans une  scénographie fixe. Elle leur répond grâce à la légèreté et la transparence du grillage, matériau qu’elle affectionne  et  qu’elle travaille en visages dont elle a ouvert le regard et en silhouettes dont la mise en mouvement fait naître des jeux d’ombres et de lumières dans ces épures.

 » Revenez sans arrêt dit l’artiste, la lumière change tout le temps  »

Pauline Ohrel, qui travaille aussi le  bronze, la terre et le plâtre a pris plaisir à disséminer aussi quelques statuettes parmi celles de son ainé .

C’est le souhait de la famille Belmondo que soient organisées dans le musée des expositions temporaires pour mettre en valeur les lieux, et cet évènement, crée par la Galerie Mondapart qui fête ses 10 ans de collaboration avec Pauline Ohrel, et la Ville de Boulogne répond tout à fait à ce souhait .

Claude Rocher, Pauline Ohrel Pierre-Christophe Baguet et Isabelle Lefort galerie Mondapart lors du vernissage de Face (s) à Face (s)

 

L’exposition dure jusqu’au 20 octobre  – Pauline Ohrel travaillera en public les 2 juillet -3 septembre – 8 octobre de 16 à 18 heures sur inscription BelmondoMondapart@gmail.com

 

Pour en savoir plus

 

www.galeriemondapart.com