Ce soir, vers 22h, le maire de Boulogne Billancourt, Pierre-Christophe Baguet, a annoncé les résultats du vote du 22 avril à Boulogne Billancourt.

Il a commencé par remercier les services de la ville, qui ont eu à effectuer un nombre spectaculaire d’inscriptions de dernière minute (rien que pour le bureau central, ce sont 52 personnes qui ont fait rétablir leur droit de vote local, après un long moment passé sur des listes consulaires), ainsi que les très méritants volontaires qui ont fait tourner les bureaux de 8h à 20h.

Il a souligné la forte participation boulonnaise, 80 %, près d’un point et demi au-dessus de la moyenne nationale à ce moment-là.

Quant aux résultats, les voici :

• Inscrits : 67 579,

 

• Votants : 54 269,

• Répartition des votes :

o Blancs : 1,51 %

o Eva Joly : 2,41 %

o Marine Le Pen : 6,49 %

o Nicolas Sarkozy : 48,44 %

o Jean-Luc Mélenchon : 6,21 %

o Philippe Poutou : 0,42 %

o Nathalie Arthaud : 0,16 %

o Jacques Cheminade : 0,19 %

o François Bayrou : 10,71 %

o Nicolas Dupont-Aignan : 1,2 %

o François Hollande : 23,76 %

Rapidement, on peut relever que Nicolas Sarkozy jouit apparemment d’une bonne base, puisqu’il atteint presque son score de 2007, tandis que François Hollande fait largement mieux que Ségolène Royal, probablement au détriment de François Bayrou.

 

Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon demeurent dans le top 5, mais ils sont précédés par François Bayrou et demeurent très loin de leurs scores nationaux (le tiers pour Le Pen, la moitié pour Mélenchon). Notons enfin que Jacques Cheminade n’est pas celui qui a totalisé le moins de voix…

A part ça, je profite des résultats pour lancer un appel aux bonnes volontés : on utilise les machines à voter à BB, si bien que le dépouillement prend environ un quart d’heure, sans le secours de scrutateurs. En revanche, les bureaux demeurent ouverts douze heures d’affilée, pour permettre à chacun d’exercer son droit. Et ceci n’est possible parce que des personnes comme vous et moi consacrent à ce scrutin quelques heures de leur dimanche. On les appelle les assesseurs.

Ce dimanche en particulier, la tenue des bureaux a été héroïque tant les assesseurs manquaient, contraignant certains à demeurer 12h sur place. Être assesseur ne requiert aucune compétence particulière, on n’est pas obligé de se réclamer d’un parti ou d’un candidat. Selon que l’on est titulaire ou suppléant, les contraintes sont légères ou très légères, et pourtant, 2 heures de présence sont tellement utiles ! Vous pouvez vous présenter le jour-même, à n’importe quelle heure pour être suppléant. Merci à ceux qui le pourront la prochaine fois.

Enfin, quelques souvenirs de cette journée : de nombreux Boulonnais ne sont toujours pas familiers des machines à voter, qu’ils n’hésitent pas à s’en faire expliquer le fonctionnement avant de passer dans l’isoloir, c’est facile ! On rappelle aussi que les personnes qui ont des difficultés à se déplacer peuvent demander à la mairie d’être véhiculées, un service que trop de personnes concernées ignorent.

Dans un certain bureau, on retiendra pêle-mêle deux petits enfants qui ont escorté leur papa puis leur maman jusqu’à l’isoloir et retour avec beaucoup de sérieux, un électeur en colère qui a démoli du matériel (et s’est excusé 4h plus tard), d’autres charmants et d’une patience à toute épreuve, le temps que l’on mette en place le système de la double file (merci à vous, encore !), des additions à l’ancienne sur le papier kraft, un grand moment d’angoisse partagée au moment du décompte (mais en fait ça allait), des cours collectifs de machine à voter à l’entrée du bureau, le tout sous la roue d’un superbe paon. On oubliera sans regret les sandwichs, l’eau en revanche était potable.

Rendez-vous le 6 mai !