Le 23 septembre était organisée la première fête nationale de la Gastronomie, à l’initiative du Ministère de l’Économie. L’idée, simple, était de partager et de découvrir la variété de la cuisine, de la façon de préparer les plats à la façon de les manger.

A Boulogne Billancourt, pour cette première édition, les initiatives sont venues de toute la ville, avec un grand choix et autant de succès !

  • Un menu du terroir proposé par la Sogeres dans tous ses restaurants d’entreprises,
  • Des entremets inimythables chez Dalloyau, 67 avenue Jean-Baptiste Clément,
  • Des casse-croûtes délicieux et bien arrosés à la Machine à coudes, 35 rue Nationale,
  • Un repas complet sur le marché Escudier,
  • Des plats bio servis en musique au restaurant éphémère de l’Ile Seguin,
  • Des pastillas salées et sucrées aux Oliviers du Sud, 1 rue de Billancourt,
  • Un quizz culinaire européen élaboré par l’association Euro-toques à Mon bistrot, 33 rue Marcel Dassault,
  • Et trois initiatives « tous au restaurant » : si vous vous rendiez dans un de ces trois établissements le 23, on vous offrait un second couvert :
    • Chez Clément, 98 avenue Édouard Vaillant
    • Campanile, 5 rue Carnot,
    • A.O.C, 33 avenue Édouard Vaillant

Les casse-croûtes sont servis sur le comptoir de La machine à coudes. Le vin arrive !

Les rédacteurs de l’e-bb ont fait de leur mieux pour tout essayer, pari presque tenu ! François et Kazuko ont apprécié l’ambiance de Mon bistrot, « qui n’attend pas la fête de la Gastronomie pour innover, » souligne le chef, qu’on se le dise ! Ils sont ensuite allés à la Machine à coudes, avant de finir la semaine sur le marché. Catherine, de son côté, à commencé par un mille-feuille chez Dalloyau avant d’étrenner la cuisine d’Arnaud Daguin sur l’Ile Seguin. Steph, au dernier moment, a dû renoncer aux Oliviers du Sud, mais ce n’est que partie remise. On sait enfin qu’A.O.C a connu un grand succès avec « Tous au restaurant ! » puisque lundi déjà, toutes les tables étaient réservées.

Petit bémol, que nous tenons à signaler : le fameux restaurant Le Comte, 89 avenue Jean-Baptiste Clément, était inscrit au programme, et pour cause ; Henri Charvet, indissociable de la maison, est le président d’Eurotoques. Las ! Un coup de téléphone a suffi à nous détromper : Le Comte n’organisait rien de particulier. Peut-être, alors, eût-il pu se dispenser de figurer parmi les établissements participants.

Notre bilan : une excellente initiative, plébiscitée par les participants qui ont découvert de nouvelles saveurs et de nouveaux restaurants. Sur le pouce, au comptoir, en musique, bien attablés, il y en avait vraiment pour tous les goûts.
A Boulogne Billancourt, la fête de la gastronomie pourrait encore prendre de l’ampleur. Dans d’autres villes, les commerces même très spécialisés comme ce marchand de vinaigres de fruits lyonnais, ont également ouvert leurs portes à cette grande fête. Pourvu que ça donne de nouvelles idées dans notre ville !